Archives de mots clés: Les escales

La Voix des vagues de Jackie Copleton Les Escales 2016

La-voix-des-vagues de Jackie Copleton

Amaterasu et son mari ont choisi l’exil en pensant que s’éloigner du lieu de la tragédie serait un baume à leur douleur. Ils ont refait leur vie en Amérique, sans jamais réussir à oublier. Alors, lorsqu’ un homme se présente quarante ans plus tard comme leur petit-fils, rescapé de l’explosion nucléaire de Nagasaki, Amaterasu est perdue. Elle se remémore sa vie et celle de sa famille au Japon avant la catastrophe. Quel rôle les secrets de famille ont-ils joué dans le drame ?

L’auteur anglaise a vécu plusieurs années au Japon. Chaque chapitre est accompagné de la signification d’un mot-clé japonais qui illustre la mentalité et les traditions du pays. Ce roman permet effectivement de mieux connaître le Japon, notamment ce qu’ont vécu ses habitants pendant la seconde guerre mondiale. Il y a d’ailleurs des descriptions terribles après le bombardement atomique.

Ce livre est aussi un roman d’amour qui sonde  les profondeurs de la culpabilité. Il met en scène l’affrontement entre les sentiments et le code de l’honneur japonais.

Toutes les douleurs finissent par disparaître, avec le temps. Nous surmonterons ce mauvais moment. Nous redeviendrons une famille digne de ce nom. Ce que nous avons fait était la seule possibilité, il fallait le faire. Je regrette la douleur que cela a causé mais je n’en regrette pas l’issue.

La Mémoire des embruns Karen Viggers Les escales 2015

Ce livre a bénéficié d’un bon bouche à oreille. Le titre et la couverture laissent imaginer une ambiance marine. Et c’est vrai,  le dépaysement est au rendez-vous. Nous sommes en Tasmanie, à l’extrême sud, de l’Australie. C’est de là que partent les expéditions pour telechargementle Pôle sud. Sur l’île de Bruny, Mary, femme de gardien de phare, a élevé ses trois enfants au tempérament différent. Si les deux premiers se sont empressés de retourner sur le continent, Tom, le benjamin, apprécie la nature et reste proche de sa mère. Il se remet difficilement de son divorce, engendré par un séjour au Pôle sud. Mary, elle, sent la fin de sa vie approchée. Contre l’avis de tous, elle retourne s’installer sur l’île. Elle souhaite voir encore une fois les lieux qui ont marqué sa vie et faire la paix avec ses souvenirs. Mais pour cela, elle doit convaincre le gardien de la réserve de l’accompagner. Tom, lui, fait une rencontre qui lui permet de retrouver le sourire.

C’est un livre que l’on pourrait lire, au chaud, derrière une vitre cinglée par la pluie. Il fleure bon les embruns côtiers. Si je n’ai toujours pas réussi à lire Les Déferlantes de Claudie Gallay, je suis parvenue plus facilement au bout de ce roman. Il est vrai que la trame n’est pas très surprenante. Le secret de Mary est vite éventé ; on se doute dès le départ de son contenu. Mais on se prend à apprécier l’ambiance et les personnages qui peuplent ce roman. Le destin de Mary illustre les choix que l’on fait dans la vie, la difficulté qu’il y a parfois à les respecter.