Archives de mots clés: Les Editions de l’Observatoire

Réelle de Guillaume Sire Les Editions de l’observatoire

Baignée depuis sa plus tendre enfance par la télévision, Johanna Tapiro est persuadée qu’elle sera un jour remarquée et célèbre. Entourée par sa mère, Sylvie, chargée de clientèle et son père, employé dans une concession automobile, elle se chamaille avec son petit frère et rêve d’une vie « moins beauf » avec sa copine Jennifer. Sa grand-mère est sa plus grande fan. Elle est d’ailleurs sélectionnée pour participer à l’émission Graine de star. Mais son parcours ne va pas plus loin. Sa notoriété lui permet d’avoir une histoire avec Antoine, le garçon en vue du lycée. Histoire qui se passera essentiellement dans les toilettes du collège et qui s’arrêtera dès qu’Antoine aura séduit une « bourge » de son acabit.. Après le lycée, Johanna enchaîne petits boulots et amours sans avenir. Mais, un jour, elle est contactée par le producteur d’une émission. Celui-ci cherche des participants pour une émission, basée sur le concept de Big Brother. Vous l’aurez compris, ce sont les début du Loft. Les candidats sont filmés 24H sur 24. Johanna va vivre une histoire avec Edouard qui deviendra son agent. Elle découvrira l’envers du décors.

En lisant ce livre, je me suis retrouvée propulsée dans les années 1990/2000. L’auteur a repris quasi à l’identique les prénoms des « lofteurs » et des vedettes de l’époque. Je me souviens de l’émoi qu’avait provoqué cette émission. Aujourd’hui, avec le recul, Guillaume Sire nous livre une fable cynique sur les débuts de la téléréalité. L’étoile de la célébrité facile s’est beaucoup ternie depuis. Sans forcer le jugement, l’auteur questionne sur les raisons de cette fascination des téléspectateur. Il met en scène, pour ce faire, la vie d’une famille provinciale pas si éloignée de la nôtre avec le personnage d’une jeune fille, finalement, attachante.

Le Poids de la neige de Christian Guay-Poliquin Les Editions de l’Observatoire

Un jeune homme roule vers le village de son père, mourant,  quand il a un grave accident. Secouru, on le transporte dans la véranda d’une maison isolée occupée par un vieil homme, Matthias. C’est là que les deux hommes vont passer l’hiver, coupés de toute civilisation. Seuls quelques villageois viennent apporter des médicaments, des vivres et des nouvelles. La situation est rendue plus difficile encore par le chaos qui règne dans la région. Une grande panne prive d’électricité le village depuis plusieurs semaines. La neige ne cesse de tomber. Le jeune homme est le narrateur de ce huis-clos, qui se déroule au rythme journalier de l’évolution du manteau neigeux. Si Matthias aide le narrateur, il n’a qu’un but, retourner auprès de sa femme le plus vite possible.

L’auteur, québécois, se serait inspiré du livre de Jean Hegland, « Dans la forêt », où il est aussi question de survie et de nature. Cette dernière fait figure de mère nourricière mais peut se montrer dangereuse.  Elle contribue à renforcer la tension. « Des cristaux de neige longent la silhouette fuselée des arbres. Ils tombent en ligne droite dans un mouvement continu, léger et pesant à la fois. La neige grimpe jusqu’au bas de ma fenêtre et se presse contre la vitre. On croirait que le niveau d’eau monte dans une pièce sans issue ». Bien calée dans un fauteuil, au chaud, cette lecture m’a plu. J’ai apprécié les descriptions qui permettent d’imaginer le cadre du roman. On attend les indices et les actions qui pourraient étoffer l’histoire. On est loin du roman d’aventures, amateur s’abstenir. Tout est dans l’atmosphère, rendue par une économie de mots. Ce livre a reçu plusieurs prix. Il peut se lire comme la suite du premier roman de l’auteur « Le Fil des kilomètres ».

Ces rêves qu’on piétine Sébastien Spitzer Les Editions de l’Observatoire 2017

Un premier roman remarqué de cette rentrée littéraire !

Deux histoires se mêlent puis se rejoignent. Celle de Magda, jeune fille ambitieuse qui se marie avec l’un des dirigeants du Reich, Joseph Goebbels. On la suit jusqu’à la fin, mère et épouse modèle avec ses six enfants, dans le bunkerCes rêves qu'on piétine_Spitzer d’Hitler. En parallèle, un groupe de rescapés des camps essaie de survivre parmi la population hostile. Parmi eux, il y a Féla et  Ava, sa fille, ultimes gardiennes de mystérieux manuscrits.

Ce livre rappelle celui du Prix Femina La Disparition de Josef Mengele, récemment chroniqué. On suit la vie de Magda, qui n’inspire guère la sympathie. On retrouve dans son comportement la froideur et l’égocentrisme du fameux docteur Mengele. Le contraste avec le combat de Féla et sa fille n’en est que plus accentué. Certains passages sont assez dures. Les nombreux personnages du roman donnent une idée des couleurs de l’âme humaine, du noir au blanc, toutes les nuances se retrouvent. Ce roman a le mérite de donner corps à l’histoire sous un angle plutôt original et documenté.