Archives de mots clés: maladie

L’Enchanteur de Stephen Carrière Pocket Jeunesse

L'enchanteur_CarrièreLa littérature pour adolescents ose des œuvres étonnantes. Après avoir lu Milly Vodovic de Nastasia Rugani dont j’ai apprécié l’histoire et le style si flamboyant, je me suis lancée dans cette nouvelle lecture. Ce roman semble susciter le rejet ou l’admiration mais ne laisse pas indifférent. L' »Enchanteur », c’est Stan, 15 ans. Il a un talent particulier pour résoudre les problèmes. Il est aidé par sa bande d’amis :  » [Daniel], un petit Black rond et chauve comme un œuf, [Jenny] , une grande fille baraquée et mutique,  [David] un feuj fragile au gabarit de fillette, et moi [Moh], le rebeu malingre, boutonneux et frisé ». Daniel est sur le point de mourir d’un cancer. Il demande à Stan un miracle, de prouver que l' »amitié ouvre des portes sur l’immortalité ».  Ce miracle aura la forme d’une comédie musicale en son honneur lors de la Fête du Fleuve. Moh, sera le metteur en scène. Il choisit « Le Songe d’une nuit d’été ». En parallèle, un groupe de jeunes racistes, les Tanaris, fait régner un climat malsain dans la ville. Lorsqu’un tueur en série s’en prend à des adolescents, le récit bascule dans le fantastique. Et si un monstre semait le chaos et se mettait sur la route du groupe d’amis ?

Stephen Carrière a choisi l’originalité. Il s’adresse à un public de grands adolescents et adultes à travers des références littéraires et un langage soutenu. Avec le nombre de personnages, il est facile de perdre le fil. Mais, si le lecteur s’accroche, il pourra apprécier l’atmosphère envoûtante de ce roman.

17 raisons de perdre pied. A propos de « I am, I am, I am : dix-sept rencontres avec la mort » de Maggie O’FARRELL ; Trad. de Sarah TARDY

Les 17 rencontres de ce livre organique correspondent aux 17 parties du corps de l’auteure ou de sa fille qui ont été la cible de la  mort.  Pas de ton larmoyant, des données médicales et le compte-rendu non aseptisé des faits quotidiens et de leurs effets sur l’auteure. Au final, pas d’amertume, une énergie vitale décuplée, une lucidité et une impatience face à la bêtise et le manque de compassion.

Contrairement à Sylvia Plath dont le poème « La cloche de détresse » a inspiré le titre, l’auteure ne s’est pas suicidée.Pourtant, Maggie O’FARELL aurait tellement eu de raisons de le faire face à la dureté de certaines épreuves qu’elle a traversées.

Une des fonctions du roman, le partage des expériences et l’identification marchent d’autant plus ici que ce roman parle de ce que nous partageons tous : la mort, de près ou de loin.

Il existait une autre date, [ ..] celle de sa propre mort [ ..] : jour caché , invisible et sournois parmi  tous ceux de l’année, qui passait devant elle sans donner de signe, mais n’en était pas moins sûrement là. Quel était-il ? Tess d’Urberville Thomas HARDY

La majorité d’entre nous a déjà pris des risques plus ou moins volontairement : est monté dans une voiture avec un conducteur ivre, a nagé sans avoir pied dans un océan agité, a eu des rapports non protégés, a continué à fumer malgré les conseils de son médecin, a fait du stop…

Le danger a le goût  reconnaissable entre tous, celui de sa mort. Il est présent lorsqu’on se fait suivre en  pleine nuit de retour d’une fête sur une route par une voiture, lorsqu’un proche souffre d’une maladie chronique, lorsqu’on accompagne un enfant blessé aux urgences. Peut-être qu ‘actuellement, on cherche à éliminer toutes ces sources supplémentaires et irrationnelles de prise de risque, mais la maladie reste présente et ses manifestations resteront toujours en partie une (mauvaise) surprise.

Prise de risque

Evidemment, certains moments de la vie sont plus propices à la prise de risque, comme l’adolescence. Et l’auteur l’a expérimenté. Peut-être à cause de la maladie qui l’a clouée dans un fauteuil d’où elle a réussi à sortir malgré tous les pronostics.

A seize ans, on peut bouillir si fort, être si énervée, si dégoûtée par tout ce qui nous entoure que l’on se sent capable de sauter d’un mur de quinze mètres de haut, peut être, dans le noir, en pleine mer.

Maternité

Le problème, évidemment, c’est qu’elle ne pense à rien d’autre. […] Le désir, le besoin, le chagrin, la frustration sont omniprésents, forment un contre -courant perpétuel dans tout ce qu’elle entreprend. Elle veut un bébé, n’importe lequel. Elle vit avec l’impression de porter une paire de lunettes impossible à retirer.

 

A l’heure où il est plus facile d’assumer de ne pas vouloir d’enfant, elle ne peut faire autrement que de s’acharner. Les obstacles, une fois de plus sont légions et elle parle sans détour d’un autre sujet tabou : les fausses-couches.

Danger

La parentalité rajoute une couche à ce partage d’expérience avec les lecteurs. En général, lorsqu’on devient parent, on essaie de se calmer pour procurer à son enfant une sécurité propre à sa sérénité et son développement.Mais, l’auteure continue parfois à prendre certains risques jusqu’à ce que la maladie de sa fille l’oblige à contrôler quasiment tout ce qui entre en contact avec elle. Et cette fois, ce contrôle vital est totalement disproportionné avec les précautions habituellement prises par les parents.

 

Il me semble primordial de ne pas craquer, de ne pas lui montrer que nous sommes en danger, que nous risquons de ne pas nous en sortir.

 

Parce que,  je me suis dit, parce que je ne peux pas en parler, pas même commencer. Parce que je ne peux pas mettre de mots sur les dangers qui te guettent au détour des rues, des sentiers, des rochers, dans l’épaisseur des forêts. Parce que tu as six ans; …Parce que je ne sais pas encore comment t’expliquer ces choses là. Mais je trouverai.

Courage

Soutenue par son amie médecin, par son mari, elle fait face

Je n’avais plus rien dans le corps. L’amibe était en train de gagner. Je voulais qu’on me laisse tranquille, mais cela voulait dire  en réalité, que je baissais les bras : que j’étais prête à mourir, à abandonner le combat. Cette solution était plus facile que de rester en vie.

Le recul

Forcément, quand on voit tout ce à quoi elle  a été confrontée,  aussi bien directement qu’à  travers ses enfants, on ne peut que se dire que les incidents que l’on peut rencontrer ne semblent que des contrariétés et que tout est affaire d’échelle de valeur. Chacun a la sienne, en fonction de son passé, sa situation actuelle.

Vous ne cédez pas à la panique devant une crise d’appendicite, devant un enfant trempé jusqu’aux os dès le début d’une longue marche, […] des cheveux plaqués par du yaourt alors que vous êtes sur le point d’embarquer pour un vol long courrier […] Tout cela n’est rien ; la vie, c’est autre chose.

Humanité

Les pages de remerciements sont là pour  témoigner de la reconnaissance et de la nécessité d’empathie qui ont permit à l’auteure  de s’en sortir et de continuer à soutenir sa fille atteinte d’hyperallergies. Toutes les personnes qui l’ont aidées, que cela soit dans le personnel médical, scolaire, les chercheurs sont cités.  Les autres sont présents anonymement : les toxiques, les sans cœur, les harceleurs du collège alors qu’elle devait ramper pour se déplacer d’un étage à l’autre de son collège et n’arrivait plus à écrire, en proie aux séquelles de sa maladie neurologique.

Ces souffrances traversées paraissent tellement inhumaines ou trop humaines. Ce qui est humain, c’est d’en avoir fait un magnifique, profond roman autobiographique pas du tout narcissique. c’est un miroir pour chacun,  construit comme un corps avec tous ses organes qui communiquent entre eux et se nourrissent les uns les autres.

Voir 1 autre chronique

Pour réserver dans une bibliothèque du Haut-Rhin

 

 

 

 

 

 

 

Le Matin est un tigre de Constance Joly Flammarion

Ce roman est le premier de l’auteur, professionnelle des lettres. Alma est confrontée à la maladie de sa fille, Billie, 14 ans. Les médecins ne savent pas ce qu’elle a mais, pour Alma, il s’agit d’un chardon, comme dans le livre de Boris La Matin est un tigre_Constance JolyVian. Elle en est sûre, c’est elle qui lui a transmis la maladie. Alma porte un valise, bien trop lourde, symbole du malaise qui s’est installé dans son couple et du poids des jours sans sa fille.  Elle ressent « le matin [comme] un tigre qui rampe doucement, en attendant de vous sauter à la gorge ». Bouquiniste, elle se rêve une vie à la Chicago May, maîtresse de son destin. Il faut pourtant continuer sa route. Alors Alma s’évade  : « elle imagine la mer derrière les barres d’immeubles, elle voit les visages d’enfants dans ceux des adultes qu’elle croise, elle discerne des paysages dans le crépi des maisons, devine des silhouettes dans le carrelage de la salle de bains ». A quelques jours de l’opération de sa fille, elle est appelée pour évaluer un fonds . « Peut-être que la vie lui joue un drôle de tour. Peut-être est-elle une balle molle dans la gueule d’un tigre, qui s’amuse à la faire rebondir où bon lui semble. Mais à cet instant précis, Alma sait qu’elle se battra pour sortir de ses mâchoires ».

