Deux livres particulièrement éclairants sur la seconde guerre mondiale

 

 

A l’ombre des vainqueurs de Marie-Laure de Cazotte Albin Michel 2014

A l'ombre des vainqueurs Marie-Laure de CazotteQue ce livre fut difficile à avoir entre les mains ! Il faisait l’objet de plusieurs réservations. Il faut dire que son thème, la guerre 39/45 en Alsace, ne peut que susciter l’intérêt de nos lecteurs. L’auteur aborde un thème particulièrement délicat, le sort des Alsaciens pendant cette période. Joseph est un enfant de 7 ans en 1940. Il vit avec ses parents et son grand-père dans le petit village de Mittelheim. Tout le monde se connait. La guerre, il en a entendu parler dans les récits de son grand-père, ancien soldat allemand. Puis, il y aura les affiches de propagande, la venue des soldats, l’obligation de parler allemand, les livres brûlés et les réunions clandestines dans sa maison… Un jour, son père est arrêté. Peu après, les soldats allemands débarquent chez eux et cherchent à intimider la famille. Le village est bombardé, son ami blessé et amputé. Joseph doit aider sa mère à assurer leur survie. Plusieurs mois après la guerre, son père rentre. Joseph se retrouve alors face à un inconnu.

Une histoire qui évite les raccourcis et montre bien la complexité des événements. L’auteur y aborde des thèmes peu connus en dehors de la région comme l’existence du camp de Schirmeck, des incorporés de force et des prisonniers de Tambov. Elle évoque aussi l’autre versant, celui des collaborateurs et des soldats volontaires. Le procès, suite au drame d’Oradour-sur-Glane, illustre la difficulté des Alsaciens à faire entendre leur histoire particulière . Toutes ces personnes, aux attitudes et aux convictions différentes, ont finalement du réapprendre à vivre ensemble après la guerre.

Le Gardien de nos frères d’Ariane Bois Belfond 2016Le Gardien de nos frères Ariane Bois

Autre thème délicat et complexe : le sort des Juifs et plus particulièrement des enfants juifs placés dans des familles pendant la seconde guerre mondiale.Simon a 16 ans quand il part pour le maquis. Il y sera blessé. Rétabli, il cherche à retrouver les siens. Il apprend successivement la mort de sa soeur et de son frère aîné. Il veut alors retrouver le benjamin de la famille, Elie. Un ami lui propose de rejoindre les rangs des dépisteurs, souvent des anciens du mouvement des Eclaireurs israëlistes, qui recherchent  les enfants juifs placés dans des familles. Dans sa quête, il fait équipe avec Léna, qui revient de l’enfer du ghetto de Varsovie. Après un début tendu, les deux jeunes gens s’épaulent et partagent leur souffrance.

Ariane Bois revient sur un épisode douloureux de l’après-guerre : la recherche des enfants placés. Ces enfants ont parfois subi des violences, parfois aussi trouvé une famille d’adoption aimante. Faut-il les en séparer pour les confier à un orphelinat ou à un parent éloigné ? Certains enfants ont été baptisés ou ont oublié leurs racines. Doit-on les élever dans la tradition juive de leurs parents ? Comme Léna, des adultes, se sont aussi posé la question d’un nouveau départ vers la terre promise, en Israël.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *