Intérieur nuit de Marisha PESSL . TRAD; PAR Clément BAUDE : la vérité est ailleurs

interieurnuitLa couverture est à l’image de l’histoire : vous pensez avoir résolu le mystère et il débouche sur une autre vérité qui finalement mène au début d’une autre interprétation et une autre dimension psychologique.

 « Je compris à ce moment que que je m’étais trompé. Parce qu’elle était là. La fin. La queue. Je l’avais enfin trouvée »

Même quand on croit que tout s’est mis en place, que la vérité a enfin éclaté, finalement, non ! Et c’est bon de se perdre dans ce labyrinthe !

L’histoire : Scott Mc Grath, un journaliste d’investigation, remet le couvert lorsque la ténébreuse fille de Cordova, mystérieux réalisateur de films d’horreur est retrouvée morte dans un entrepôt. C’est qu’il avait déjà enquêté sur le père et ses accusations  de pédophilie sans fondement lui avait valu un procès, un divorce et le bannissement de sa profession.

Cette fois, grâce à deux jeunes coéquipiers improbables, il va tenter de rassembler les éléments du puzzle monde Cordova en fonction de ce qu’il l’avait imaginé plusieurs années auparavant mais la vérité des personnes n’est pas celle qu’on imagine.

Et sa vérité détruisait tout sur passage, ratiboisait la jungle magique et sombre dans laquelle je m’étais égarée en suivant les traces d’Ashley, m’indiquait que je marchait en fait sur un terrain plat et sec , inondé de lumière

L’enquête nous plongera dans les faux semblants du cinéma avec son paroxisme au moment où Mc Grath est plongé (on se demande s’il devient vraiment fou ou si c’est réel et donc s’il s’en sortira), dans le studio et où il est confronté physiquement à la réalité des films qu’il a vus à travers les objets et décors qui lui font rejouer véritablement les scènes.

En dehors de la construction diabolique du récit, les vrais faux documents distillés (articles de presse, captures d’écran…) ajoutent au trouble quand ils donnent à imaginer le mal.

Les italiques utilisés reprennent des dialogues ou des éléments observés lors des recherches  (pour mieux nous persuader de l’avancement de l’enquête dans le sens du journaliste, on est dans sa tête).

 

Maison_Hantée_-_P1350595

Japan Expo Sud; 2012, Yves Tennevin

En dehors de cela, le style imagé m’a beaucoup plu !

On est du côté du thriller avec manipulation, paranoïa, faux semblants, vérité cachées, dark internet, magie noire et attirance pour le mal, cinéma, toutes ces thématiques m’ont fait penser à David LYNCH !!, même si la construction du livre reste classique.

Voilà donc un de ces livres qu’on a qu’une envie, c’est de le retrouver tous les jours ! Et sa fin ouverte fait que j’y pense encore et encore et encore  !

Pour plus de précisions, voire une réservation , c’est ici 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *