Derniers articles

« DANS LA VALLEE » de Hannah KENT ; Trad. Karine GUERRE

Dans l’Irlande du 19èsiècle, les superstitions mènent le bal. Mais quelle est  la limite entre connaissances intime de la nature, de sa puissance et croyances ? Un roman mis en tension par le balancier entre ces deux notions. Nance, la vieille guérisseuse vivant en marge du village a-t-elle été trop loin dans la pratique de ses pouvoirs en aidant Nora à tout prix, (même le pire) à faire revenir son petit fils Micheal du côté des vivants ? L’enfant est-il un « changelin » placé là par les fées et qui a pris la place du vrai garçon ? Est-il simplement infirme ? Les habitants du village sont tous traversés par les mêmes questions et se déchirent à ce sujet. Les histoires familiales se construisent aussi autour des prises de positions des habitants au cours des générations : ceux qui ont fait appel à Nance  la chamane qui ont été guéris, ceux qui sont morts après leur traitement, ceux qui ont toujours refusé au nom de leur religion.

 

Il (le prêtre) cherche à nous « ouvrir les yeux sur le monde moderne ».. ».faudrait qu’on renonce aux vieilles coutumes qui nous enlisent et maintiennent l’Irlande au bas de l’échelle »

Nora est au bord de la folie et du désespoir et a choisi de tout tenter.

« Le chagrin et la mauvaise fortune avait rongé le bois dont cette femme était faite »

Reste que le portrait de la vieille Nnace brouille bien les cartes : elle est d’une grande sagesse et bienveillante avec cela, elle est sage-femme et pleureuse lors des funérailles, cela la rend précieuse aux yeux de la plupart des familles. Elle prend en elle la souffrance de qui la sollicite. Comment l’accuser alors que la grand-mère de Micheal la pousse sans le dire clairement à mettre en acte ce qu’elle n’arrive pas à exprimer au sujet des souffrances de l’enfant ? Toute l’ambigüité d’un thriller que l’on pourra proposer aux amateurs de suspens mais aussi de romans de terroir.

 

 

 

CoÏncidence : j’ai commencé un autre roman irlandais « Une rue étrange » et la première phrase parlait aussi de changelin alors je venais de découvrir ce mot avec « Dans la vallée ».

Pour voir le résumé et éventuellement réserver dans une bibliothèque du Haut-Rhin.

 

 

Deux romans Nature writing

J’aime beaucoup ce courant d’écriture qui met la nature au centre du récit, une nature somptueuse et sauvage, nourricière mais aussi menaçante…

Idaho d’Emily Ruskovich Gallmeister

Ce roman commence par un drame particulièrement horrible. Alors qu’une famille est partie ramasser du bois, une des filles, May est tuée par sa mère. Sa sœur s’enfuit dans la forêt. Quelques années plus tard, le père, Wade refait sa vie avec Ann, une professeur de musique. Mais il est atteint de sénilité précoce. Ann essaie alors de rassembler les souvenirs qu’il reste de la famille. Il s’agit parfois de jouets oubliés : « des objets chargés d’une importance qu’ils ne méritaient pas mais qu’ils revêtaient à cause de leur effrayante rareté ; ils grandissaient en elle, se transformant en histoires, en souvenirs dans la tête d’Ann, alors qu’ils auraient dû rester dans celle de Wade. » Mais, même si ce dernier perd la mémoire du drame, il lui reste la sensation de vide et la douleur. De son côté, Jenny, son ancienne femme, est en prison. A son enfermement fait écho l’étendue des montagnes boisées qui isolent le couple d’Ann et Wayde. L’auteur fait des allers-retours dans le temps et dans l’espace. Un premier roman magnétique servit par une belle plume… Intrigué par la psychologie des personnages, on se laisse prendre ensuite par l’ambiance. C’est aussi une réflexion sur l’importance du souvenir et l’oubli.

Idaho_Emily Ruskovich

Manuel de survie à l’usage des jeunes filles Mick Kitson Métailié

On quitte l’Idaho pour l’Ecosse et encore un premier roman ! Là aussi, l’histoire débute par un drame. Deux jeunes filles, Peppa et Sal sont en fuite. Cette dernière, victime d’abus sexuels, a poignardé son beau-père. Leur mère alcoolique ne leur est d’aucun secours.Avec sa voix d’adolescente, Sal, 13 ans, raconte le plan qu’elle a mis au point. C’est dans une forêt des Highlands que les deux sœurs trouvent refuge et se construisent un abri. Elles vont essayer de survivre sans se faire remarquer. On pourrait être tenté, avec ce résumé, de refermer le livre. Ce serait passé à côté d’une lecture intéressante et touchante. Sal est un personnage attachant, d’une grande force morale. Elle fait partie d’une classe d’élèves en difficulté. Pourtant, elle sait faire preuve d’un sens pratique à toute épreuve. Elle est aussi remplie d’amour pour sa petite sœur, Peppa. Celle-ci a beaucoup d’humour. Leurs rapports illuminent l’histoire. Et puis, il y a l’environnement et la faune qui éveillent la curiosité des deux jeunes filles. Ce roman initiatique est éclairée également par la présence d’une vieille dame, Ingrid, qui leur vient en aide. Pour adulte et (grands) adolescents…

 

 

« Moi, ce que j’aime, c’est les MONSTRES : livre premier » de Emil FERRIS ; Trad. de Jean-Charles KHALIFA

La beauté cachée des laids

Tout juste auréolé du Fauve d’or du meilleur album  au Festival de bande dessinée d’Angoulême, ce roman graphique est une perle noire baroque à multiples facettes.

Un graphisme profond né de hachures multicolores au stylo bille d’un effet très plastique. L’auteur, immobilisée par la maladie a choisi ce mode d’expression pour  la netteté expressive qu’il permet. Les plans naviguent sans arrêt entre le zoom et le général, le tout augmenté des réflexions en direct de Karen, le personnage principal qui nous guide dans son enquête sur la mort d’Anka, sa jeune voisine. Le rendu magnifique et très construit rappelle Crumb. Mais on y croise aussi les lapins de Beatrix Potter, des monstres à la Maurice Sendak, tout l’ univers de l’enfance, sombre et lumineux à la fois. C’est cette même richesse et son expressionnisme qui peut en rebuter certains.

Une histoire à plusieurs niveaux : autobiographique, historique, – à propos des camps de concentration où Anka est emmenée dans son enfance- familiale, fantastique, sans oublier l’ étude de la société américaine des années 1960. Tout cela entremêlé habilement par Emil FERRIS et soutenu par un texte suffisamment présent et de qualité pour que  j’en parle ici.

C’est aussi un hommage à  la culture de l’horreur qui transpire dans  toutes les étapes du récit. Il faut préciser que Karen  est une merveilleuse fille de 10 ans, hyper intelligente et sensible. Baignée dans cette esthétique et armée de ses carnets à dessin tout comme l’a été l’auteure, elle est persuadée d’être un loup garou et préfère cela à l’aveu d’une différence moins acceptée par l’Amérique des années 1960. Les monstres ne sont pas ceux que la société désigne et tout le monde a un côté monstrueux. Les pires étant peut être les nazis souriants qui menaient les enfants au four crématoire. Donc, elle va toujours au delà des apparences et en matière d’enquête, c’st souvent très utile ! Le monde est étrange.

Que dire aussi de la galerie de personnages gravitant autour de Karen qui sont d’une profondeur et donne envie de tous les connaître mieux.

Les amateurs d’images seront ravis de retrouver des chefs-d’œuvres de la peinture, souvent mythologique, croisés et réinterprétés par l’imagination débordante (du cadre) de Karen.  Mais ce n’est pas tout : le récit est rythmé  par des couvertures de magazines d’horreur, du genre de MAD  recopiées au stylo par Karen. Mais ce n’est jamais gratuit, toujours en échos à l’évocation d’un moment, d’une personne.

En somme, j’ai beaucoup aimé  ce livre parce que, moi, ce que j’aime c’est « Moi ce que j’aime, c’est les monstres ! »

D’autres chroniques : https://justaword.fr/moi-ce-que-jaime-c-est-les-monstres-b0829de4195

Sur Babelio

 

Le Poids de la neige de Christian Guay-Poliquin Les Editions de l’Observatoire

Un jeune homme roule vers le village de son père, mourant,  quand il a un grave accident. Secouru, on le transporte dans la véranda d’une maison isolée occupée par un vieil homme, Matthias. C’est là que les deux hommes vont passer l’hiver, coupés de toute civilisation. Seuls quelques villageois viennent apporter des médicaments, des vivres et des nouvelles. La situation est rendue plus difficile encore par le chaos qui règne dans la région. Une grande panne prive d’électricité le village depuis plusieurs semaines. La neige ne cesse de tomber. Le jeune homme est le narrateur de ce huis-clos, qui se déroule au rythme journalier de l’évolution du manteau neigeux. Si Matthias aide le narrateur, il n’a qu’un but, retourner auprès de sa femme le plus vite possible.

