Non classé

La piste des glaces/L’Epée des ombres J.V.JONES

Troisième partie de la série de Fantasy l’Epée des ombresLa Piste des glaces,  a été baladé par un lecteur masculin d’environ 50 ans qui l’a acheté sur internet après avoir été séduit par les deux premières parties achetées dans une librairie. C’est un lecteur curieux et exigeant  mais qui apprécie aussi de s’évader en lisant !

Fréquente les bibliothèques depuis son plus jeune âge, et a toujours un livre en cours .piste des glacesPour plus de SF, de Fantasy et de Polar, c’est par ici : le blog Mauvais Genre animé par des bibliothécaires de la MD68

Suite des prix littéraires

Le Grand Prix du roman de l’Académie française a été décerné le 29 octobre à l’ écrivain algérien Boualem Sansal 2084(« 2084 ») et à Hédi Kaddour (« Les Prépondérants »).

Le premier a écrit une dystopie qui se déroule dans un pays imaginaire, l’Abistan, du nom du prophète Abi. La pensée personnelle y est proscrite. Il y a obligation de soumission au Dieu prépondérantsunique.

Le deuxième roman décrit les changements provoqués par l’arrivée d’une équipe de tournage
américaine dans un village du Maghreb, dans les années 20.

 

 

 

 

Christine Angot a reçu le 2 novembre le prix Décembre pour « Un Amour impossible ». Roman angotautobiographique dans lequel l’auteur décrit la relation entre son père, intellectuel bourgeois et sa mère secrétaire. Elle parle également de l’inceste dont elle a été victime.

 

 

cacheLe prix Fémina a été attribué hier à Christophe Boltanski pour « La Cache ». C’est un retour sur l’histoire de sa famille à travers les pièces de la maison et notamment la cache qui servit à son grand-père pendant la Seconde Guerre mondiale

Le prix Médicis couronne Nathalie Azoulai avec « Titus n’aimait pas Bérénice ». Elle revisite la vie de Racine à travers l’histoire d’amour de Bérénice.azoulai

Reste encore le Prix Interallié, le 12 novembre.

Les prix ont donc couronné des auteurs différents. La rentrée littéraire francophone s’avère assez éclectique, sans domination écrasante. Les favoris Boualem Sansal et Delphine de Vigan ont été récompensés sans pour autant monopoliser les prix. On retrouve toujours la forte propension à l’autofiction (exploration de la vie de l’auteur sous forme romancée) qu’on connait depuis quelques années. Autre thème qui inspire les écrivains : les pays musulmans et leurs évolutions.

Un peu de poésie virale, ça ne peut que faire du bien !

L’exposition  « UGO RONDINONE : I ♥ JOHN GIORNO », organisée au Palais de Tokyo est consacrée à « Dial a poem »(appelle un poème ), oeuvre de poésie virale innovatrice de John GIORNO lancée en 1968 et permettant  l’écoute à la demande de poèmes par téléphone.

Des moyens technologiques actualisés ont été mis au service d’un numéro de téléphone : 0800 106 106

Du 19 octobre 2015 au 10 janvier 2016, ce numéro vert vous permettra d’écouter des textes lus par des artistes très variés, avec une reprise des enregistrements emmagasinés pour 1968 augmentés de nouveaux textes.

dial poemUn autre article sur le site « Je beurre ma tartine »

La femme au miroir de Eric Emmanuel SCHMITT

SCHMITT9092015Cette fois, le livre épinglé a été acheté en librairie par une jeune fille d’environ 20 ans qui se déplace souvent en train pour son travail mais pas toujours aux mêmes horaires.Chez cet auteur, elle aime beaucoup découvrir de quelle façon dont il arrivera à faire de plusieurs histoires, un récit. En l’occurrence, il s’agit au départ de trois femmes vivant à des époques  et dans des lieux différents qui ont en commun le désir d’échapper à l’image qu’on a d’elles.

 

 

La libération des camps

Il y a 70 ans, entre l’été 1944 et mai 1945, les troupes soviétiques et les armées alliées se rejoignaient progressivement et libéraient les camps de concentration.

