Archives de mots clés: harcèlement

Prix sorcières 2019

Cette année, les nominés étaient :

 

La Combe aux loups / Lauren Wolk – EDL

Le Célèbre catalogue Walker & Dawn / Davide Morosinotto– EDL

Soixante-douze heures / Marie-Sophie Vermot – Th. Magnier

Milly Vodovic / Nastasia Rugani – MeMo

Peppo / Séverine Vidal – Bayard dont j’avais fait la critique que vous pouvez retrouver ici.

Une collègue qui participe au vote m’a proposée de les lire et de lui donner mon avis. J’ai pu tous les lire sauf Le Célèbre catalogue Walker & Dawn.

Soixante-douze heure de Marie-Sophie Vermot Thierry Magnier

Un roman important sur le thème de l’accouchement sous X.

Irène, 17 ans, vient d’accoucher. Elle a 72 heures pour prendre une des décisions les plus importantes de sa vie : garder ou non son fils, Max. Les émotions se bousculent. Irène se remémore sa rencontre avec Alban, le père du bébé, sa grossesse et les moments importants de sa vie. C’est durant les neufs derniers mois qu’elle a découvert des secrets de famille. Elle s’est retrouvée confrontée au monde des adultes où la réalité et les personnes ont différentes facettes.  Ce roman, bouleversant, se lit d’une traite.

 

La Combe aux loups de Lauren Wolk Ecole des loisirs

Ce roman nous plonge dans l’Amérique rurale pendant la Seconde guerre mondiale. Annabelle est une jeune fille de 12 ans. Avec ses deux frères, elle traverse, tous les jours, la combe aux Loups pour se rendre à l’école. Sur le chemin, Betty, une nouvelle, en profite pour la harceler. Leur voisin, Toby, un vétéran marginal de la Première guerre, prend sa défense.  Mais, les évènements s’emballent lorsque Ruth, la meilleur amie d’Annabelle, perd un œil et que Betty disparaît…

Ce roman initiatique porte à la fois sur le harcèlement voir la cruauté et les préjugés que l’on peut avoir face aux personnes au mode de vie différent. Si de prime abord, il semble s’adresser aux jeunes lecteurs, il y a quelques scènes, notamment l’évocation de la guerre, par exemple, qui sont destinées plutôt aux ados (à partir du collège) et adultes. Un livre à suspens qui donne envie de connaître la fin.

Pour finir, j’ai lu Milly Vodovic,de Nastasia Rugani mon préféré, dont je vous parlerai dans un prochain article. C’est lui qui a gagné le prix !

 

 

 

 

 

 

 

Michelle doit-on t’en vouloir d’avoir fait un selfie à Auschwitz ? Sylvain Levey Théâtrales Jeunesse

Pour écrire cette pièce de théâtre, l’auteur est parti d’un fait divers qui s’est déroulé en 2014. Une jeune Américaine a pris un selfie à Auschwitz. Elle y figure, tout sourire, en sweat rose accompagné d’ un smiley heureux. Ce selfie a suscité de violentes réactions sur la toile. Sylvain Levey transpose cet évènement à travers l’histoire de Michelle ou plutôt, uneviedechat, son avatar sur les réseaux. Michelle a perdu son père il y a trois ans. Si son double numérique continue à vivre sur les réseaux, sa présence et ses conseils manquent cruellement à Michelle. Le jeune fille part en voyage scolaire en Pologne. Nous la suivons grâce à ses dialogues avec sa mère et ses amis, le plus souvent par sms. Il y a aussi les messages des professeurs et les selfies pris aux quatre coins du monde par des célébrités et des inconnus. Et puis, il y a le selfie à Auschwitz… Cette pièce met en avant des sujets de réflexion particulièrement centraux et actuels : le numérique et les réseaux sociaux, les codes de conduite et le respect notamment dans un lieu de mémoire, le harcèlement. Le selfie est-il une image comme les autres ? En allant plus loin, quelle place pour l’art dans un lieu de commémoration ? Bref, cette courte pièce est un bon point de départ pour lancer la discussion. Cependant, la transcription au théâtre du langage SMS est assez déroutante. Comme certaines critiques l’ont fait remarquer, je serais curieuse de voir la pièce. En tous cas, un bon moyen de convaincre de l’intérêt d’un genre littéraire à la peine mais plein de ressources et de talents, le théâtre.

Treize saisons de Jay Asher coll. Wiz Albin Michel 2010

Encore un roman avec un thème d’actualité, le harcèlement et le sexisme.. Et comme pour le livre de Margaret Atwood, son adaptation en série télé a remporté un vif succès, bien que controversé. Il m’a donc incité à revenir au livre d’origine. Et en effet, le roman laisse aussi un sentiment de malaise.

Le narrateur, Clay, fait partie des treize personnes qui ont reçu ou vont recevoir un colis d’Hannah Baker. Cette dernière vient de se suicider en prenant soin d’enregistrer sept cassettes pour expliquer son geste. Elle parle des treize raisons – et autant de personnes – qui l’ont poussée à le faire. Clay écoute le rôle de chacun, sans savoir quel va être le sien. Le début des cassettes commencent par des faits qui pourraient paraître anodins au départ. J’ai d’ailleurs pensé au côté Treize raison de Jay Asherpuritain des mœurs américaines. Ce sont des actes qu’on a tous vécu et qui ne conduisent pas, heureusement, la plupart du temps au suicide. Mais leur enchaînement va précipiter le malaise d’Hannah. Puis, il y a ensuite des évènements plus graves qui ne permettent pas à la jeune fille de se relever. J’ai espéré naïvement une suite plus heureuse, qu’Hannah fasse une réapparition miraculeuse… En effet, le souci de laisser un témoignage sous forme de cassettes est assez étonnant. Cependant, le livre garde son côté sombre de bout en bout.

Pour certains, il ne faut pas le mettre entre toutes les mains car il peut être perçu comme une incitation au suicide ou en tous cas, être déstabilisant. Effectivement, il me semble réservé aux ados de plus de 14 ans. Par contre, il permet de réfléchir aux conséquences des « mauvaises blagues » sexistes, des gestes déplacés et du harcèlement. L’adolescence , période de fragilité et de recherche d’identité est un terreau fertile pour subir ce genre de comportement. Mais, l’actualité de ces jours derniers montre un phénomène plus global et la nécessité de le dénoncer pour changer les mentalités.

Pour réserver, c’est ici.