Archives de mots clés: Corse

Les livres dont quelque chose m’échappe

A son image Jérôme Ferrari Actes Sud

Un roman qui se déroule pour partie en Corse et en Yougoslavie. Cela suffisait à attiser ma curiosité. Antonia reçoit de son oncle un appareil Ferrari_A-son-imagephoto. C’est le début pour elle d’une passion. Malheureusement, au retour d’un mariage, elle a un accident. C’est pendant la messe de ses funérailles que nous apprenons à mieux connaître la jeune femme. A la fois source d’attraction et de répulsion, l’île prend une place à part entière dans la vie des personnages. Antonia, lassée des guerres nationalistes et des reportages locaux, ira jusqu’au cœur du conflit yougoslave. Avant de revenir sur l’île…

Une réflexion intéressante sur la photographie et son rôle avec des éclairages sur des photographes oubliés. Il y a aussi les questions sur la mort. Mais, je n’ai pas réussi à accrocher au personnage, assez froid, je trouve, d’Antonia. Y a-t-il un sens particulier à donner aux destins de la jeune femme et de ses amis ?

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu Actes Sud

Nous entrons dans la vie d’Anthony, un adolescent qui habite ue bourgade de l’est de la France. Il traine avec son cousin, boit, fume des pétards. Il n’y a pas grand chose à faire dans les environs : les fêtes de village, le foot à la télé, le plan d’eau. Les hauts-fourneaux, anciens pourvoyeurs d’emplois, ont fermé. Dans l’entourage du jeune homme, c’est le vide aussi : un père violent et alcoolique, une mère qui vit dans la peur… Par certains côtés, on retrouve l’ambiance de la Vraie vie d’Adeline Dieudonné. Mais dans ce roman, les études et le caractère de l’héroïne la poussait à rêver à une autre vie et à la rendre possible. Dans le livre de Nicolas Mathieu, il n’y a pas de rédemption. Anthony n’a guère de rêves ni de volonté, encore moins de goût pour les études. Ce qui l’intéresse, ce sont les filles, et plus spécialement Stéphanie.

Nicolas Mathieu a beaucoup de talent. Ses descriptions de la vie des classes moyennes et populaires dans ces villes, elles aussi « moyennes » sont réalistes. Elles seraient d’ailleurs issues du vécu de l’auteur. Mais quelle noirceur ! Les pauvres restent pauvres, sans évolution possible, pas même en rêve ! Les filles deviennent des mères, s’enlaidissent, s’aigrissent dans un quotidien gris et morose. Les garçons trouvent des petits boulots, font des enfants, boivent… Les adolescents n’ont plus d’espoir. Ils font des tours en mobylette, se droguent, font des bêtises avant de se ranger.

Bon, j’avoue, j’ai sauté quelques descriptions et refermé le livre quelque peu circonspecte.

Voyage littéraire en Corse

images (1)Encore un peu de bleu dans les yeux après un séjour en Corse, je vous propose une petite escale littéraire dans cette île. La Corse possède une forte tradition orale. La réputation de ses chants, notamment, n’est plus à faire. Mais l’écrit, s’il s’est imposé plus tardivement, est bien présent. Des écrivains célèbres se sont intéressés à l’île. Citons parmi eux : Guy de Maupassant, Alexandre Dumas, Honoré de Balzac ou Alphonse Daudet. La postérité a aussi retenu « Colomba » de Prosper Mérimée, le célèbre inspecteur des monuments historiques qui visita la Corse en 1839. La nouvelle est centrée autour du personnage de Colomba, une femme qui a réellement existé et de la vendetta dont elle fut une des protagonistes. Une version de 1913 est proposée par la BNF en ligne ici. Un livre « Le Roman Couverture de Le roman de la corsede la Corse » chez Omnibus (2004) rassemble les écrits les plus célèbres.

Jérôme Ferrari a situé un de ses romans « Le Sermon sur la chute de Rome » (Prix Goncourt 2012) sur l’ïle. Il la connait bien puisqu’il y a vécu et enseigné. L’histoire se déroule dans un village corse où deux jeunes gens, tournant le dos à leurs études, décident de reprendre un bar.

Le dernier roman policier de Michel Bussi « Le Temps est assassin » (2016) se situe sur la presqu’île de la Revellata. Un accident de la route prive Clotilde de ses parents. Adulte, elle revient en vacances et reçoit une lettre de sa mère.

Autre titre récent dont j’avais fait la critique sur ce blog, « Un Petit jouet mécanique » de Marie Neuser. Paru en 2012, il raconte les vacances en Corse d’Anna. La jeune adolescente est rejointe par sa soeur et son bébé. Mais très, vite Anna trouve l’attitude de sa soeur très inquiétante…

Terminons par le roman « Le Caillou » de Sigolène Vinson (2015). Une jeune femme se désespère de sa vie, de son métier… Sur les traces de son vieux voisin, elle part en Corse se ressourcer. Retrouvera-t-elle l’énergie et la motivation nécessaires pour redonner sens à sa vie ?

Bien sûr, on pourrait en citer beaucoup d’autres…

N’oublions pas les écrivains et éditeurs corses. On peut trouver ici la liste de ces derniers.

Mitéléchargementchèle Castelli, professeur de lettres à Paris, a consacré deux ouvrages à sa famille : « La Veuve blanche » Presses de la Cité, 2012 et « Marie di Lola« , Presses de la cité, 2014.

 

Professeur de langue corse, Marcu Biancarelli écrit de la poésie, des nouvelles et des romans (« Murtoriu » Actes sud, 2012, écrit en corse et traduit par Jérôme Ferrari et « Orphelins de Dieu » téléchargement (2)Actes Sud, 2014). Il a reçu le prix fiction de la littérature insulaire en 2001.

Autre écrivain corse célèbre sur le plan national : Marie Ferranti. Elle a écrit notamment chez Gallimard « La Fuite aux Agrigates« , 2001 et « Une Haine de Corse« , 2012.

Ce petit tour d’horizon se termine…en espérant qu’il vous aura donné envie de (re)découvrir l’ïle, source d’inspiration.

 

 

téléchargement (4)téléchargement (3)Couverture de