SELECTION GUILLAUME APOLLINAIRE

 

 

 Dans ce début de siècle et jusqu’à sa mort en 1918, Apollinaire semble complètement en phase avec le monde qui l’entoure et celui de l’art en particulier. La volonté de se faire reconnaître alors qu’il est étranger, la guerre d’un nouveau genre qu’il vit comme combattant, l’arrivée de la machine dans la vie quotidienne et la société qui en découle, il connaît tout cela. Son parcours si particulier fuyant tout cloisonnement et sa culture autodidacte évoluant sans cesse en feront un homme nourri aux classiques mais avide d’expériences nouvelles dont il sera toujours le témoin combattant et l’acteur en tant que critique d’art, poète central et ami chaleureux. S’ajoute à ces dimensions celle de l’amoureux déçu puisant dans ses désillusions l’inspiration pour ses poèmes les plus populaires et ses romans les plus lubriques !

 

Cette sélection de livres issus pour la plupart des fonds de la Médiathèque départementale du Haut-Rhin est complétée par des liens vers des documents en ligne. Bonnes (re)découvertes !

Apollinaire : contemporain et acteur de l’art moderne

Contrairement à la plupart de ses contemporains, Apollinaire refuse d’emblée, comme non fondée, l’alternative entre tradition et modernité, et perçoit les risques de banalité et de facilité qu’implique le modernisme » Anna BOSCHETTI.

  • Apollinaire : le regard du poète : Musée de l’Orangerie Beaux-arts éditions 11/05/2016

A l’occasion de l’exposition organisée par le musée d’Orsay et le musée de l’Orangerie, un compte rendu de l’activité de critique d’art qu’a menée le poète et de son influence sur l’art moderne.

  • Guillaume Apollinaire Les peintres cubistes Ed. de Paris-Max Chaleil ;2018Cubisme « Art de peindre des ensembles nouveaux avec des éléments empruntés non à la réalité de la vision, mais à la réalité de conception »

    Apollinaire exprime son point de vue sur la peinture cubiste en tant que réalité conçue et non pas art d’imitation. Le poète et critique d’art s’intéresse ici à la naissance et à l’évolution de cette façon de montrer absolument nouvelle défrichée par des peintres comme Pablo Picasso, Albert Gleizes, Fernand Léger, Marcel Duchamp, Georges Braque ou Jean Metzinger.

  • Apollinaire : le regard du poète Gallimard  ; Musée d’Orsay 15/04/2016Catalogue d’une exposition consacrée à l’activité de critique d’art de G. Apollinaire dans le cadre de la revue « L’Intransigeant » notamment. Les nombreuses reproductions et des textes mettent en avant l’importance des critiques du poète et son rôle dans le tournant de l’art moderne. Son regard scrute tout ce qui émerge : le cubisme, les nouveaux artistes, (souvent ses amis) comme H. Matisse, P. Picasso ou G. Braque mais aussi d’autres qu’il a été un des seul à pressentir comme Juan Gris, Chagall, Brancusi, Duchamp. Les arts premiers et les arts populaires font partie de ses inspirations. Ses propres attirances ne masqueront ni les découvertes que sa grande curiosité dénichera ni la volonté de témoigner pours ses lecteurs de cette époque merveilleuse.

 

  • Guillaume Apollinaire /Correspondance avec les artistes : 1903-1918 édition établie, présentée et annotée par Laurence Campa et Peter Read ; Gallimard 26/11/2009

Paris, carrefour des artistes où se tient Apollinaire, sémaphore humain, pour les guider, qu’ils soient français ou étrangers et quel que soit leur mode d’expression … Il leur montre le chemin à travers cette galaxie de l’imagination au moment où beaucoup s’exportent pour disséminer le fruit de toute la révolution de l’art moderne. Beaucoup sont présents ici : Derain, Picasso, Max Jacob, Marie Laurencin, Rousseau, Gleyzes, Signac et d’autres moins connus : Edmond-Marie Poullain, Jean Coraboeuf… Ce sont leur correspondance avec Apollinaire retrouvées, donc parfois incomplètes, que rassemble ce livre. On verra à travers les années le style d’Apollinaire style évoluer vers le professionnalisme, fort de son expérience auprès de tant d’artistes variés et au sein de plusieurs revues d’art très influentes à l’époque. Lui aussi sera l’objet de tentatives de séduction à mesure que grandira son expertise et son aura à son apogée entre 1910 et 1914, date où la guerre va dynamiter ce magnifique élan, mais pas pour longtemps. La créativité reprendra le dessus habitant de nouvelles avant-gardes dont Apollinaire continuera d’être un représentant et un défenseur.

  • Dan Franck /Le temps des bohèmes Grasset 14/10/2015

Divisé en trois parties, ce récit met en scène les artistes, peintres, écrivains, sculpteurs et musiciens qui ont fait de Paris la capitale de l’art moderne au XXe siècle. Le lecteur les suit ainsi les trottoirs de Montmartre et de Montparnasse, puis de Paris à Marseille, New York et Berlin durant l’Occupation. Adapté en vidéo en 2015 sous le titre « Les aventuriers de l’art moderne. « 

  • Franck Balandier/ Le Paris d’Apollinaire Alexandrines 05/10/2018

Consacré à l’attachement d’Apollinaire pour Paris, la ville qui le voit évoluer, entouré de ses amis Picasso, Max Jacob, André Billy, Raoul Dufy, etc., et devenir le chantre et le précurseur d’une formidable épopée littéraire et artistique

Guillaume s’en va en guerre (et il n’est pas le seul)

 

Toujours engagé pour faire reconnaître certains artistes, poètes et lui-même, Guillaume Apollinaire s’est également battu dans les tranchées après avoir acquis difficilement le droit de le faire, étant donné qu’il n’était pas né en France.

  • Guillaume Apollinaire / Calligrammes : poèmes de la paix et de la guerre Flammarion 18/09/2013

Si le mot « Calligramme » a été inventé par le poète, cette forme poétique étonnante mêlant le fond et la forme du texte (calligraphie et idéogramme) existait déjà. Engagé volontaire après sa naturalisation en 1916, Apollinaire y parle de la guerre, avec son corollaire, la paix, symbolisée par la colombe. Sept mois avant sa mort, Apollinaire publie des poèmes « De la paix et de la guerre » écrits entre 1913 et 1916 confiés à des personnes de confiance alors qu’il combat sur le front en attendant la possibilité de les faire publier. Il s’inspire de la peinture de Delaunay et sa décomposition du spectre lumineux –l’« Orphisme »- utilisant la couleur des mots et leurs contrastes. Puis le cubisme lui inspire des poèmes dont il faut embrasser d’un seul regard l’ensemble, composé de fragments réorganisés. Toutes ses recherches ont largement contribué à la libération de la poésie dès 1910.

  • Ecrivains en guerre, 14-18 : nous sommes des machines à oublier Gallimard Historial de la Grande Guerre 26/05/2016

Les parcours d’écrivains français, anglais et allemands (Blaise Cendrars, Ernst Jünger, Guillaume Apollinaire, J.R.R. Tolkien, etc.) qui se sont exprimés sur la Première Guerre mondiale, à travers carnets, lettres, manuscrits, poèmes, livres illustrés, dessins et photographies, revues, journaux de tranchées, affiches, programmes de spectacles, oeuvres graphiques, etc.

  • La Grande Guerre des écrivains : d’Apollinaire à Zweig Gallimard 20/05/2014

Ce livre rassemble des extraits d’œuvres d’écrivains de toutes nationalités portant sur la Première Guerre mondiale. Ils sont présentés sous forme thématique : l’été 14, le front, les échelons, l’arrière, la mémoire et l’oubli. Les textes font tous l’objet d’une préface destinée à situer l’écrivain ou l’œuvre dans leur contexte. Un condensé des écrits les plus marquants…

Poèmes et autres écrits

.

  • Guillaume Apollinaire/ Louis Marcoussis Alcools Gallimard Bibliothèque nationale de France 25/10/2018

Poèmes composés par Apollinaire entre 1898 et 1913.

Ce coffret contient le fac-similé de l’exemplaire unique aquarellé par le peintre cubiste Louis Marcoussis, accompagné de 40 eaux-fortes inédites gravées par l’artiste et d’une étude consacrée à l’ouvrage.

  • Guillaume Apollinaire /Tout terriblement : anthologie illustrée de poèmes d’Apollinaire Edition et préface de Laurence Campa Gallimard  25/10/2018

Choix de poèmes illustrés d’oeuvres d’artistes, amis du poète, dont Matisse, Marie Laurencin, Picasso et De Chirico.

  • Guillaume Apollinaire/ Lettres à Madeleine Gallimard 26/04/2013

La rencontre le 1er janvier 1915 d’Apollinaire et de Madeleine dans le train qui ramène le poète de Nice à Marseille fut à l’origine d’une correspondance dans laquelle il se confie sur son art, ses lectures, ses projets d’écriture alors que les combats font rage.

  • Guillaume Apollinaire /Lettres à Lou Gallimard 26/04/2010

Recueil des lettres adressées par le poète, alors mobilisé sur le front, à l’une de ses plus profondes liaisons sentimentales, jusqu’à sa mort.

  • Guillaume Apollinaire /Le flâneur des deux rives Eclat 03/05/2018

Commandé par Cendrars et Cocteau, cet écrit posthume paru en 1919 est un montage réalisé à partir de chroniques parues dans le Mercure de France augmentées de parties inédites. Avec Apollinaire comme guide, on y arpente des quartiers pittoresques, souvent cachés et anciens de Paris et c’est souvent l’occasion de rencontres avec des personnages qui y vivent. Le texte qui annonce le surréalisme a exercé une influence profonde.