L’auteur, québécois, se serait inspiré du livre de Jean Hegland, « Dans la forêt », où il est aussi question de survie et de nature. Cette dernière fait figure de mère nourricière mais peut se montrer dangereuse.  Elle contribue à renforcer la tension. « Des cristaux de neige longent la silhouette fuselée des arbres. Ils tombent en ligne droite dans un mouvement continu, léger et pesant à la fois. La neige grimpe jusqu’au bas de ma fenêtre et se presse contre la vitre. On croirait que le niveau d’eau monte dans une pièce sans issue ». Bien calée dans un fauteuil, au chaud, cette lecture m’a plu. J’ai apprécié les descriptions qui permettent d’imaginer le cadre du roman. On attend les indices et les actions qui pourraient étoffer l’histoire. On est loin du roman d’aventures, amateur s’abstenir. Tout est dans l’atmosphère, rendue par une économie de mots. Ce livre a reçu plusieurs prix. Il peut se lire comme la suite du premier roman de l’auteur « Le Fil des kilomètres ».

« LA RELIGION » de Tim WILLOCKS ; Trad ; par Benjamin LEGRAND

Le monde selon Tannhauser

Un roman historique trépidant, plein de fureur, de sang, mais aussi d’amour. Un de ceux qu’on m’a chaudement recommandé et que j’ai enfin pris le temps d’ouvrir !

Première partie de la « Trilogie de Tahnnhauser » (on attend le tome 3 après l’opus 2 : « Les enfants de Paris ») , cet ample roman se déploie autour du personnage complexe de Mattias Tannhauser, arraché à l’âge de 12 ans à sa famille décimée, pour devenir janissaire au service du grand Soliman.

Marqué à jamais par la violence et désabusé, il restera  traversé par des sentiments contraires et refusera de choisir, préférant profiter des opportunités lui permettant de faire prospérer son négoce, de profiter de la vie et de faire évoluer une libre pensée éloignée des partis pris. L’histoire se déroule pendant le siège de Malte par les troupes ottomanes en 1565 et même pendant cette page de l’histoire, Tannhauser trouvera le moyen d’aller vendre son opium sur le marché tenu par l’ennemi. Une des raisons qui m’ont fait aimer ce livre, c’est la richesse des personnages et surtout celle de Tannhauser, qui semble indestructible, tout en étant habité par de nombreuses contradictions.

Parmi celles-ci : Matthias, converti à l’Islam, mais combattant dans les rangs chrétiens de « La Religion » c’est-à-dire, les Hospitaliers, dernier des ordres chevaliers après la disparition des Templiers. Matthias amoureux de deux femmes : Carla la comtesse et Amparo, sa dame de compagnie à demie sauvage et un peu devineresse. Les femmes ici sont libres et sont relativement libres de choisir leur destin bien qu’ayant été des victimes à un moment de leur vie.

Matthias, géant aux yeux clairs carapaçonné dans son armure tranchant les têtes à tour de bras, ne dédaignant pas pratiquer l’éviscération et la torture à l’occasion, mais profondément ému par la viole de gambe que jouent ses deux amoureuses. Les scènes où il est question de musique et des effets qu’elle a sur nous sont magnifiques superbe Akhal Teke doré) et déchiré quand il ne peut s’en occuper (il a tout compris et lui parle).

Matthias, forgeron formé par son père et trouvant la sérénité dans le travail du métal.

Matthias, opportuniste, mais fidèle aux promesses faites à ses amis. Il a une bande d’amis qu’il retrouve à l’occasion de batailles entre Orient et Occident et notamment Bors l’anglais. Matthias, perméable aux influences du cosmos, mais riche de connaissances médicales. A ce sujet, l’auteur est médecin et psychiatre : la grande finesse psychologique des personnages et la description très réaliste des misères du corps humain pendant les guerres sont au rendez-vous.

Siège de Malte par Matteo Perez d’Aleccio 1547_1616
image Wikimedia

Pour d’autres raisons, c’est un livre que j’avais envie de retrouver tous les jours : le style recherché mais pas pédant, poétique même dans les scènes les moments les plus noirs et, cerise sur le gâteau ! dans les scènes érotiques réussies.

Un livre qui tient ses promesses : l’arrière-plan historique est solide, l’homme connaît son sujet. Les techniques de combat au corps à corps ainsi que les plans de batailles, la stratégie nous plongent au cœur de l’action.

L’aventure est là dans une version beaucoup plus trash qu’»Angélique Marquise des Anges » avec des pointes de sentimentalisme éclairant la noirceur des actions humaines. Il est aussi question des relations entre père et fils et d’un garçon à retrouver.

Des personnages attachants et, parmi eux,  même l’Inquisiteur a des doutes !

Un bémol : une tendance à en rajouter dans les fluides corporels et les odeurs qui sont souvent au rendez-vous sur les champs de bataille et ailleurs. J’ai sauté certains passages qui tenaient de la répétition.

J’avais fait une chronique « Le Feu divin » de Robert LYNDON, moins noir et donc, plus accessible.

Pour Réserver dans une bibliothèque du réseau 68 : c’est ici

Orphelins 88 Sarah Cohen-Scali Robert Laffont Collection R

Josh est trouvé en 1945, errant dans les décombres de Munich par les alliés. Il est partiellement amnésique. Envoyé dans un orphelinat de l’UNRRA (Unité pour le secours et la reconstruction), il partage la vie d’enfants juifs ainsi que celle d’enfants « germanisés », issus des Lebensborn. Il se lie d’amitié avec Wally, un soldat noir américain. Josh a eu un parcours atypique. Il est passé par un Lebensborn mais porte un tatouage de déporté sur son bras gauche. Dans sa quête d’identité, il va se lier à l’étrange Béate, qui est réfugiée dans une maison abandonnée et à Halina, jeune juive, déportée et chassée de chez elle, à son retour. Orphelins 88_Cohen-Scali

Ce roman a fait l’objet d’un important travail de recherche et s’inspire d’histoires vraies. L’auteur avait déjà marqué les esprits avec Max, prix Sorcière. Ici, elle s’attaque au contexte compliqué de l’Après-guerre. L’Allemagne est en plein chaos. La population a faim. Il faut reconstruire, gérer des camps de DP (personnes déplacées), partir à la recherche des disparus… Le personnage attachant de Josh nous entraine facilement dans son histoire. Ce livre permet d’apprendre beaucoup  sur cette période particulière où la joie d’être vivant côtoie le désespoir de la perte des proches. Il montre le difficile retour à une vie normale. La condition des soldats alliés noirs, les exactions des vainqueurs, les pogroms en Pologne ou la sélection à l’immigration des enfants juifs… sont autant de thèmes abordés. Un livre un peu long mais foisonnant… A partir de 13/14 ans.

« L’Installation de la peur » de Rui ZINK . trad. par Maïra MUCHNIK

A parano, parano et demi ! Un roman malin, très bien construit dans l’escalade menant à un dénouement surprenant !

« Madame n’est pas sans savoir que l’installation de la peur est un objectif patriotique »

 

La dame en l’occurrence, est une femme vivant avec son jeune enfant. Donc, un personnage isolé, apparemment sans défense puisque sans mâle pour la protéger et avec tendance à se poser des questions, une victime consentante idéale, donc.  Elle ouvre sa porte à une équipe d’installateurs gouvernementaux de la peur (plutôt un duo au numéro bien rodé, un peu comme les Témoins de Jéhovah ou  les paires de clowns ) ! Le principe est celui des installateurs de réseau électrique ou informatique, sauf que là, il s’agit de la peur. Chaque chapitre est consacré à une peur partagée par beaucoup de personnes : peur des voleurs, des étrangers, de la pauvreté, de perdre un enfant, d’être victime d’une condamnation injuste. Chacune fait l’objet d’une « démonstration  » pseudo -psychologique illustrée d’un exemple et présentée lors de dialogues souvent drôles et vifs entre les deux agents de l’Etat. Le but simple étant de contrôler et rendre les personnes atones et sans plus de désir de réflexion et donc d’action individuelle.

Le suspens est constitué par l’angoisse croissante autour de  l’enfant caché dans la salle de bain pour le protéger du risque d’être enlevé par les gouvernementaux et l’envie plus prosaïque d’utiliser les toilettes qui taraude de plus en plus un des deux installateurs. La femme est aussi envisagée de façon de plus en plus claire comme une potentielle victime des sous entendus sexuels de l’un des deux hommes. Jusqu’au dénouement final ! Et là :  réjouissance ! On s’est bien fait prendre au piège de nos propres peurs de lecteur !

Un roman très original, (pas très épais) et surprenant !

 

 

 

Les livres dont quelque chose m’échappe

A son image Jérôme Ferrari Actes Sud

Un roman qui se déroule pour partie en Corse et en Yougoslavie. Cela suffisait à attiser ma curiosité. Antonia reçoit de son oncle un appareil Ferrari_A-son-imagephoto. C’est le début pour elle d’une passion. Malheureusement, au retour d’un mariage, elle a un accident. C’est pendant la messe de ses funérailles que nous apprenons à mieux connaître la jeune femme. A la fois source d’attraction et de répulsion, l’île prend une place à part entière dans la vie des personnages. Antonia, lassée des guerres nationalistes et des reportages locaux, ira jusqu’au cœur du conflit yougoslave. Avant de revenir sur l’île…

Une réflexion intéressante sur la photographie et son rôle avec des éclairages sur des photographes oubliés. Il y a aussi les questions sur la mort. Mais, je n’ai pas réussi à accrocher au personnage, assez froid, je trouve, d’Antonia. Y a-t-il un sens particulier à donner aux destins de la jeune femme et de ses amis ?

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu Actes Sud

Nous entrons dans la vie d’Anthony, un adolescent qui habite ue bourgade de l’est de la France. Il traine avec son cousin, boit, fume des pétards. Il n’y a pas grand chose à faire dans les environs : les fêtes de village, le foot à la télé, le plan d’eau. Les hauts-fourneaux, anciens pourvoyeurs d’emplois, ont fermé. Dans l’entourage du jeune homme, c’est le vide aussi : un père violent et alcoolique, une mère qui vit dans la peur… Par certains côtés, on retrouve l’ambiance de la Vraie vie d’Adeline Dieudonné. Mais dans ce roman, les études et le caractère de l’héroïne la poussait à rêver à une autre vie et à la rendre possible. Dans le livre de Nicolas Mathieu, il n’y a pas de rédemption. Anthony n’a guère de rêves ni de volonté, encore moins de goût pour les études. Ce qui l’intéresse, ce sont les filles, et plus spécialement Stéphanie.

Nicolas Mathieu a beaucoup de talent. Ses descriptions de la vie des classes moyennes et populaires dans ces villes, elles aussi « moyennes » sont réalistes. Elles seraient d’ailleurs issues du vécu de l’auteur. Mais quelle noirceur ! Les pauvres restent pauvres, sans évolution possible, pas même en rêve ! Les filles deviennent des mères, s’enlaidissent, s’aigrissent dans un quotidien gris et morose. Les garçons trouvent des petits boulots, font des enfants, boivent… Les adolescents n’ont plus d’espoir. Ils font des tours en mobylette, se droguent, font des bêtises avant de se ranger.

Bon, j’avoue, j’ai sauté quelques descriptions et refermé le livre quelque peu circonspecte.

SELECTION DE ROMANS ETRANGERS (pour la plupart) MILLESIME 2018

Parmi les romans croisés cette année, j’en ai lu certains, j’en ai ouvert d’autres, parfois, ils ont été appréciés par des collègues, des lecteurs ou des libraires. J’ai pu les prendre en main ou en découvrir seulement la couverture sur internet, les réseaux sociaux, les blogs. Le principal, c’est qu’ils aient ému, bouleversé, fait rire, cultivé, renforcé, perturbé des personnes, et pas forcément en nombres incalculables, bref, qu’ils aient vécu leur vie de livres.

J’en ai retenu quelques uns pour des raisons différentes.

Commençons par ceux que j’ai lus !

