Le Chant de la Tamassee Ron Rash Seuil 2016

Au printemps, Ruth, en vacances en famille dans les Appalaches, s’enfonce dans la rivière. Elle fait un pas de plus mais déjà la Tamassee l’a engloutie. Malgré les recherches périlleuses, il est impossible de retrouver le corps. C’est alors qu’un dilemme se pose : laisser le corps dans la rivière ou mettre en place un barrage temporaire. Les parents de Ruth se battent pour lui offrir une sépulture tandis que les militants pour la protection de l’environnement refusent qu’on enfreigne la loi téléchargementinterdisant tout aménagement de la rivière. Maggie, une enfant du pays, est chargée de faire un reportage photographique sur le sujet. Elle est accompagnée d’Allen, un journaliste. Pour chacun d’eux, ce voyage va faire resurgir des moments douloureux du passé. Arriveront-ils à laisser le passé derrière eux ? Comment le traitement de l’information par la presse va-t-il impacter l’opinion publique ?

Deuxième roman de l’auteur, ce livre a été traduit tardivement. Il fait partie du courant littéraire « nature writing », consacré aux grands espaces. La rivière est un des personnages centraux, celui vers lequel tous les regards convergent. Ce drame bouleverse la petite communauté environnante. Chacun est amené à se positionner et les hommes politiques sont sollicités. Cette histoire m’a paru étonnante et je me suis demandée si elle aurait pu avoir lieu ailleurs qu’aux Etats-Unis. Elle est d’ailleurs tirée d’un fait divers.On ne peut évidemment y rester insensible. Et finalement, le dilemme est plus complexe qu’il n’y parait. Mention spéciale aussi à la couverture.Un roman marquant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *