Archives par auteur: Aurélie

Valise d’été en littérature francophone

Voilà des livres que j’ai vu passer et que je mettrais bien dans ma valise…

Il s’agit de :

 

Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes Michel Lafon 2015mémé_

Ce livre, grand succès du numérique en auto-édition, raconte l’existence bouleversée d’un vieux bougon  bousculé par une fillette de 10 ans et une grand-mère geek. Une littérature humoristique qui donnera des couleurs à votre été !

 

Toujours dans les trios, voici le livre :

JulesJules de Didier Van Cauwelaert Albin Michel 2015

Là, c’est un chien qui joue l’empêcheur de tourner en rond !  Jules, chien d’aveugle, doit changer de maître car Alice a subi, avec succès, une opération des yeux. Il fugue et fait une irruption désastreuse dans la vie de Zibal.

Un livre digne des comédies romantiques…

 

Pour continuer, rajoutons un zeste d’amour et de poésie japonaise, et voicifacteur émotif

Le Facteur émotif de Denis Thériault Anne Carrière 2015.

Ce court roman québecois a été couronné d’un prix littéraire. Une trame originale où un facteur trompe l’ennui en ouvrant les courriers qu’il doit distribuer… Mais qui est pris qui croyait prendre…

 

 

et je danse aussi_

Et je danse aussi d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat Fleuve éditions 2015

Roman à quatre mains, composé d’échanges de courriels, ce livre met en scène la correspondance entre un écrivain connu, en panne d’inspiration et une lectrice. Quand deux grands noms s’associent, la palette des émotions est à l’honneur !

 

Immersion dans l’Angleterre de la Première Guerre mondiale dans

Un Roman anglais de Stéphanie Hochet Rivages 2015.hochet

Un portrait de femme tout en finesse inspiré de la vie de Virginia Woolf. C’est aussi le reflet d’une société en pleine mutation. A lire pour voyager et s’imprégner d’une autre époque…

 

Les Quatre saisons de l’été de Grégoire Delacourt J.-C. Lattès 2015

DelacourtQuatre histoires de couples qui ont 15, 35, 55 et 75 ans… On se retrouvera forcément dans l’un ou l’autre. Les points communs : le 14 juillet 1999 avec la prédiction de fin du monde en vue et la chanson de Cabrel « Hors saison ».

Pour ceux qui avaient aimé le best-seller La liste de nos envies et les autres, à découvrir sans attendre !

 

La vie est facile, ne t’inquiète pas ! Agnès Martin-Lugand Michel Lafon 2015vie-facile-aml

Agnès Martin-Lugand signe là la suite des aventures de son héroïne Diane dans Les gens heureux lisent et boivent du café. Le roman peut néanmoins se lire indépendamment du premier. Diane doit surmonter un deuil et reprendre goût à la vie. Un livre émouvant, malgré quelques clichés,  et qui donne envie de profiter de la vie !

 

Ric-Rac d’Arnaud Le Guilcher Robert Laffont 2015

ricracPrenez un adolescent de 14 ans, Jeanyf, qui passe ses vacances à La Sourle, coin perdu. Rien de bien réjouissant ! D’autant plus que pour intégrer un centre de formation sportif, il doit gagner quelques centimètres pendant l’été. Et pourtant, voici un roman drôle et sensible. Alors vous aussi, essayez les vacances façon Arnaud Le Guilcher !

 

 

 

Encore un dernier livre avec un adolescent pour personnage principal : Venise

Venise n’est pas en Italie d’Ivan Calbérac Flammarion 2015

Voyage initiatique (en caravane) d’un garçon de 15 ans, ce road-movie illustre également, avec humour, les différences de classe, les  relations parents-enfants et les premiers émois.

 

Voilà, la valise est pleine ! Je vous souhaite de bonnes vacances ! Et si vous avez l’occasion de bouquiner ces livres ou d’autres, écrivez-le nous !

