Sélections…

Rentrée littéraire Romans étrangers

EN TOUTE FRANCHISE jpgcouleur de l'eauj'ai vu un hommed'AILLEURS POISSONSjpgNEVERHOME

 

Ils sont peut être moins médiatisés que les romans francophones, mais les étrangers sont bien présents sur les 589 sorties de la rentrée littéraire.

La thématique de l’exil (ou, les racines) revient dans plusieurs des romans sélectionnés ici (pour la plupart issus de la sélection pour le Fémina étranger). Le mensonge et ses conséquences à assumer est aussi de la partie.

  • « La Neige Noire » de Paul LYNCH, l’histoire d’un exilé parti aux Etats-Unis et de retour dans son pays, l’Irlande. Il n’y rencontre pas la bienveillance escomptée.
  • « D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds : chronique familiale » de Jon Kalman STEFASSON. Un voyage en Islande à travers l’évocation de la vie des  grands-parents du narrateur, pêcheurs en Islande, puis sa jeunesse pour nous conduire jusqu’au présent.
  • « La couleur de l’eau » de Kerry HUDSON (Ecosse). Encore une histoire d’exil . Alena , une jeune russe sans papier entame une relation avec Dave qui semble exilé dans son propre pays, l’Angleterre.
  • « J’ai vu un homme«  de Owen SHEERS (Angleterre). Un homme détruit par le décès de sa femme, s’installe à Londres et s’imisce dans la vie une charmante famille qui l’a aidé à son arrivée.La culpabilité et la recherche du pardon sont au rendez-vous de ce récit où les apparences mènent le bal.
  • « Tous nos noms » de Dinaw MENGESTU (Etats-Unis). Un homme, rattrapé par son passé alors qu’il a fuit son pays pour les Etats-Unis dans les années 1970.
  • « L’imposteur » de Javier Cercas (Espagne). Inspiré par un personnage réel, imposteur n’ayant jamais connu les camps, mais à la tête d’une association de survivants de l’Holocauste.
  • L’imposture, ici mais, cette fois pour sauver une personne avec  » Neverhome » de Laird HUNT (Etats-Unis)
  • « Et ne restent que des cendres » de Oya Baydar pour nous replonger dans la Turquie des années 70.
  • « Péchés capitaux » de Jim HARRISON (Etats-Unis). Où l’on retrouve l’inspecteur Sunderson en quête de tranquillité et de quelques poissons.  C’est sans compter avec ses voisins dégénérés adeptes de toutes formes de violences qui vont le forcer à sortir de sa réserve.
  • « En toute franchise » de Richard FORD (Etats-Unis) Un autre retraité qui ne peut profiter de son repos.Après le passage de Sandy, il doit régler ses comptes et affronter le passé.
  • Et « Zone d’intérêt » Martin AMIS qui transforme le système des camps de concentration en royaume ubuesque.

Vous les trouverez en tout cas dans notre catalogue dans quelques temps.

 imposteurNEIGE NOIREtout nos noms_SL160_

 

 

 

En marge des sélections de la rentrée littéraire, une autre sélection de titres anciens

logo-actualittePour la rentrée littéraire, le site Actualitté.com nous propose de nous pencher sur 20 titres qui ne sont peut être pas récents, mais qui n’en sont pas moins de qualité, pertinents et pas onéreux, certains sont du domaine public, donc gratuits.

Et ça tombe bien, nous en avons plusieurs dans notre catalogue

Il y en a encore issus de cette liste à chercher ici et pensez  à ces titres en version « Livres lus « .

 

Il y a 100 ans… le génocide arménien

Pour ne pas oublier, voici quelques romans parus ces dernières années.

 

Erevan de Gilbert Sinoué Flammarion 2009  erevan

Un roman qui permet de situer le déroulement des faits et ouvre la réflexion.

 

Un certain mois d’avril à Adena Daniel Arsand Flammarion 2011adana

Daniel Arsand revient sur les événements du mois d’avril 1909, prémices du génocide.

 

Les Enfants de l’oubli Raffy Shart Le Cherche Midi 2012shart

La saga romanesque de deux jeunes gens amoureux à travers le siècle et les continents.

 

L’ Etrangère Valérie Toranian Flammarion 2015l_etrangere

Valérie Tornian dresse le portrait de sa grand-mère, rescapée du génocide. A la fois drôle et bouleversant…

 

 

 

Dans les Yeux d ‘Anouch Roland Godel Gallimard jeunesse 2015Anouch

Les aventures d’une adolescente et de sa famille déportées dont l’exode durera cinq années.

 

 

 

 

Ces romans ont en commun d’avoir été écrits par des enfants de ou petits-enfants de victimes du génocide (à part le roman de Gilbert Sinoué). Les auteurs se sont souvent heurtés au mur de silence dont se sont entourés leurs proches. La transmission des événements s’est faite tardivement, dans des familles parfois partagées entre plusieurs cultures. Mais, comme pour d’autres génocides, la nécessité de témoigner se fait de plus en plus prégnante…

 

Suite de l’actu des prix littéraires

taslivresLe 9 septembre, le prix du Monde  a été décerné à Agnès DESARTHE pour « Ce coeur changeant »

Le 8 septembre, sélection pour le Renaudot 2015

Le 03 septembre, sélection pour le Goncourt 2015

Le 02 septembre, la revue Transfuge a décerné ses prix

Pour le calendrier des prix (sélections et remises), c’est

(tous ces articles ont été vus sur Livrehebdo.fr )

Rentrée : ces romans francophones qui font le buzz

La rentrée littéraire 2015 comprendra 589 nouveaux romans. Ce chiffre est en légère baisse par rapport à 2014. Il comprend 393 romans français et 68 premiers romans.

 

En voici 9 dont vous avez certainement entendus parler :

 

enardchalandonangotcrime

– La Boussole de Mathias Enard

– Profession du père de Sorj Chalandon

– Un Amour impossible de Christine Angot

– Le Crime du comte de Neuville d’Amélie Nothomb

– Eva de Simon Libérati

– D’après une histoire vraie Delphine de Vigan

– La Septième fonction du langage Laurent Binet

– La dernière nuit du Raïs Yasmina Khadra

– Quand le diable sortit de la salle de bain Sophie Divry

evavigantbinetkhadradiable

 

Nous ne manquerons pas de vous tenir informé de nos lectures, de nos découvertes ainsi que de la réception des ouvrages de la rentrée par nos lecteurs.

 

A découvrir : Jocelyne Saucier

saucier3

 

Romancière québécoise, elle a fait une carrière journalistique. Elle est l’auteur de quatre romans dont deux ont rencontré un certains succès en France. Il s’agit de :

 

 

Il pleuvait des oiseaux Denoël
saucier 2Dans les forêts du Témiscamingue au Québec, il est facile de se faire oublier. C’est le cas de Charlie et Tom, deux vieillards qui vivent en quasi-autarcie. Leurs seuls contacts sont des planteurs de marijuana. Cette petite communauté va être chamboulée par l’arrivée de deux femmes : une photographe, à la recherche de témoignages sur les grands incendies du début du XXe siècle et Marie-Desneige, oubliée dans un hôpital psychiatrique et qui renaît à la vie.

Un roman original, véritable ode à la nature, peuplé d’anti-héros, âgés et cabossés par la vie.  Une adaptation cinématographique est prévue.

Les Héritiers de la mine Denoël

saucier_Les Cardinal, avec leurs 21 enfants, règnent sur la petite ville de Norco. C’est le père, prospecteur, qui a découvert le filon de la mine.Les enfants ont grandi, se sont éparpillés au quatre coins du monde. Les voilà réunit lors d’une remise de médaille. L’atmosphère des retrouvailles est tendue. Les souvenirs refont surface tandis qu’un malaise s’insinue.

Roman là aussi unique par son thème mais aussi par la mise en scène. Comme dans une pièce de théâtre, les protagonistes prennent chacun à leur tour la parole pour raconter leur vie. Ainsi se tisse la trame du drame qui les a tous affectés et qui ne sera dévoilé qu’à la fin.

La libération des camps

Il y a 70 ans, entre l’été 1944 et mai 1945, les troupes soviétiques et les armées alliées se rejoignaient progressivement et libéraient les camps de concentration.

La rentrée littéraire de septembre 2014 a été marquée par le roman de David Foenkinos consacré à la peintre Charlotte Salomon, morte à Auschwitz en 1943.

Depuis, deux autres livres notamment, ont été consacrés à des déportés.

 

Le voyant de Jérôme Garcin éd. Gallimard 2014téléchargement (2)

Il s’agit du parcours de Jacques Lusseyran, aveugle suite à un accident à l’âge de 8 ans. Cet homme, à l’intelligence vive, sera étudiant en prépa à l’Ecole normale sup. A cette occasion, il occupera des fonctions dans un groupe de résistant. Il connaîtra la déportation à Buchenwald. Rescapé, il écrira et enseignera à l’étranger avant de connaître une mort accidentelle.

 

 

Et tu n’es pas revenu  de Marceline Loridan-Ivens Grasset 2015téléchargement (1)

Résistante, capturée par la Gestapo avec son père , Marceline est envoyée dans les camps en avril 1944. Elle retrace sa vie en détention et la perte de son père qui impactera toute son existence et celle de sa famille. Elle évoque aussi ses combats en tant que réalisatrice et scénariste avec son mari Joris Ivens.

 

A l’heure des commémorations, ces deux portraits forcent l’admiration. Ce sont des témoignages précieux sur la résistance et l’expérience traumatisante des camps. Il est intéressant et émouvant de lire comment chacun d’eux a continué son chemin.

Poésie : La traversée de l’Eté avec RIMBAUD

418px-Forain_RimbaudJean-Louis Forain [Public domain], 1872 (via Wikimedia Commons)

Du 27 au 31 juillet, France Culture vous propose de partir à la découverte d’un autre RIMBAUD pour une « Grande traversée » .

Des témoignages, des reportages, des lectures vous ferons découvrir les multiples facettes du poète : génie,  voyou, commerçant, explorateur et  mystique.

Cette émissions se fait l’écho également de la réouverture le 21 juillet  (un peu précipitée, apparemment), du musée RIMBAUD à CHARLEVILLE-MEZIERES

Quand ? Départ tous les matins à 9h09 pour un voyage jusqu’à 11h , mais d’autres horaires à la carte sont possibles en podcast !

Des pistes à découvrir dans notre catalogue : Abyssinie : entre ciel et terre ; Eloge du voyage ; Rimbaud à Aden ; Rimbaud (chanté par Ferré) ; Rimbaud et la ménagerie impériale (Numéro spécial 2008 de la revue Parade Sauvage) ; Arthur Rimbuad : ses plus beaux poèmes ; A Rimbaud : une biographie

Pour les jeunes : Arthur Rimbaud, le voleur de feu ; Arthur Rimbaud , une vie en enfer