L’auteur a une belle plume, emplie de poésie qui rend accessible les sentiments de ses personnages.

Journal d’un vampire en pyjama Mathias Malzieu Albin Michel 2016

Un vampire en pyjama, voilà à quoi ressemble Mathias Malzieu, atteint d’une aplasie médullaire. Tout commence par une fatigue chez cet homme hyperactif, écrivain, chanteur, réalisateur. Puis, il y a les examens et la confirmation d’être atteint par cette maladie rare. C’est l’urgence. Il faudrait tout arrêter, aller à l’hôpital mais Mathias négocie. Il veut être présent pour la promotion et la sortie de son film. Dame Oclès, image de la mort, le poursuit dans ses nuits. téléchargementLui souffle le pire. Mais Mathias résiste, entre en chambre stérile, doit supporter son traitement. Le retour à la maison, auprès de sa compagne Rosy, est fêté à coups de bisous,de crêpes et de coca. Puis les nouvelles analyses et rapidement les questions : le traitement va-t-il suffire ? Faudra-t-il une greffe ? De ce journal de bord, tenu pendant sa maladie, on retiendra, outre l’évidente dureté du combat contre la maladie, la poésie et l’humour. L’auteur, soutenu par ses proches, joue avec les mots et les situations. Avec son attitude d’éternel adolescent, c’est un vrai pied de nez à Dame Oclès !

Déprimés, évitez cette rubrique !

Cette année, quelques auteurs ont abordé le thème de la mort. Leurs livres bouleversent, marquent et suscitent la réflexion. Alors si, en cette période propice à la dépression saisonnière, vous vous sentez malgré tout d’attaque. Voici quelques lectures.

Camille, mon envolée de Sophie Daull chez Philippe Rey raconte un drame, celui de la perte daulld’un enfant. Camille a 16 ans et plein de projets, notamment celui d’entrer à Sciences Po. Une vilaine grippe vient soudain contrarier ses vacances de Noël. Jour après jour, Sophie, sa mère, nous raconte la dégradation de son état : comment Camille s’est battue, comment les médecins n’ont pu déceler la bactérie qui la rongeait… Puis c’est le deuil, les réactions des proches, la peine incommensurable qu’il faut apprivoiser. Et la vie malgré tout, cette vie que Camille et Sophie aimaient partager avec humour.

La Maladroite d’Alexandre Seurat au Rouergue est un livre tout aussi révoltant. Inspiré d’un fait seuratdivers, il décrit la marche inexorable de Diana vers son destin tragique. Les témoins (institutrices, directeurs, assistantes sociales, médecins, proches) prennent tour à tour la parole. Certains ont dénoncé la maltraitance, d’autres ne l’ont pas vu. Diana, elle-même n’a pas voulu mettre en cause ses parents.Quand finalement les choses bougent enfin, il est trop tard.

Enfin, un livre particulier, dérangeant :

Alors vous ne serez plus jamais triste de Baptiste Beaulieu chez Fayard. Le titre m’avait interpellé. S’agissait-il d’une recette miracle qu’on allait nous exposer ? L’histoire est moins drôle. Un médecin a perdu sa femme, sa raison de vivre. beaulieuC’est décidé : il va se suicider. Il rentre dans un taxi conduit par une dame âgée quelque peu exubérante. Elle lui propose un marché : attendre 7 jours avant de se suicider et faire tout ce qu’elle lui dira. Il s’en suit une série d' »épreuves » destinées à obliger le docteur à voir la mort en face. L’auteur réserve bien entendu une fin non convenue à l’étrange duo.

S’il n’a pas la même tonalité bouleversante que les deux autres, ce livre est néanmoins surprenant dans sa façon de traiter du suicide et de la mort.

Des romans qui parlent d’un sujet encore tabou, sans pathos mais aussi sans esquive…