De nos frères blessés Joseph Andras Actes sud 2016

téléchargementPour son premier roman, Joseph Andras réhabilite la mémoire de Fernand Iveton. Si son nom ne vous dit rien, c’est normal. Il s’agit d’un des nombreux oubliés de l’histoire, sacrifiés à la raison d’état. Il fut condamné en 1956 pour avoir posé une bombe dans un endroit isolé de son usine. Il n’y eut ni mort ni blessé. Fernand Iveton ne voulait pas sacrifier de civils, juste marquer les esprit et revendiquer le droit à l’autonomie des Algériens. Il subira la torture. L’auteur retrace les jours de détention mais aussi la vie de Fernand en insistant sur sa rencontre avec Hélène, sa femme. Il redonne vie et humanité au condamné. On comprend que son sort est étroitement lié aux circonstances politiques et au climat de guerre civil. M’intéressant peu à cette période de l’histoire, j’ai quand même apprécié ce récit, emmené par une très belle langue. Un prix Goncourt du premier roman mérité mais refusé par l’écrivain car « sa conception de la littérature n’est pas compatible avec l’idée d’une compétition ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *