Archives de mots clés: bande-dessinée

Les Pestiférés Marcel Pagnol, scénario Serge Scotto Eric Stoffel, dessin Samuel Wambre, Bamboo Ed.

 

Une fois n’est pas coutume, nous vous proposons une bande-dessinée. Et pour cause, l’histoire intégrale n’est disponible que sous ce format. « Les Pestiférés » est une oeuvre de Marcel Pagnol inachevée, publiée en partie dans Le Temps des amours. Pagnol avait raconté la fin à sa femme et à son fils. C’est à partir de ces souvenirs que les auteurs font revivre ici le récit.

Maître Pancrace, docteur, a pas mal bourlingué avant de se poser dans un quartier à flanc de colline de Marseille. Quartier ou plutôt petit village… Chacun se connait. Lorsqu’en 1720, ce qui sera la dernière grande épidémie de peste en France arrive, Pancrace est bien décidé à protéger la petite communauté. Pour ce faire, il organise de quoi tenir un siège. Mais, cela suffira-t-il à maintenir la peste à distance ? Une oeuvre particulièrement intéressante qui présente des similitudes avec une fable philosophique.

La couverture est une réussite. J’ai aimé également les tons chauds des dessins. A lire sans tarder !

 

 

Mon Traître d’après le roman de Sorj Chalandon Pierre Allary Rue de Sèvres

Mon traître_Sorj ChalandoIl y a des livres qui vous tentent et qui vous intimident à la fois. J’avais commencé Le Quatrième mur pour lequel Sorj Chalandon a reçu le Prix Goncourt des lycéens. Il m’était tombé des mains. J’aurais dû persister, persuadée que je me serais laissée happer par l’histoire. Mais il n’en a pas été ainsi. J’appréhendais donc cette lecture dont le sujet, le conflit en Irlande du nord, me semblait un peu difficile. Quand j’ai vu l’adaptation en bande-dessinée, j’ai compris qu’une occasion s’offrait à moi. Le rendu artistique de Pierre Allary attire l’œil. Les traits sombres et le monochromatisme, tantôt vert, jaune ou bleu, collent à l’histoire.  A quelques milliers de kilomètres de Paris, c’est la guerre. Les Irlandais du nord se déchirent et l’armée britannique, censée apaisée le conflit, y prend part. C’est dans ce contexte qu’Antoine, un luthier français, se lie d’amitié avec un couple d’Irlandais. Par leur intermédiaire, il fait la connaissance d’une figure emblématique de l’IRA, Tyrone Meehan. Le récit décrit cette amitié profonde qui donnera envie à Antoine de s’engager pour la cause. Mais au fil de la bande-dessinée, apparaissent les interrogatoires de Tyrone par l’Ira.

Au final, l’histoire d’amitié trahie, sur fonds de guerre civile, est bien retranscrite. On ne peut rester insensible. Pierre Allary a pris des libertés dans le dessin (notamment pour les personnages) mais reste fidèle au roman.Je me suis aussi replongée dans le conflit, avec l’envie d’en savoir plus. J’attends l’adaptation de la suite Retour à Killybegs qui est annoncée. Je crois que je vais m’en tenir, pour cette fois encore, à la bande-dessinée. Elle a le mérite de permettre un accès facile et rapide à l’histoire et de proposer un visuel de qualité !