 

BIOGRAPHIES

  • Laurence Campa /Apollinaire : la poésie perpétuelle Gallimard 10/09/2009

L’itinéraire d’Apollinaire est retracé, des années italiennes de sa petite enfance à la Grande Guerre, en passant par le Paris cosmopolite des années 1910, au sein duquel les artistes ont inventé l’art du XXe siècle. En parallèle de la présentation des oeuvres majeures du poète, l’univers de la Belle Epoque est évoqué, les avant-gardes, l’Europe en guerre.

  • Jean-Michel Lecat /Guillaume Apollinaire : le poète combattant Encre bleue éditeur 10/04/2014

Dans la tête d’Apollinaire : une chronique vivante de la vie de ce totem de la création parisienne et internationale de la fin de la Belle époque au début des Années folles sans oublier les années de combattant de la Grande Guerre. Ce sont ses amis et relations qui en parlent le mieux et il y en a beaucoup de connus et de moins connus. Une biographie chronologique des années Apollinaire complète le livre.

  • André Parinaud /Apollinaire (1880-1918) Lattès 01/01/1994

Du portrait front bandé par Chirico à la photographie du trépané, l’image d’Apollinaire surplombe ce qu’on allait appeler la modernité. Il fut également un critique d’art ayant reconnu et soutenu Picasso, Braque, Delaunay et bien d’autres.

Julie Birmant, Clément Oubrerie /Pablo Volume 2, Apollinaire Dargaud 07/09/2012

A Paris, en 1905, Guillaume Apollinaire et Max Jacob aident Picasso à reconquérir Fernande. Alors que son art est délaissé par les galeristes, la famille américaine Stein, richissime et cultivée, commence à s’intéresser à lui. Pablo exécute le portrait de Gertrude Stein.

 

ROMANS

  • Franck Balandier / Apo Castor Astral

Dans le Paris de 1911, la Joconde vient d’être dérobée. Apollinaire est accusé du vol. Incarcéré à la prison de la Santé, le poète est en proie au doute. En 2015, Elise, jeune universitaire, demande l’autorisation de visiter la cellule dans laquelle l’artiste a été incarcéré. Elle y fait une étrange découverte.

  • Anne Berest ; Claire Berest /Gabriële Stock 23/08/2017Portrait vivifiant sous forme de dialogues entre Gabriële Buffet Picabia, arrière-grand-mère et les romancières mariée au peintre Francis Picabia. Femme libérée exerçant des métiers comme alpiniste et compositrice, elle influence les artistes de son époque et fait partie des intellectuels qui réfléchissent sur l’art moderne, comme l’a fait Apollinaire. D’ailleurs, ce dernier fait partie d’une bande formée par Picabia, Duchamp et elle–même. Elle vit également une histoire d’amour avec Marcel Duchamp et voyage avec lui et son mari à New-York notamment.

 

  • Raphaël Jerusalmy / Les obus jouaient à pigeon vole Doucey éditions 19/02/2016

17 mars 1916. Apollinaire est atteint par un éclat d’obus dans une tranchée, alors qu’il lit une revue littéraire qui vient, selon l’auteur, d’être retrouvée en Bavière. R. Jérusalmy commente les heures avant l’impact, le drame humain qui se joue et le regard d’Apollinaire sur les hommes, la guerre et la création littéraire.

 

Le document complet sur le site de la Médiathèque du Sundgau

 

 

 

 

 

Calligramme « Saignante flèche » Domaine public

3 Commentaires

  1. Redeler

    Bonjour,

    Léo Ferré chante Apollinaire, ce n’est pas mal (il y en a d’autres)
    https://www.youtube.com/watch?v=ILLOj0oMx3k

    G. Redeler

    Répondre
  2. balandier

    Bonjour,

    Fier de constater que mon ouvrage, « Le Paris d’Apollinaire » figure à votre sélection. Merci. pour être complet, il aurait fallu y ajouter mon roman, « APO », paru aux éditions du Castor astral fin août 2018, qui relate, de manière très libre, l’affaire de la Joconde et le passage du poète à la prison de la Santé, en septembre 1911.
    Il n’est jamais trop tard pour réparer cet oubli.
    😉

    Bien à vous et encore merci.

    Franck Balandier.

    Répondre
    1. Bénédicte Wolf-Kiene (Auteur de l'article)

      OUi, je vais le rajouter avec plaisir, il s’agit d’un oubli de ma part. Je l’avais repéré lors de la préparation !
      Je peux vous demander comment vous êtes arrivé jusqu’au blog ?
      Bénédicte Wolf-Kiené

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *