La couronne verte de Laura KASISCHKE (Laura KASISCHKE, Créatrice d’atmosphères, deuxième partie)

PLUMESVERTESjpgLa couronne verte Récit d’apprentissage à travers une histoire d’amitié entre trois filles découvrant pendant leur Spring Breack,une toute petite partie du Mexique, mais pas la plus innocente : les pyramides de Chichen Itza, lieu de sacrifice des jeunes vierges!!! ). A cette occasion, les élèves de terminale américains se regroupent dans un lieu exotique, en général, et se livrent à des activités diverses et variées comme le bronzage exaspéré sous l’emprise de l’alcool ou d’autres substances, copulation…ou /et découvertes de la culture locale.

Le récit est partagé par trois amies : Terri qui reste au second plan et choisit plutôt la première option, Michelle, que l’auteur choisit de faire parler à la troisième personne et Anne s’exprimant à la première personne (On comprendra plus tard pourquoi ce choix donne plus d’épaisseur au récit). Ces deux dernières optent pour une option mixte. Elles se trouvent seules face à des choix, sans autre arme que leur instinct. Celui-ci les mènera  au devant du drame mais pas de la façon qu’on imaginait.

A mon avis, ce n’est pas le meilleur livre de Laura Kasischke. La question centrale du livre, bien qu’illustrée par une montée en puissance de l’angoisse, est un peu celle qui se pose à tout le monde : en qui peut-on vraiment avoir confiance? Et cela est peut être encore plus partagé lorsqu’on est un jeune adulte, mis devant une multitude de choix plus ou moins menaçants et/ou excitants selon son degré d’imagination et surtout l’orientation de celle-ci ! C’est peut être un livre qui plaira aussi à un public plus large, le style, au service d’une histoire plus basique, est moins poétique. Certaines images redondantes le plombent même un peu (les plumes vertes deviennent un peu lourdes, au bout de plusieurs fois). La psychologie aussi est plus terre à terre et les adultes sont moins présents. Le seul personnage adulte masculin propose et les filles acceptent ou pas (Michelle n’a pas de père officiellement connu). Mais les mères sont présentes à travers leurs conseils. A propos d’Anne et Michelle : « Nous connaissions et respections nos propres limites. En cela, nous avions pris le contre-pied de nos mères qui pouvaient être d’une insistance pesante : Il leur fallait toujours tout savoir, tout comprendre – et lorsqu’elles n’y arrivaient pas, elles tentaient de nous changer pour que l’on corresponde à la vision qu’elles avaient de nous ». Donc, je continue avec « Les revenants » que j’ai largement préféré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *