Archive journalières: 15 décembre 2017

« Underground Railroad » de Colson WHITEHEAD ; trad. de Serge CHAUVIN

VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE D’AMERIQUE

© CHIP SOMODEVILLA/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Première phrase : « La première fois que Caesar proposa à Cora de s’enfuir vers le Nord, elle dit non »

Dernière phrase : « Elle se demanda d’où il avait fui, quel enfer c’était, et quel long chemin il avait dû parcourir avant de pouvoir laisser tout ça derrière lui »

Une plongée dans les racines économiques et humaines du racisme aux Etats-Unis, c’est ce que propose ce livre.  Et notre guide sera Cora, esclave qui va fuir sa plantation de coton en Géorgie en traversant  les Etats-Unis en plein bouleversement . Du sud esclavagiste au nord abolitionniste, elle fera tout (et même le pire) pour accéder à sa liberté via le légendaire réseau d’entraide multicolore L’UNDERGROUND RAILROAD. Le coup de maître de l’auteur, c’est d’avoir donné corps à ce réseau clandestin  humain et routier matérialisé dans le livre par un maillage complet de voies de chemin de fer souterrain.

 

Mais ce n’est pas le seul point remarquable de ce livre ( qui fera partie de ma liste de préférés de 2017 ) . En plus d’être un plaidoyer contre l’esclavagisme d’un point de vue moral, il explique les rouages de sa « justification » économique dans la création du système économique des Etats-Unis. Les plantations de coton doivent être rentables et nécessitent leur chair fraîche venue d’Afrique, puis ensuite,  (dans des conditions moins inhumaines venant de pays « pauvres  » comme l’Irlande, l’Allemagne).

« Des corps volés qui travaillaient une terre volée » (aux indiens). « C’était une locomotive  qui ne s’arrêtait jamais dont la chaudière avide se nourrissait de sang ».

L’histoire des USA  et la période trouble avant la guerre de Sécession entraînera une chasse aux sorcières souvent  à base de vengeances personnelles dont seront victimes beaucoup de citoyens américains un peu comme en France pendant l’occupation.  Cet aspect pourrait intéresser certains lecteurs friands de fond historique.

Pour les africains, le système était basé sur un refus de leur accorder le statut d’humain. Ils n’avaient pas les droits inclus dans la Déclaration d’indépendance concernant les hommes qui « Naissent égaux en droits » ce qui laissait le champ libre à toutes sortes de défoulements sadiques. Et, on a beau savoir et avoir vu des images, la descriptions de la violence des plantations reste terrifiante. Pour avoir une idée de l’ambiance du livre, j’ai retrouvé une sorte de  « Django Unchained » sans le côté grand guignol  furioso de Quentin TARANTINO mais avec cette même volonté obstinée de se libérer.

Couverture de l’édition US

Cora sera prise en chasse par un implacable mercenaire à la solde des esclavagistes.  Même enragée, cela ne l’empêchera pas de se rendre compte de la prise de risques venant de certains américains blancs et de l’égoïsme de certains noirs. Elle se posera sans cesse des questions et évoluera au gré de ses rencontres malveillantes et bienveillantes pour aboutir à des conclusions lucides parfois complexes.

« Etre libre, ce n’est pas une question de chaînes, ni d’espace disponible. Sur la plantation, elle n’était pas libre, mais évoluait sans restriction, elle goûtait l’air frais et suivait la course du soleil l’été ».