Archives par auteur: Bénédicte Wolf-Kiene

Les anges meurent de nos blessures de Yasmina KHADRA

livre khadra70915Sur le quai de la gare, il fait encore chaud, donc, j’en profite pour faire ma petite photo en extérieur.

La lectrice (environ 30 ans) s’est fait prêter cet exemplaire de « Les anges meurent de nos blessures » par une amie. Elle aime cet auteur parce qu’il traite de faits de société. Plus particulièrement, elle apprécie son approche des relations entre culture occidentale et arabe.

Suite de l’actu des prix littéraires

taslivresLe 9 septembre, le prix du Monde  a été décerné à Agnès DESARTHE pour « Ce coeur changeant »

Le 8 septembre, sélection pour le Renaudot 2015

Le 03 septembre, sélection pour le Goncourt 2015

Le 02 septembre, la revue Transfuge a décerné ses prix

Pour le calendrier des prix (sélections et remises), c’est

(tous ces articles ont été vus sur Livrehebdo.fr )

SAN MIGUEL T. Coraghessan BOYLE ; Traduit de l’américain par Bernard TURLE

ileSan Miguel : sur cette île hostile viennent se fracasser deux familles portées par l’espoir d’une vie meilleure : les Waters dont la mère est atteinte de tuberculose et dont le mari espère refaire sa vie dans l’élevage de moutons en même temps qu’elle guérirait. Et, plusieurs décennies et une guerre plus tard, les Lester, jeune couple porteur d’un projet de société idéale. Jimmy, journalier de son état, fait le lien entre ces deux périodes et ces familles que tout oppose, à part la lutte contre les éléments. Ambiance intemporelle, (proche des Hauts de Hurlevents, parfois) avec ces sentiments et ces sensations exarcerbés par l’isolement et le relief bouleversé de l’île inhospitalière qu’o a du mal à situer, du coup. Amateurs de descriptions psychologiques tout en finesse, prenez ce livre en main et embarquez sur l’île aux phoques (très présents) qui abrite aussi pas mal de moutons.

La maison dans l’arbre de Mitsuyo KAKUTA ; traduit par Isabelle SAKAI

Ca aurait pû s’appeler le voyage de Yoshitsugu, puisque c’est par lui que tout commence lorsqu’il prend conscience, suite à la mort de son grand-père, de son ignorance du passé de sa famille. Lorsque sa grand-mère déclare qu’elle veux « rentrer chez elle »,  iI décide de l’accompagner sur les traces du passé de ses ancêtres, en Mandchourie, là où tout a commencé.

Ramen_museum

Travail personnel de Douglas P Perkins

Avec « La maison dans l’arbre », nous plongeons donc dans la vie dans trois générations de cette famille de Tokyo à propos de laquelle Yoshi se pose beaucoup de questions  Est-normal que tous ses membres pratiquent la fuite d’une façon ou d’une autre ? Pourquoi ne mange-t-on jamais ensemble ? Au delà de l’inconfort psychologique que cette situation procure, c’est cela , finalement qui les rend si attachants. Individuellement, ça se débrouille, et ça trace sa route avec des retours vers le nid : la maison dans le même bâtiment que le restaurant familial Jade qui, lui aussi, se développe au cours du temps, parfois augmenté d’appendices provisoires (caravane, cabane).

« Chacun vit sa vie, mais il y a lien, on dirait. »

Un très beau livre où se mèlent les  époques de façon très libre dans un style très fluide. En prime, une vision du Japon au cours du 20ème siècle.

Le lecteur : une espèce menacée ? Newsletter Télérama du 24 août 2015

Frederick_Augusta_Barnard01Le lecteur, une espèce menacée ? Un article intéressant de Michel Abescat et Erwan Desplanques qui ne se contente pas de nous dire que le nombre de grands lecteurs diminue, mais nous donne des clés de compréhension : concurrence des autres loisirs (notamment les séries qui ont pris le relais des romans feuilletons du début du 20è s), inluence d’internet qui a enfoncé le clou,  plus grande diversité des titres proposés par les éditeurs (voir la rentrée littéraire en France avec 589 titres). Mais il ne faut pas oublier les petits chiffres de vente au moment de leur parution de certains classiques de toutes époques ! Allier gros succès et excellence reste exceptionnel et ne  peut pas être partagé par tous les auteurs …

 

 

Wilderness de Lance WELLER, chez Gallmeister

Ancien soldat, le vieil Abel est hanté par ce qu’il a vécu pendant la guerre civile lors de la bataille de la Wilderness. Mais il a d’autres blessures, encore plus profondes celles là, datant de sa vie en couple et l’engluant de culpabilité. Il vit dans une cabane isolée en pleine nature avec pour seul compagnon, un chien, et décide de se lancer dans un dernier voyage solitaire. wild._SL160_Mais après s’être fait agressé par deux vagabonds aussi démunis que lui, il décide de se venger. Il ne trouvera la rédemption et le repos qu’à l’issue de sa quête, après avoir traversé des étendues glacées, tiraillé par le doute. « Wilderness » est encore une belle production de l’éditeur breton Gallmeister  et sa collection « Nature writing ».

Amateur de grands espaces mettant à rude épreuve toute humanité, ne passe pas ton chemin et poursuis ta route avec comme repère la lueur lointaine d’une fin magnifique !!

 

Auteurs de fanfictions : les enfants des sagas

Battle_of_Stamford_Bridge,_fullSagaThe Battle of Stamford Bridge, from The Life of King Edward the Confessor by Matthew Paris. 13th century.

A l’occasion de la sortie de l’opus 4 de la série « Cinquante nuances de Grey », France Culture nous fait découvrir ce courant de la littérature coopérative et numérique qu’est la « fanfiction » et à travers le témoignage d’une auteure, Alixe. La série de E.L..JAMES en est un exemple dont le point de départ était « Twilight« , autre succès de librairie.