le livre balladeur

…Le principe est de choisir un lecteur dans le train TER qui me mène (presque) jusqu’à la Médiathèque Départementale 68 et de l’interroger jusqu’à ce qu’il avoue où il s’est procuré le livre (cadeau, emprunt dans une bibliothèque, achat…), mais aussi quelles sont les circonstances qui l’amènent à prendre ce train et son âge approximatif. Je vais généralement, jusqu’à lui demander ce qu’il pense du livre. Donc, il y a de tout dans cette sélection aléatoire : du neuf, du classique, du vieux mais toujours du roman.

La Guerre des clans de Erin HUNTER

Aujourd’hui, une rencontre avec un jeune lecteur de 18 ans passionné de chats.  C’est par ce biais qu’il a commencé la série culte « La Guerre des clans ». Il se trouve qu’il est dyslexique. Lorsqu’il était au collège, un ami inspiré (et futé) lui a suggéré de lire cette série. De deux mois pour lire un livre à l’époque, il met deux jours maintenant !! Pour revenir à nos moutons, je rajouterai qu’il a acheté ce livre en librairie. Ce qui lui plaît dans la série, c’est également l’intrigue et le fait qu’elle aborde des sujets comme la tolérance, l’environnement (il aimerait devenir herboriste). En dehors de la lecture, il dessine (des chats) et écrit. J’aime bien ce genre d’histoire qui met une cerise sur le gâteau de la rubrique.

Pour réserver, la série est

 

 

« Lignes de failles » de Nancy HUSTON

Ce lecteur/voyageur de 32 ans emprunte le TER quotidiennement pour son travail. Il a également emprunté ce livre à son amie qui l’avait acheté.

Pourquoi celui-ci ? Il aime beaucoup cet auteure et un des sujets traités cette fois-ci l’intéressait aussi : les pathologies narcissiques et notamment les relations complexes mère / fils.

Le livre entamé le capte déjà, je le laisse donc à sa lecture !

Pour voir le résumé ou réserver dans une Bibliothèque du réseau du 68 : c’est ici

« Le temps d’un autre » de Robert GODDARD ; Trad. de Pascal LOUBET

 

 

C’est dans le TER qu’elle emprunte  tous les jours pour se rendre à son travail que cette lectrice a ouvert ce livre. Elle l’a acheté chez un bouquiniste comme elle l’a  fait pour d’autre titres qu’elle donne ou revend après lecture surtout quand il s’agit de « Poche ».

Elle  aime l’écriture  prenante et plaisante au style « british » (lui faisant penser au rythme d’Agatha Christie) de cet auteur qu’elle a déjà lu. Le récit se déploie lentement, émaillé de  rebondissements mais n’est pas « gore ». Elle aime bien se faire  « ballader » au gré de pistes brouillées égrenées par narrateur mystérieux.

Pour le résumé ou/la réservation dans une Bibliothèque du réseau 68 c’est ici

Pour d’autres titres de l’auteur

« Petit pays » de Gaël FAYE

Cette lectrice  acheté ce livre après avoir entendu son auteur en parler à la radio. Il lui a fait envie à cause de sa façon de parler qui se retrouve dans le livre, au style très délié et vif, plein d’humour malgré le  drame. (Massacres au Rwanda, exil).

L’auteur arrive en France et nous parle de son pays d’origine, le Burundi, de son enfance privilégiée. C’est vivant,  sensuel. La France, vue par l’auteur exilé nous semble exotique. Pas déçue du voyage, la lectrice, trentenaire, prend tous les jours le TER.

Ce livre a obtenu le Goncourt des Lycéens en 2016, ce n’est pas rien !

Alors, Tentés ? Pour le résumé ou une réservation, c’est par

Le cadavre dans la Rolls de Michael CONNELY (Points)

Le hasard m’a dirigée une fois de plus vers un jeune lecteur trentenaire amateur de romans policiers. Je précise : c’est lui (l’usager du train qui l’utilise au quotidien pour se rendre à son travail) qui est venu s’assoir à côté de moi 😉 .

Il a acheté cet exemplaire à l’Association « Pas si bêtes »  qui finance des actions de protection d’animaux par la vente de livres  d’occasion.  OOh !! la belle idée ! Il a apprécie le style simple et efficace de cet auteur assez connu dont il a déjà lu d’autres titres. Et , apparemment, c’est un grand lecteur !

« Le miroir d’ambre » de Philip PULLMAN ; trad. par Jean ESCH

Sur les conseils d’une amie, cette lectrice de 30 ans, fidèle utilisatrice du TER a tenté cette série. Elle aime le fantastique en général et apprécie l’écriture simple de cet auteur.  Elle trouve également le personnage principal attachant.

Cela montre, une fois de plus, que des adultes lisent des auteurs destinés à la base à la jeunesse.

Ce titre fait partie de la trilogie classique de la littérature jeunesse :  » A la croisée des mondes » à réserver  ici , sur le catalogue de la Médiathèque départementale du Haut-Rhin

Un dernier titre récent (déjà encensé) vient de sortir : « La belle sauvage »,  premier tome d’une série « La trilogie de la poussière »

« Wendigo » de Graham MASTERTON ; trad. de François TRUCHAUD


Pour amateurs de littérature bien trempée et pour changer du roi Stephen King : un  titre mêlant enquête sur des disparitions d’enfants, surnaturel et chamanisme. C’est justement  ce genre d’atmosphère du  livre qui a attiré ce lecteur de 40 ans environ. Il s’est lancé et l’a emprunté dans une médiathèque 🙂 car il ne connaissait pas l’auteur. Il lit un livre par mois alors qu’étant enfant, il ne lisait pas.

Il n’a pas été déçu par l’histoire, même si le style de l’écriture un peu simpliste ne l’a pas emballé.

Si vous voulez en savoir plus et /ou l’emprunter, c’est par

Bénédicte WK

L’hôtel New Hampshire de John IRVING

Ce lecteur de 38 ans a pu lire ce livre grâce à une amie qui le lui a offert . Il avait particulièrement apprécié le précédent : « Le Monde selon Garp ». Il a retrouvé cette atmosphère si réaliste, résultant de ruptures de tons entre passages calmes et drames soudains laissant sans voix. Le lecteur, a éprouvé ces mêmes sensations dans  les livres de Salman RUSHDIE.

 

Et Nietzsche a pleuré d’ Irvin YALOM ; Trad. par Clément BAUDE

La lectrice – environ 30 ans-,  travaillant dans le secteur social avait déjà lu un titre de cet auteur  : « Mensonges sur le divan » qu’elle avait aimé. Donc, en achetant ce deuxième titre chez un bouquiniste  (ça fait plaisir d’écrire ce mot, ça faisait longtemps !), elle avait choisi de ne pas prendre de risque. L’histoire se met en place dès le départ. L’arrière plan historique et les débuts de la psychanalyse lui plaisent également. Pourvu que ça lui plaise jusqu’au bout et que le livre lui tienne compagnie même ailleurs que dans le TER qu’elle ne prend pas souvent.

 

Juste une mauvaise action d’Elizabeth George ; Trad. par Isabelle Chapman

Dans cette rubrique, une place est laissée au hasard, donc, il a fait que le livre du jour, est un policier ce qui veut dire un petit pas de côté !

Il s’agit d’un achat en librairie par une lectrice habituée du TER d’environ 45 ans. Ce titre fait partie d’une série avec deux  personnages qu’on retrouve à chaque fois : l’inspecteur Lynley.et le sergent Barbara Havers.

Le duo fonctionne bien selon la lectrice qui a eu envie de les retrouver une fois de plus dans une enquête les menant en Toscane.

 

 

 

 

 

Pour plus d’informations, et pourquoi pas, pour réserver, c’est ici