« Paysages perdu : de l’enfant à l’écrivain » de Joyce Carol OATES ; trad. par Claude SEBAN

Un récit autobiographique passionnant qui met les lecteurs à hauteur de l’écrivain immense qu’est Joyce Carol OATES. En fait, elle descend en elle même  en nous  invitant à visiter les lieux où elle a grandi. Elle nous explique comment ils ont été déterminants dans sa vision du monde en tant qu’individu et dans son parcours en tant qu’écrivain ( dans son besoin irrépressible et très précoce d’écrire aussi).  Tout ce voyage à partir des images qu’elle en a conservées, puisque ceux-ci n’existent plus tels quels.

Au commencement, nous sommes des enfants imaginant des fantômes qui nous effraient. Peu à peu, au cours de nos longues vies, nous devenons nous-mêmes ces fantômes, hantant des paysages perdus de notre enfance.

Grandie à la campagne dans les années 30, avec des parents aimants et une famille dont une partie était issue de l’immigration Hongroise, elle a été confrontée à la violence comme à l’amour, les deux restant présents dans son œuvre.

Elle nous parle de ses rapports aux livres : l’amour qu’elle a pour Alice au pays des merveilles à laquelle elle s’identifie dans la mesure où, comme Alice, elle analyse les situations de sa vie et ne se laisse pas envahir par les sentiments.  Mais aussi de ses études en littérature, après avoir obtenu une bourse de 500 dollars (car sa famille était pauvre).

Et on s’aperçoit que les thèmes ou les ambiances qu’elle arrive si bien à nous faire partager dans ses livres, se retrouvent dans son enfance. Cela paraît évident, mais elle en fait la démonstration. Mais en même temps, elle nous fait partager les difficultés de rendre compte de certains aspects du passé. Lorsqu’elle veut écrire sur sa relation avec son mari après le décès de celui-ci : elle l’a fait dans « J’ai réussi à rester en vie » , cela est trop douloureux pour elle. Elle nous confie la difficulté d’écrire pour saisir les impressions fugitives qui unissent deux personnes, « essentiellement des tics de comportements » et   » Il y a le mystère du toucher. Impossible à rendre. »

« Les mots sont comme des oiseaux sauvages-Ils viennent quand ils veulent, non quand on les appelle »

Le hasard, la violence, une certaine noirceur,  les difficultés à communiquer avec les proches, la famille, le mystère des enfants et des adolescents, les campagnes sauvages, les villes qu’on retrouve dans ses œuvres, la différence, tout est là !

Son goût pour la solitude volontaire, les insomnies, tout ça la caractérise aussi et lui a permis de développer tout son puissant imaginaire ! Dans le documentaire sur David Lynch,  » The art life »  j’ai eu la même impression à propos de l’influence de certaines scènes vécues qui infusent toute sa créativité très liée à sa personnalité originale. Mais dans « Paysage perdu », c’est elle qui contrôle entièrement  la visite, posant les questions et y répondant.

Pour moi, la chanson de Dominique A « Le corps de ferme abandonné » résonne tout à fait avec le chapitre correspondant à l’incendie de la maison maudite habitée par une famille encore plus pauvre que la sienne et bien plus sauvage où elle avait une amie. Il s’y est passé des choses dramatiques.

Mais c’était les maisons abandonnées qui m’attiraient le plus. Marcher des kilomètres dans un air brûlant et lourd à travers des champs d’herbes épineuses et de ronciers, sur des affleurements d’ardoise s’étageant en degrés abrupts, était une partie de plaisir s’il y avait au bout…une maison vide.

Souvent, dans une maison vide, je surprenais l’ombre d’un mouvement au coin de mon œil : une silhouette ouvrant une porte. Il l’avait brutalisée, nous le savions. Et les enfants. Car ils étaient siens, c’était son droit. Nous avions tout en ne sachant pas, car personne ne nous l’avait dit.

Mais cette part cachée qui habite ses romans et ce qui les a inspirés font partie d’elle et cohabitent avec un sentiment et une chaleur humaine profonde.

Je ne souhaiterais certainement pas les revivre, mais paradoxalement, je ne voudrais pas ne pas les avoir vécus car j’aurais le sentiment que ma vie est moins complète ; ma vie d’écrivain surtout, pour qui la qualité de personnalité la plus essentielle est l’empathie.

Un livre témoignage riche et précieux pour tous les admirateurs de cette grande auteure et les autres !

Les titres de Joyce C Oates présents sur Calice68  le catalogue collectif des bibliothèques du Haut-Rhin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *