Archive journalières: 3 mars 2016

Les « Corps variables » de Marcel THEROUX, des corps mémorables

Revenu d’entre les morts,  il doit convaincre qu’il est vivant et pas la proie de la folie.

Mais Nicky n’était pas mort et il semblait que lui et moi étions les seuls à le savoir

Un homme, officiellement mort et enfermé dans un hôpital psychiatrique, prétend être Nicholas Slopen,  érudit spécialiste du fameux poète anglais Samuel JOHNSON. C’est le récit de ce qui a précédé cet enfermement et de ce qui l’a suivi que nous délivre ce roman qui m’a happée et intriguée dès le départ (et jusqu’au bout) avec des indices distillés tout au long permettant d’essayer de résoudre ce mystère. Il nous entraîne jusqu’en Europe de l’Est dans le sillage de sombres scientifiques ayant en projet l’amélioration de l’être humain.

On est du côté de  Frankenstein   Le personnage de Jack proche de la créature du docteur. Voir et réserver : Frankenstein : the modern Prometeus

Il est question de la permanence des choses, de l’individualité, de l’essence de la vie.

Est- ce qu’on peut faire mentir son corps ? Apparemment, c’est beaucoup plus difficile et c’est cette image que les autres gardent de chacun.

A l’inverse, c’est ce mélange d’éléments très concrets, enregistrés par nos corps et encapsulés dans les mots qui constitue notre individualité,  et ce que nous gardons en mémoire.

Et quand il m’a appelée par mon nom, sa bouche l’a formé comme elle l’avait toujours fait

La permanence du souvenir du lien physique avec ses enfants ou sa femme illustre ce constat. D’ailleurs, Nicky, à plusieurs reprises éprouve ce manque quand il pense aux siens qu’il ne voit plus.

L’inconnu qui est en moi est une créature pareille à toutes les autres : obsédée par les limites de son existence, hantée par le spectacle de son passage à travers le temps et la détérioration de ses relations avec les autres, l’indicible tristesse de la finitude  de la vie sur une belle planète »

Et pourtant, ce sont les mots qui sont à la base de la technologie employée par l’entreprise scientifique. Ce sont eux qui servent à l’encodage d’un cerveau passant d’un individu à l’autre.

Et ce livre est – au lieu de mon corps

Et le livre est -au lieu de mon âme Grégoire de Narek, Le livre des lamentations

Comme dans les romans de Philip K DICK, on assiste à l’envahissement du monde d’un individu par un autre. La parano entretenue tout au long du livre nous fait douter de la santé mentale de Nicky.

Réserver Minority report , Dans le jardin et autres réalités déviantes.

Toutes nos certitudes tremblotent et pourtant :

C’est là le paradoxe. A lors que je ne suis plus moi – même, je ne me suis jamais autant senti  moi même. Aussi grandiloquent que cela puisse être, je me sens plus proche qu’à aucun moment de ma vie de percevoir la vérité de l’univers- la pénombre de sentiment sacré qui sonne le vrai.Sans quoi nous ne sommes que de la chair et des os qui filent dans l’espace.

 

C’est donc un livre à la frontière du fantastique et qui m’a laissé un parfum de demeure anglaise néo gothique 19è siècle.

Réserver Corps variables

Autre titre de Marcel THEROUX à réserver dans notre catalogue Au nord du monde

Challenges !

Les challenges sont à la mode sur les blogs littéraires depuis quelques temps. Il s’agit de lire un certain nombre de livres sur téléchargementune thématique donnée durant un temps donné. Pour ma part, mon challenge se résumera à lire au moins trois livres de la rentrée littéraire de janvier/février. Rentrée d’hiver ou de printemps, c’est au choix selon sa saison préférée. Il y a 476 titres disponibles. Ce chiffre est en baisse sauf pour les 1ers romans. Livre-hebdo (la sacro-sainte revue recensant les parutions françaises, bible du bibliothécaire) y voit le signe du frêle regain de vitalité des ventes de livres. Le rôle de défricheur des éditeurs peut à nouveau s’exprimer.

Dans les 1ers romans, signalons celui de Dominique Pourquery, l’Eté d’Agathe. Le journaliste y relate la maladie et le décès de sa fille. Un peu comme Camille Daul dans L’Envolée où il était également question de la perte d’un enfant.

Le juge Trevidic, auteur de plusieurs documentaires sur le terrorisme, s’essaie avec succès au roman dans Ahlam.

Enfin, Bojangles d’Olivier Bourdeaut crée le buzz dans la sphère littéraire.Il s’agit de l’histoire d’une famille particulière, décalée, à la frontière de la normalité. Cette frontière sera dépassée par la mère, internée. J’ai eu la chance de parcourir ce livre. L’histoire est originale et parlera certainement à tout ceux que la différence n’effraie pas.

On retiendra deux biographies : celle de Jean d’Ormesson dans Je dirai malgré tout que cette vie fut belle et le Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu. Ce dernier raconte son combat contre une maladie du sang.

Dans cette rentrée se glissent également les nouveaux romans de Marc Lévy, Guillaume Musso et Agnès Ledig,déjà assurés avant leur parution du succès.

Parmi les auteurs confirmés, on trouve le roman d’Olivier Adam La Renverse. J’ai commencé sa lecture. Je suis toujours conquise par sa plume. Pour l’histoire, je vous en dirai plus lorsque je l’aurai terminé. En résumé, il s’agit d’une affaire politico-sexuelle qui brise une famille.

Restons dans le domaine politique avec François le Petit de Patrick Rambaud. Après les chroniques de Nicolas Ier, l’auteur continue avec son successeur, toujours dans la même veine satirique.

De l’humour aussi dans Envoyée spéciale de Jean Echenoz, parodie des romans d’espionnage, et dans  Mariages de saison de Jean-Philippe Blondel où un vidéaste amateur filme des noces en série. De l’humour encore et de l’amour virtuel dans Celle que vous croyez de Camille Laurens, revenue à l’écriture après 5 ans d’absence.

Plus sombre, Phillippe Besson explore le deuil, son dépassement et le retour à la vie de deux être dans Les Passants de Lisbonne. Philippe Claudel, frappé par la disparition de son ami et producteur, médite sur le sens de la mort  avec L’Arbre du pays de Toraja. 

Dans son deuxième roman autobiographique, Histoire de la violence, Edouard Louis raconte son agression par un amant d’un soir et les réactions de son entourage.

Illetré de Cécile Ladjali aborde le thème de l’analphabétisme et du handicap qu’il entraîne. Un livre poignant.téléchargement

Pour clore ce bref panorama, rien de tel que de changer d’air avec Le Grand Marin de Catherine Poulain. Partons pour la pêche en Alaska… Ce livre bénéficie d’un bon accueil du public.

Voilà, on verra si j’arrive à tenir mon challenge. Et vous ?