Archives de mots clés: Fiction

Nos romans préférés en 2017 : sélection d’Aurélie , Bénédicte et de quelques collègues de la Médiathèque départementale 68

L’année s’achève et souvent, cela signifie : bilan. Et bien, pas de chiffres ici, mais des coups de cœur lus et plus qu’appréciés par les deux blogueuses de Larges Visions. Ceux qu’on conseille autour de soi en espérant qu’ils bouleverseront, transporteront, feront du bien, résonneront avec les pensées les plus profondes des lecteurs qui les découvriront en se disant : « c’est tout à fait ça !! »

Et les mêmes qui, parfois, n’ayant  rien provoqué de tout cela à leurs lecteurs nous feront nous poser des questions avant de se dire que, ce ne sont « que » des livres et ils sont chaque fois différents selon leur lecteur. Ouf !

Donc, il s’agit de romans qui ont été chroniqués pour la plupart sur le blog.

Pour les étrangers traduits, je propose :

Margaret Atwood : La servante écarlate. Editions Robert Laffont chroniquée ici
Jean Hegland : Dans la forêt. Éditions Gallmeister. voir ici
Lauren Groff : Les Furies. Editions de l’Olivier ici
Colson Whitehead : Underground Railroad. Prix Pulitzer. Éditions Albin Michel  ici
Naomi Wood : Mrs Hemingway. Quai Voltaire (édition) ici

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les francophones, Aurélie a particulièrement aimé :

Monica Sabolo : Summer. Éditions JC Lattès / Le Masque c’est ici
Cécile Coulon : Trois saisons d’orage. Éditions Viviane Hamy , ici
Sébastien Spitzer : Ces rêves qu’on piétine. Éditions de l’Observatoire.

Ces rêves qu'on piétine_SpitzerTrois saisons d'orage_Cécile Coulon

 

 

Pour compléter l’offre, voici les choix de plusieurs collègues :

Paolo Cognetti : Le Garçon sauvage. Editions Zoé Du même auteur : « Les huit montagnes » avait été chroniqué ici

Andrus Kivirähk : L’Homme qui savait la langue des serpents. Éditions Attila

 

Michel Le Bris : Kong. Editions Grasset et Fasquelle

Olivier Norek Officiel : Entre deux mondes. Editions Michel Lafon
Erwan Larher : Le livre que je ne voulais pas écrire. Quidam Editeur.
Naomi Ragen : Le Silence de Tamar. Editions Yodea.
Craig Johnson : La Dent du serpent. Éditions Gallmeister

Stéphane Bataillon : Où nos ombres s’épousent. Éditions Bruno Doucey (Poésie)


Jeanne Benameur : L’Enfant qui. Actes Sud.

Pour le rédacteur du blog Alsace et  alsatiques de la MD68 :

Barbara Honigmann : L’Agent recruteur. Éditions Denoël.
Régine Robin : Un roman d’Allemagne. Editions Stock
En VO / Barbara Honigmann : Chronik meiner strasse. Hanser Literaturverlage. Voir la chronique

Nathan Hill : Les Fantômes du vieux pays. Gallimard
Kate Atkinson : L’Homme est un dieu en ruine. Éditions JC Lattès / Le Masque.
Douglas Coupland : Miss Wyoming. Au diable vauvert.
Virginie Despentes : Vernon Subutex 3. Editions Grasset et Fasquelle.
James Runcie : Sidney Chambers et les périls de la nuit. Actes noirs / Actes Sud.

Et, aimons nous les uns les autres, ne boudons pas les polars ni la Science fiction :

Sir Arthur Conan Doyle : Le Chien des Baskerville
Fred Vargas : Quand sort la recluse. Flammarion
Pierre Lemaitre : Travail soigné. Le Livre de Poche.

En direct du blog  Mauvais Genres 68 
Jo Walton : Mes vrais enfants. Éditions Denoël Chroniqué également ici
Christelle Dabos : La Passe-Miroir. Gallimard Jeunesse
Erika Johansen : La Reine du Tearling. Éditions JC Lattès / Le Masque
Becky Chambers : L’espace d’un an. Éditions L’Atalante

Sur la page Face Book de la MD68, il y aussi quelques références  de séries,  BD et de musique

ET si vous aimez ça, des sélections faites par des revues suivront !

Donc, arrive le temps des bonnes résolutions du style : je ne lirai pas forcément jusqu’au bout les livres  que j’ai repérés et qui ne me plaisent pas vraiment, ou/et : je ne serai pas trop optimiste quand je sauterai sur tous les romans qui m’attirent mais que je sais pertinemment que n’aurai pas le temps de lire.

En attendant de les mettre en application, je vous souhaite une bonne transition vers l’année 2018 et la rentrée littéraire de janvier !!