Archive annuelles: 2018

Emmurés d’Axel Bell Milan 2018

En 1910, sur l’île de Skye, des petites filles jouent à enterrer leurs poupées, appelées « Frozen Charlotte ». Quelques décennies plus tard, à notre époque, Jay montre à son amie Sophie la planche ouija qu’il a téléchargée sur son téléphone. Ils essaient de se connecter à l’esprit de Rebecca, la cousine de Sophie, morte dans des conditions inexpliquées. C’est alors qu’une série de phénomènes étranges se produisent. La planche leur dicte des messages qui parlent d’un portail, de sable noir et de Frozen Charlotte. Pour finir, la planche annonce la mort de Jay, le soir-même. Lorsque celle-ci advient, Sophie décide de partir pour l’île de Skye rencontrer la famille de Rébecca. Un roman accrocheur qui fait frissonner !Emmurées_Alex Bell

J’ai aimé l’atmosphère de ce livre. La famille de Rébecca est installée dans un vieux manoir, au bord de la mer,  qui a servi d’école pour filles. L’ambiguïté des personnages rend l’intrigue intéressante. A l’instar des clowns, les poupées sont des personnages récurrents des films d’horreur (Annabelle, par exemple). Les Frozen Charlotte étaient des poupées en vogue à la fin du 19ème siècle. Elles seraient inspirées d’un poème faisant référence à un fait divers. Un roman bien construit, entre passé et présent, qui gagne en intensité !

« Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » de Harper LEE ; Traduction de Isabelle HAUSSER

Tirez sur tous les geais bleus que vous voudrez, si vous arrivez à les toucher, mais souvenez-vous que c’est un péché que de tuer un oiseau moqueur.
Ce fut la seule fois où j’entendis Atticus dire qu’une chose était un péché et j’en parlai à Miss Maudie.
– Ton père a raison, dit-elle. Les moqueurs ne font rien d’autre que de la musique pour notre plaisir. Ils ne viennent pas picorer dans les jardins des gens, ils ne font pas leurs nids dans les séchoirs à maïs, ils ne font que chanter pour nous de tout leur coeur. Voilà pourquoi c’est un péché de tuer un oiseau moqueur. L’oiseau moqueur est celui qu’on ne doit pas tuer car il peut imiter des dizaines de chants et remplir le monde de  beauté.

Dans ce roman, Harper LEE  s’est inspirée de certains personnages et  lieux qu’elle a connus,  et du procès de Scottsboro qui a opposé deux femmes blanches à un groupe de neuf jeunes Noirs  qu’elles accusaient  de les avoir violées en 1931.

Je voulais tester ce roman devenu classique de la littérature américaine au même titre que les livres de Mark Twain. On y retrouve d’ailleurs, même s’il se déroule pendant la Grande crise de 1929, une certaine ambiance propre au sud des Etas-Unis  où règne une  religion rigoureuse, un certain conservatisme et la ségrégation raciale. Tout ceci est remis en question, ici,  par Scout,  une enfant indépendante qui refuse le rôle de fille que veulent lui faire endosser essentiellement les femmes de cette petite ville et sa tante Alexandra. Autre figure féminine, celle de Calpurnia, la cuisinière noire, qui a pris en partie la relève de sa mère décédée.

Harper Lee et Mary Badham, la jeune actrice dans le rôle de Scout

ATTICUS, son père avocat (droit et sage) a été  commis d’office pour défendre Tom Robinson, jeune noir accusé du viol d’une fille vivant dans la misère à la périphérie de la pette ville au milieu de 7 frères et sœur et d’un père violent.

Si le livre ne bascule pas dans le cucul,  le moralisme, et ne se résume pas au traditionnel combat du bien contre le mal, c’est grâce à la vivacité intellectuelle de Scout, et de ses relations avec son frère Jem qui entre subtilement dans l’adolescence au cours des trois années du récit, à son humour et celui de son père progressiste qui cherche toujours le dialogue avec tous.

Les enfants sont l’antidote contre les idées reçues et leur esprit curieux persiste chez certains adultes. Atticus et  Miss Maudie, une voisine assez impertinente chez qui Scout passe souvent du temps en font partie. Ils agissent en profitant de leur relative liberté de mouvement. Par contre, certains adultes restent victimes des préjugés et ne doivent leur salut qu’à ce genre de personnes énergiques :  Tom Robinson de façon assez évidente et Boo Radley. Arthur Radley de son vrai nom, c’est le  voisin reclus dans sa maison et attisant toute la curiosité fébrile des enfants en apportant son lot de frissons au livre. Scout, son frère et DILL, (un ami qui passe les étés à Maycount  inspiré par Truman Capote, un ami de l’auteure) se lancent des défis à qui osera rentrer dans sa maison décrépie et surtout le faire sortir. Les fantasmes et récits effrayants qui accompagnent ce personnage proche du croquemitaine révèlent  l’état d’esprit d’une partie de la population que les enfants veulent tester.

Capture d’écran extrait du film « Du silence et des ombres de Robert Mulligan » Les enfants scrutent la maison de BOO

 

Petit détail : dans le livre, il est indiqué que, selon certaines interprétations de la Bible, les catastrophes naturelles étaient causées par la désobéissance des enfants. Voilà qui est bien pratique !

Beaucoup de points d’accès à ce roman : conte, roman sociologique sur l’Amérique de la Grande dépression, roman d’éducation font que des  lectorats variés et de plusieurs âges peuvent y être sensibles.

Légèreté et profondeur du style, des personnages, de l’histoire mêlant l’intime et le général, les détails réels et la fiction allant parfois même vers le gothique, font de ce titre une lecture précieuse et persistante, comme le sont souvent les classiques qui touchent l’universel.

Après ce roman, Harper LEE  a dit « J’ai dit ce que j’avais à dire » et n’a plus écrit . Par contre, un livre écrit avant « l’oiseau moqueur » situé vingt ans plus tard, et comprenant les personnages mêmes personnages, est sorti en 2015 sous le titre « Va et poste une sentinelle »

Une petite  Video  sur u compte rendu de lecture de ce livre par une classe (en anglais)

Le langage  utilisé à l’encontre des noirs qualifiés de « nègres » à l’époque et rapporté dans le livre lui a valu d’être retiré du programme de certains états.

Pour le résumé et la réservation dans une bibliothèque du Haut-Rhin, c’est ici
Et le petit tour de  chant de l’oiseau moqueur.

L’Aube sera grandiose d’Anne-Laure Bondoux Gallimard Jeunesse

Je trouve la couverture particulièrement réussie. J’ai pourtant hésité à ouvrir ce roman. Je craignais un huis-clos ennuyeux. Il n’en a rien été. Titania, la mère de Nine, embarque sa fille à l’improviste alors qu’elle avait prévu d’aller à la fête de son lycée. Elles se rendent dans une Laube-sera-grandiose_Anne-Laure Bondouxcabane au fond des bois, près d’un lac. Là, Titania commence à raconter son enfance, dans les années 1970. A l’époque, elle ne portait pas le même prénom. Elle vivait avec ses deux frères, des jumeaux, nommés Octo et Orion et sa mère, Rose-Aimée. C’est ainsi que, de révélations en révélations, Titania va transmettre à sa fille, en une nuit, l’histoire d’une famille dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Les pères sont les grands absents. Cependant, les figures masculines sont bien présentes par le biais des pères de substitution, attentionnés et sympathiques, mais quittés du jour au lendemain. Rose-Aimée apparaît comme une mère fantasque jusqu’à ce que les derniers secrets soient dévoilés. Les enfants, ballotés, réussiront chacun à évoluer et  à trouver leur voix, malgré les difficultés. Reste à savoir comment Nine, une fois l’aube arrivée, va accueillir ces confidences… Un roman bien mené, joliment illustré par la fille d’Anne-Laure Bondoux. Il a été couronné par le prix Vendredi. Ce livre plaira aux ados et adultes.

 

 

 

 

A l’orée du verger de Tracy CHEVALIER ; Trad. de Anouk NEUHOFF

La pomme de discorde  entre les époux Goodenough, c’est  le verger qu’ils cultivent au milieux de terres ingrates offertes aux pionniers dans ces années où l’Amérique a commencé à se constituer.

Pour le mari, il s’agit d’améliorer une lignée de pommes de table héritée de sa famille. Sa femme Sadie voit en ces fruits  l’eau de vie qu’elle apprécie de plus en plus pour noyer ses malheurs. C’est vrai que les intempéries et les miasmes du marais où ils habitent leur arrachent annuellement un ou deux enfants emportés par la fièvre. Mais le germe de l’amour des arbres réussit à s’épanouir dans un des fils qui partira vers l’Ouest et travaillera pour un exportateur de séquoias géants après avoir exercé des métiers plus rudes,  liés à la ruée vers l’or.

Un livre plein de caractère sur la liberté et le champ des possibles propres à cette époque particulière (ambiance nouveau western). On y  croise des personnages rudes et généreux rendus familiers par le partage de leurs pensées intimes.

A réserver sur Calice68 ainsi que d’autres titres de l’auteure qui s’est fait connaître grâce à « La jeune fille à la perle » et « la Dame à la licorne ».

 

 

 

 

Falaise des fous Patrick Grainville Seuil 2018

Charles est orphelin. Après une blessure militaire en Algérie dans les années 1860, il se retire à Etretat dans une des demeures de son oncle. C’est là qu’il rédige ses mémoires, décrivant ses rencontres amoureuses mais aussi artistiques avec des peintres venus peindre l’Aiguille et les paysages marins. Il se liera d’amitié avec certains, comme Courbet. C’est pourtant l’étrange Monet qui marquera sa vie même s’ils ne se croiseront que Falaise des fous_Grainvillebrièvement. Il deviendra l’amant de la femme d’un riche ingénieur nommé Gosselin, proche de Haussmann. C’est toute la fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle qui sont décrits à travers les yeux de Charles et de sont entourage. Evidemment, c’est intéressant, très intéressant d’autant que nous sommes dans une période qui engendra des bouleversements en Europe. L’auteur nous donne l’impression de côtoyer les grandes figures littéraires et artistiques de l’époque. On y apprend les caractères et les prises de position de ces illustres personnages. Cela frise parfois l’indigestion. Mais il faut saluer l’énorme travail de documentation. Le style est lui aussi très riche. Là où les peintres avaient le pinceau habile, Grainville a la plume habitée. Il décrit ainsi Le Havre : « Une mer franche, coupante, hilarante. Une marqueterie d’éclats de soleil jusqu’à l’horizon. Et là, les navires étaient tout habillés de leur parure épique, flamboyante. D’innombrables voiliers partout, gonflés à bloc par le norois. Un grand soleil s’épanouissaient entre des nuages clairs et véloces. Le tintamarre des vapeurs au corps noir tranchaient avec le superbe sifflement des misaines et des beauprés. » On sent que l’auteur a vécu près de le mer et aime le milieu maritime. J’avoue avoir sauté quelques passages descriptifs. Mais cela ne m’a pas empêché d’admirer la prose. Un roman (très, trop ?) foisonnant !

« Une histoire des abeilles » de Maja LUNDE ; trad.de Loup-Maëlle BESANçON

Un roman qui pourra convenir à plusieurs types de lecteurs. Trois histoires aux styles différents (écriture, traitement des personnages) se déroulant dans trois pays  différents à des périodes très éloignées avec comme point commun les abeilles et leur relation avec les humains. Trois personnages centraux : le premier est  spécialiste des abeilles aux tendances dépressives et dépassé par le naufrage de son mariage. Il trouve dans sa relation avec une de ses filles l’énergie pour se lancer dans un projet de construction d’une ruche d’un type révolutionnaire en plein 19è siècle.

Le deuxième : un apiculteur américain  victime de la disparition d’une partie de ses colonies et refusant l’industrialisation de son mode de production.

Et le troisième : une femme dans la Chine du milieu du 21ème siècle employée comme son compagnon à la pollinisation manuelle des cultures après la disparition des abeilles.

Autre point commun entre les histoires , la désillusion par rapport à sa famille,  avec l’espoir  apporté par une personne qu’on (re)découvre. « L’espoir » est aussi le dernier mot qu’on lit à la fin de ce livre agréable, peut être pas brillant, mais qui nos parle aussi d’un sujet essentiel  : le fragile équilibre et l’importance de chaque partie de tout système.

 

Les différents types de ruches

Des critiques sur Babelio

 

« Sahara » (Récit) de Cizia ZYKË

Comme un des buts de cette rubrique est d’aller à la rencontre des lecteurs quelles que soient leurs lectures (en dehors des revues) j’ai demandé à un jeune homme (de 22 ans précisément) qui prend le train tous les jours pourquoi il lisait ce récit en particulier. Il l’a acheté chez un bouquiniste car il avait déjà lu deux titres de cet auteur.

Ce qu’il apprécie chez lui, c’est son  style d’écriture et ce qu’il décrit de sa vie d’aventurier et des ses rencontres à travers le monde entier. Ici, il voyage à travers le Mali des années 70 pour revendre des camions plus ou moins en état de marche à des personnages plus que moins louches européens et africains et claquer tout ses bénéfices en général en compagnie de femmes et de pas mal d’alcool.

Pour découvrir cet auteur autodidacte controversé (on lui reproche son parcours émaillé de violences, son cynisme), quelques critiques de Sahara

Cizia Zykë a également écrit des romans que vous pouvez réserver sur Calice68, le portail des bibliothèques du Haut-Rhin

 