« My absolute Darling » de Gabriel TALLENT ; trad. par Laura DERAJINSKI  chez Gallmeister. Le récit de Turtle dans sa lutte violente pour se libérer de l’emprise malsaine de son père charismatique et pervers.

Voir la chronique entière

« Des jours sans fin » de Sébastian BARRY ; trad. par Laetitia DEVAUX chez Joëlle Losfeld Pour son style à la fois poétique et simple, les aventures extraordinaires  de Thomas et John, la force de leur amour et celui de la famille improbable née pendant la guerre de Sécession où il s’agissait souvent de simplement survivre.

Voir la chronique

« Imperium » de Christian KRACHT; Trad. par Corinna GEPNER chez Phébus Pour l’humour, le côté Robinson Crusoé et la description des terres allemandes de Nouvelle Poméranie

Voir la chronique

« A l’Orée du verger  » de Tracy CHEVALIER; Trad. de Anouk NEUHOFF Pour l’approche de la psychologie intime des personnages, la description d’une étape de la conquête de l’Amérique et la rudesse des conditions de vie  chez Quai Voltaire Voir la Chronique

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain TESSON  chez Gallimard Pour le style de l’écriture poétique et précise, pour l’aventure humaine intime, l’amour de la nature

Voir la  Chronique

« Paysages perdus : de l’enfant à l’écrivain » de Joyce Carol OATES ; trad. par Claude SEBAN chez Philippe Rey Pour l’acuité de l’auteur, son intelligence redoutable mis aus service d’une grande empathie,  l’exploration de son univers et de celui des écrivains en général !

Voir la  Chronique

« Je m’appelle Lucy Barton » de Elizabeth STROUT ; trad. par Pierre BREVIGNON chez Fayard Là aussi, pour la lucidité de l’auteure, la description au plus près  des relations entre les personnages, sa volonté de s’arracher grâce à la littérature, à une vie dont la violence et la dureté  auraient pu l’engloutir. « Tout est possible », la suite est parue il y a peu.

Voir la Chronique

Les autres, qui m’ont donné envie de les lire ! :

« Manhattan beach » de Jennifer EGAN ; trad. Aline WEILL, chez Robert Laffont Pour le sujet : une femme se bat contre les préjugés dans l’ Amérique des années 1930 pour réaliser son rêve de devenir la première scaphandrière de l’histoire. En toile de fond, le milieu des gangsters, des syndicalistes, des banquiers.

« 33 tours » de David CHARIANDY ; Trad. par Christine RAGUET  chez Zoé Deux frère élevés par une mère dans la banlieue de Toronto. L’appel de la rue à contenir, mais aussi, le racisme, et d’autres obstacles à franchir pour s’en sortir, aidé par l’amour et l’empathie.

« Le monarque des ombres de Javier CERCAS » ; trad.par Aleksandar GRUJICIC et Karine LOUESDON Un roman autobiographique pour éclairer l’histoire familiale de l’auteur et le mystère autour de la mort de son grand oncle à la bataille de l’Ebre (Espagne) en 1938.

 » Les fureurs invisibles du cœur » de John BOYNE; Trad. par Sophie ASLANIDES Pour l’Irlande des années 1950 , le courage nécessaire à Cyril Avery, homosexuel, pour se trouver une place dans ce pays en plein bouleversement mais aussi la puissance de l’amitié, de l’amour.

« La Papeterie Tsubaki » de Ito OGAWA ; Trad. de Myriam DARTOIS-AKO chez Philippe Piquier Comme dans le « Restaurant de l’amour retrouvé », il y a des gens simples qui se transforment grâce à une personne qui les écoute enfin. Ici, c’est  Hatoko, qui, en devenant  écrivain public,  change la vie des autres.

 » L’Arbre monde «  de Richard POWERS; trad. par Dominique FORTIER, aux éditions du Cherche Midi, pour le thème : l’importance de la nature dans l’avenir de l’humanité, les choix que l’on doit faire pour la protéger et les erreurs possibles.

Et encore, à la volée, « Magnifica » de Maria Rosaria VALENTINI ; Asta de Jon KALMAN STEFANSSON ; Un gentleman à Moscou de Amor TOWLES

Sur les centaines de titres parus, la sélection est difficile, mais elle reflète une partie de la variété grandissante des sorties annuelles. Certaines vous accompagneront peut -être dans le passage à la nouvelle année !