La Surface de réparation d’Alain Gillot Flammarion 2015

Vincent a construit sa vie tant bien que mal. Il entraîne l’équipe de foot junior à Sedan. Un jour, sa routine est brisée par l’arrivée inattendue de sa soeur. Celle-ci lui demande d’accueillir son fils, Léonard, pendant une dizaine de jours. Mais surfaceVincent a rompu les ponts avec sa famille depuis longtemps et Léonard n’est pas un enfant comme les autres. Contre toute attente, un lien se crée… Une histoire sensible qu’on lit d’une traite ! Bien sûr, les ficelles sont un peu grosses parfois mais c’est agréable de s’éloigner de la morosité ambiante !

L’écrivain Jean Vautrin alias Jean Herman est mort le 16 juin 2015. D’abord réalisateur, scénariste et acteur, il se tourne JeanVautrinensuite vers l’écriture. Auteur de polars dans la collection « série noire », il invente également, avec Dan Franck, le personnage de Boro, reporter photographe. En 1989, il reçoit le prix Goncourt avec le roman « Un Grand pas vers le bon Dieu ». On lui doit notamment « Le Cri du peuple », fresque sur l’époque de la Commune.

Valérie Zénatti succède a Céline Minard (Faillir être flingué) pour le Prix du Livre Inter. Ce 8 juin, son roman « Jacob, Jacob » éd. de L’Olivier a été choisi par 24 auditeurs-jurés. zenattiS’inspirant de l’histoire familial, le livre décrit le parcours  de Jacob, algérien et juif, qui se bat en France durant la Seconde Guerre mondiale. Ce sont aussi la vie et le quotidien de sa famille qui sont explorés.

Les livres présentés au comité ado du 20 mars 2015

Une à deux fois par an, à l’initiative de Joëlle Poulet, un comité adolescent composé de bibliothécaires et de documentalistes alsaciens se réunit à la Médiathèque Départementale du Haut-Rhin. Voici les livres qui ont été proposés au débat :

Trois femmes et un fantôme de Roddy Doyle, coll. Tribal, Flammarion

Mary, une jeune fille, rencontre une dame qui est en fait le fantôme de son arrière-grand-mère. Celle-ci revient pour aider sa fille, Emer, à mourir.

Le sujet du lien intergénérationnel est assez peu traité dans les livres pour adolescents.

Roddy

Le style est fluide hormis la répétition agaçante du mot « genre ». Dommage qu’il y ait des maladresses. L’abondance de dialogues peut dérouter le lecteur.

Le thème de l’accompagnement dans la mort est très actuel. Il s’agit de l’euthanasie mais aussi de la présence physique auprès des malades. Le personnage de la grand-mère a beaucoup d’humour. De même, le fantôme adoucit l’histoire.

Le roman est ciblé « filles ». Il peut intéresser également les mères et grand-mères.

Après la vague d’Orianne Charpentier, coll. Scripto, Gallimard

La famille de Maxime et de sa sœur jumelle Jade est en vacances en Thaïlande. Maxime choisit d’aller à la plage plutôt que de visiter un temple. Jade décide de lui tenir compagnie. Une fois sur la plage, la mer se retire soudainement. C’est un tsunami. Maxime et Jade doivent s’enfuir rapidement. Mais Jade lâche la main de son frère pour aider un bébé. Quand Maxime se réveille, sa sœur est portée disparue. Déscolarisé, ce dernier vit une descente aux enfers.

A noter le très beau prologue.

Il s’agit d’un roman initiatique dont le sujet est, là aussi, la mort.Charpentier

C’est une réflexion sur la souffrance indicible. On ne peut guérir quelqu’un. C’est à celui qui souffre de trouver son chemin. Maxime le fait sans l’aide de ses parents.

La couverture est belle.

Orianne Charpentier a écrit également « Mauvaise Graine », l’histoire d’un adolescent mal dans sa peau, en conflit avec ses parents, qui apprend le cancer de son père.

Elle posait pour Picasso de Béatrice Egemar, coll. Courant noir, Gulf Stream

Dans le Montmartre du début du siècle, Emile, poète et écrivain côtoie les artistes de la butte : Max Jacob, Pablo Picasso, Henri de la Puisaye. Il est marqué par le suicide de la bouquetière Linda. Lors d’une séance de divination avec son ami Max, la jeune fille lui demande de l’aide. Emile se lance alors dans une enquête auprès de l’entourage de Linda. Il fait la connaissance de Virginie qui habite le même immeuble.