La Faucheuse Livre 1 Neal Shusterman R. Laffont 2018

Neal Shusterman est un auteur américain prolifique. Il écrit également pour la télévision et le grand écran. Ce livre devrait d’ailleurs sortir au cinéma. Nous sommes dans un futur où l’humain ne connaît plus la mort. Il vit par cycle et peut rajeunir physiquement quand bon lui semble.La Faucheuse de Neal Shusterman Un énorme internet, le Thunderhead, dirige le monde. Pour limiter la population, une communauté de faucheurs vient glaner quelques humains. Rowan et Citra ont été choisis par Maître Faraday pour devenir apprentis « faucheurs ». Pendant un an, ils doivent l’accompagner  et passer des épreuves. Mais une terrible décision des faucheurs vient semer le trouble. A l’issue de l’année d’essai, le gagnant devra tuer le perdant. Rowan et Citra qui se sont rapprochés ne peuvent se résoudre à accepter la décision. Elle leur paraît d’autant plus injuste qu’elle est le reflet de la mainmise d’un clan de faucheurs pervertis et assoiffés de pouvoir et de meurtre. L’histoire alterne avec des extraits de journaux intimes des protagonistes. Ce livre développe la réflexion sur la mort et sa place (ou son absence)  et des thèmes connexes. C’est un monde original et dur. On sort des dystopies habituelles. L’histoire d’amour qui se greffe est, elle, beaucoup plus classique. J’ai bien aimé la couverture en trompe-l’oeil. Le second tome est déjà paru en français.

Dans les forêts de Sibérie de Sylvain TESSON

Parti à la recherche du temps ralenti, Sylvain Tesson s’est isolé pendant 6 mois dans une cabane  au bord d’un lac, dans les forêts de Sibérie. Ses proches compagnons : deux jeunes chiens, des mésanges, des natifs débarquant la plupart du temps à bord d’un canoë ou qu’il retrouve de la même manière ou à pied, des livres, des livres, des livres, de la Vodka, du thé, du bois…la forêt et lui même !

A près avoir été adepte d’une frénésie de voyages, voilà qu’il veut se réapproprier son temps dans la solitude et le silence pour tenter d’être heureux.

La cabane est le lieu du pas de côté. Le havre de vide où l’on est pas forcé de réagir à tout.

Et encore : Je me suis dépossédé de tout désir au moment précis où je conquérais le maximum de liberté.

Son évolution  se déroulera sur plusieurs périodes : le printemps, l’été, le désespoir, la paix. Il recevra là bas le message de rupture envoyé par la femme qu’il aimait et sera sauvé par ses chiens.

Avoir trente huit ans et être là, sur une plage, à ramper sur une plage en demandant à un chien pourquoi les femmes s’en vont.

Des références illustrent les réflexions de l’auteur, mais j’ai beaucoup aimé son style personnel émaillé d’aphorismes et de beaux rapprochements. Son rapport à la nature, au temps qui évolue au fur et à mesure jusqu’au départ en passant par un déplacement de l’attention vers les petits choses qui paraissaient si insignifiantes.

Pour les curieux, Sylvain Tesson partage une liste de livres à lire dont voici une partie qui renvoit à la thématique de la nature  : l’Amant  de Lady Chatterley : DH Laurence ; Des pas dans la neige : Erik Lhomme; Des nouvelles d’Agafia : Vassili Peskov ; Indian Creek : Pete Fromm ; Les hommes ivres de Dieu : Jacques Laccarière ; Vendredi : Michel Tournier ; Robinson Crusoé : Daniel Defoe ; Un an de cabane : Olaf Candau ; Rêveries du promeneur solitaire : J. J Rousseau ; Le chant du monde : Jean Giono ; De la nature : Lucrèce ; Typhon : J Conrad ; Vie de Rancé : Chateaubriand ; La dernière frontière : Grey Owl ; Traité de la cabane solitaire : Antoine Marcel ; Walden : Thoreau ;

Je rajouterais : Dans la forêt : Jean Hegland ; Saisons : Mario Rigoni Stern ; Dalva : Jim Morisson ; Into the wild : Jon Krakauer

Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

Je rajouterai que j’ai lu ce livre dans un lieu assez reculé dans un gîte de bois et de pierre, entouré de montagnes et déconnectée des réseaux. J’ai ressenti (moins sensiblement, hein, j’était proche de la civilisation) le bien être d’un recentrage sur l’instant et je crois que ce livre m’a fait encore plus d’effet dans ces conditions !

Critiques : Télérama ; Babelio

 

« Les misérables » de Victor HUGO

Pour le retour de la rubrique après une période de turbulences ferroviaires et des congés, c’est une jeune lectrice (la vingtaine) qui a partagé sa lecture. Elle a emprunté ce titre à la  médiathèque de Sélestat, car elle aime l’écriture classique, en général, pour son style qu’elle préfère à celui des auteurs contemporains. La relation au spirituel développée dans certains livres l’intéresse aussi.

Appâtée par un extrait lu à la radio, elle voulait lire « Les Misérables » pour aller plus loin que les clichés de Jean Valjean, de la misère qu’on en a gardés . Cette lectrice curieuse a peu de temps pour lire sauf dans train pour aller au travail.

Aux dernières nouvelles, elle continue sa lecture !

Pour réserver, c’est  sur Calice68, portail des bibliothèques du Haut-Rhin