Archives de mots clés: Moyen-Age

La Nuit des béguines d’Aline Kiner Liana Levi 2017

Ce livre a bénéficié d’un bouche à oreille favorable. C’est une plongée dans le Moyen-Age à l’époque de Philippe Le Bel. Des femmes pieuses vivent seules ou en communauté, en toute autonomie. Ce statut est soumis à contestation et leur sort précaire. A Paris, dame Ysabel, l’intendante du béguinage royale  veille sur ses condisciples. C’est elle qui recueille une jeune femme rousse, Maheut. Celle-ci s’est soustraite à un mariage forcée. Elle est recherchée par un franciscain dont la mission est double : ramener Maheut à sa famille et trouver un copiste pour un manuscrit interdit, écrit par une béguine.

Ce roman revient sur les évènements du règne de Philippe Le Bel et sur l’existence des béguines, phénomène plus connu en Belgique et aux Pays-Bas. Le roman est bien documenté et l’écriture réussit à faire revivre le Moyen-Age. Les quartiers de Paris ressemblent encore à des gros bourgs entourés de prés. Néanmoins, l’histoire de Maheut et de ses condisciples n’a pas réussi à m’emporter. Il manque de l’épaisseur à l’histoire et aux personnages. Je n’ai pas ressenti d’empathie pour eux. C’est dommage car on était bien près d’un grand roman historique.

Le Feu divin de Robert LYNDON ; trad. de Elodie LEPLAT

Couverture Feu divin de Robert LYNDON

 

Un roman du feu de Dieu !

Envie d’un périple médiéval  à travers océans, montagnes et déserts arides ? Ce livre vous appelle déjà ! Dans une Europe du  11è siècle déchirée par les guerres,  une compagnie dont les membres ayant déjà bien bourlingué pour la plupart se rassemble autour de  la quête de l’arme absolue repérée en Chine (encore plus dévastatrice que le feu grégeois) . Ils devront mener moultes batailles sur mer, dans la tourmente, contre les normands et contre des peuples rencontrés sur leur chemin.

Les personnages, dont la plupart se connaissent déjà sont soldats, érudits, jeunes recrues à former, femmes indépendantes . A leur tête, Vallon, un mercenaire franc, portant un secret le liant à un jeune soldat. Leurs relations cimenteront le récit et les échanges avec un de ses compagnons le plus proche. Tout au long du récit, on ne perd rien des réflexions qui animent Vallon et ses proches, leurs hésitations, qui rendent leurs personnages plus complexes. Heureusement, car une fois ou deux, on frôle le cliché du côté de la description des relations intimes hommes -femmes !

Un  point fort du livre réside dans l’architecture très documentée du roman : le contexte historique autour de Constantinople, l’Asie et notamment la société chinoise,  la vie des soldats, les détails des batailles, l’élevage des faucons pour la chasse, tout est très réaliste et, même pour ceux que ça n’intéresse pas, cela ne pèse pas  lors de la lecture.

Un livre vraiment dépaysant à recommander pour tout type de lecteurs et dans le même genre que « La Religion » de Tim WILLOCKS.

pour le réserver au catalogue de la MD68, c’est ici

 

 

 

La terre qui penche de Carole MARTINEZ

Un conte fantastique planté dans la terre du Doubs : on y croise la Vouivre régnant sur les eaux et des fantômes. Le personnage principal est une fillette qui a deux cent ans et son cheval lui est dévoué corps et âme (chaque fois qu’un livre parle du pouvoir des chevaux, je me fais un plaisir de le souligner). Les humains et leurs malheurs ne sont pas oubliés : hommes qui contraignent les femmes, femmes qui jalousent le désir de leurs rivales, peste. Le style y est un mélange de poésie dans un langage inspiré des chansons médiévales et de mots beaucoup plus crus ancrés dans les corps. Une lecture recommandée, donc, pour amateurs de romans historiques, de terroir aussi et les autres !

 

Pour réserver : c’est ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Terre qui penche de Carole Martinez Gallimard 2016

J’avais lu son précédent livre « Du domaine des murmures ». Je me souvenais de la beauté de la langue. C’est le cas aussi téléchargementdans ce roman. Il suffit de lire les premières pages pour se laisser envoûter par la Loue, cette rivière faite femme aussi belle que dangereuse. Carole Martinez nous emmène au Moyen-Age, près de Moustiers. Là, une petite fille et une vieille âme alternent leur récit. Blanche est encore une enfant quand elle est conduite par son père auprès de son futur époux. Elle se met rapidement à l’aimer car Aymon a la blondeur et la candeur des anges. Il est simplet. Pour Blanche, c’est la découverte d’un nouvel univers où les pères aiment leurs enfants, où elle est éduquée et apprend à écrire… Elle éprouve le goût de la liberté, rare pour les femmes à cette époque. Ce roman surprend à la fois par l’originalité de l’histoire, proche du conte fantastique et par la maîtrise de l’écriture poétique. Deux raisons de ne pas passer à côté de cet auteur majeur.