Ce roman combine le genre policier et historique ainsi que le thème artistique.picasso

L’enquête classique est presque reléguée au second plan. On entre dans l’univers du Bateau-Lavoir et du Lapin Agile, toujours en activité aujourd’hui. La vie de bohême avec sa rudesse, le village de « Montmartre » et les petits métiers sont restitués avec bonheur et fidélité. Il faut néanmoins une sensibilité à l’art. Le livre donne d’ailleurs envie de connaître le tableau de Picasso dont il est question. Sur la forme, il rappelle les romans-feuilletons de l’époque.

Les romans policiers, plus rares, sont aussi moins demandés que la fantasy et la science-fiction. Pour les plus jeunes, on peut recommander « L’Enigme Vermeer » de Blue Balliett.

Bleue de Florence Hinckel, coll. Soon, Syros

Astrid et Silas sont deux jeunes gens amoureux. Mais Astrid décède des suites d’un accident. Silas, désespéré, est oblitéré par la cellule d’éradication de la douleur (CEDE). On lui « enlève » les émotions ressenties. Mais celles-ci lui reviennent progressivement en mémoire d’autant plus qu’il croit voir Astrid. hinckel

Florence Hinckel dépeint un monde où l’on a mis fin à la douleur psychique. La première partie décrit une société séduisante. Elle ressemble au livre « Le Passeur » de Loïs Lowry. La deuxième partie questionne autour d’une société hypersurveillée, totalitaire. Le thème des réseaux sociaux et de l’hyperconnexion prédomine. Quelle est la valeur de la vie ? Comment reconnaître les moments de bonheur si on perd les sentiments ?

Le rôle de la grand-mère d’Astrid, résistante à l’oblitération, est important. L’histoire d’amour est magnifique. Les personnages des adolescents et des adultes sont travaillés.Ce roman permet de développer un esprit critique. La fin reste ouverte.

En espérant que ces résumés et critiques vous donneront envie de découvrir ces romans…

Le Météorologue d’Olivier Rolin Seuil 2014

Alexeï Feodossiévitch est un communiste convaincu. La tête dans les étoiles, à sonder le ciel, il rêve du meilleur pour son pays. Il  redescend soudainement sur terre lors de son arrestation pour sabotage. Est-ce une méprise, de la jalousie ? Il ne saura jamais. imagesCA0P4JBIPendant ses 3 ans d’emprisonnement au goulag des Solovki, Alexeï va écrire des lettres à sa femme et à sa fille, qu’il ne verra jamais.  Ce roman, proche du documentaire, à la fois dans la forme et le fonds, dénonce l’absurdité et la cruauté du système communiste soviétique. Il rappelle les vies oubliées, derrière les noms des victimes.

Avec maman d’Alban Orsini Chiflet&Cie 2014

OrsiniCe livre est un bel exemple du passage de la version numérique au papier. En une série de SMS à l’humour ravageur, nous apprenons à connaître les rapports, via smartphone, entre un fils et sa mère. Lui est célibataire, toujours à cours d’argent et elle, une mère (sur)protectrice trouvant tous les défauts à sa belle-fille potentielle. Eloignés l’un de l’autre, ils communiquent par SMS. Mais cela ne va pas sans mal pour la plus âgée des deux… Laissez traîner ce livre, vous verrez : il attire indéniablement les lecteurs, jeunes ou seniors ! Comme le miel et les abeilles, on vous dit !

Cartographies littéraires

Deux sites intéressants se basent sur la géographie pour nous guider dans nos choix de lecture.

Le premier Cartographie littéraire de la France est un site participatif conçu par un libraire strasbourgeois. Il propose près d’un millier d’extraits de plus de 300 auteurs concernant des lieux en France. On peut y lire, par exemple, la description des villages alsaciens par Alphonse Daudet. Il suffit de cliquer sur le lieu qui nous intéresse.

Le second est un blog du libraire numérique Feedbooks Romans régionaux et du terroir de Véronica Fantini. Il recense des livres de terroir par lieu, sur le même principe de carte interactive.