La rentrée littéraire de septembre 2014 a été marquée par le roman de David Foenkinos consacré à la peintre Charlotte Salomon, morte à Auschwitz en 1943.

Depuis, deux autres livres notamment, ont été consacrés à des déportés.

 

Le voyant de Jérôme Garcin éd. Gallimard 2014téléchargement (2)

Il s’agit du parcours de Jacques Lusseyran, aveugle suite à un accident à l’âge de 8 ans. Cet homme, à l’intelligence vive, sera étudiant en prépa à l’Ecole normale sup. A cette occasion, il occupera des fonctions dans un groupe de résistant. Il connaîtra la déportation à Buchenwald. Rescapé, il écrira et enseignera à l’étranger avant de connaître une mort accidentelle.

 

 

Et tu n’es pas revenu  de Marceline Loridan-Ivens Grasset 2015téléchargement (1)

Résistante, capturée par la Gestapo avec son père , Marceline est envoyée dans les camps en avril 1944. Elle retrace sa vie en détention et la perte de son père qui impactera toute son existence et celle de sa famille. Elle évoque aussi ses combats en tant que réalisatrice et scénariste avec son mari Joris Ivens.

 

A l’heure des commémorations, ces deux portraits forcent l’admiration. Ce sont des témoignages précieux sur la résistance et l’expérience traumatisante des camps. Il est intéressant et émouvant de lire comment chacun d’eux a continué son chemin.

« Le » site

babelio

Pour les amateurs de livres, ce site internet est bien connu. Il est un peu ce qu’est le site Marmiton à la cuisine : un site collaboratif basé sur un système de notes attribuées par les lecteurs. Pour participer, il suffit de s’identifier. On peut aussi y créer sa propre bibliothèque. Vous ne savez pas quoi lire ? Ce site vous propose plusieurs entrées : les livres les plus populaires, la presse en parle, des tags ou encore des listes de livres aux sujets parfois étonnants… Vous pouvez d’ailleurs faire un tour sur la liste des livres les plus attendus de la rentrée automnale 2015. Des vidéos, entretiens et études complètent les informations à disposition. Un incontournable !

Pardonnable, impardonnable de Valérie Tong Cuong JC Lattès 2015

Milo, 12 ans est sous la garde de sa tante Marguerite. Le drame arrive : l’enfant a un accident de vélo. Chacun s’en veut pardonnable_mais la coupable est toute désignée, c’est Marguerite. C’est elle, la fille mal-aimée, la belle-soeur envahissante, la soeur égocentrique. Mais, finalement, n’ont-ils pas tous leur part de responsabilité ? Les secrets de famille vont éclater au grand jour. Les révélations s’enchaînent, les personnalités se dévoilent de rebondissements en rebondissements. Un livre étonnant même si le final reste, lui, classique.

Le Météorologue d’Olivier Rolin Seuil 2014

Alexeï Feodossiévitch est un communiste convaincu. La tête dans les étoiles, à sonder le ciel, il rêve du meilleur pour son pays. Il  redescend soudainement sur terre lors de son arrestation pour sabotage. Est-ce une méprise, de la jalousie ? Il ne saura jamais. imagesCA0P4JBIPendant ses 3 ans d’emprisonnement au goulag des Solovki, Alexeï va écrire des lettres à sa femme et à sa fille, qu’il ne verra jamais.  Ce roman, proche du documentaire, à la fois dans la forme et le fonds, dénonce l’absurdité et la cruauté du système communiste soviétique. Il rappelle les vies oubliées, derrière les noms des victimes.

Avec maman d’Alban Orsini Chiflet&Cie 2014

OrsiniCe livre est un bel exemple du passage de la version numérique au papier. En une série de SMS à l’humour ravageur, nous apprenons à connaître les rapports, via smartphone, entre un fils et sa mère. Lui est célibataire, toujours à cours d’argent et elle, une mère (sur)protectrice trouvant tous les défauts à sa belle-fille potentielle. Eloignés l’un de l’autre, ils communiquent par SMS. Mais cela ne va pas sans mal pour la plus âgée des deux… Laissez traîner ce livre, vous verrez : il attire indéniablement les lecteurs, jeunes ou seniors ! Comme le miel et les abeilles, on vous dit !