Archives de mots clés: peintres

Falaise des fous Patrick Grainville Seuil 2018

Charles est orphelin. Après une blessure militaire en Algérie dans les années 1860, il se retire à Etretat dans une des demeures de son oncle. C’est là qu’il rédige ses mémoires, décrivant ses rencontres amoureuses mais aussi artistiques avec des peintres venus peindre l’Aiguille et les paysages marins. Il se liera d’amitié avec certains, comme Courbet. C’est pourtant l’étrange Monet qui marquera sa vie même s’ils ne se croiseront que Falaise des fous_Grainvillebrièvement. Il deviendra l’amant de la femme d’un riche ingénieur nommé Gosselin, proche de Haussmann. C’est toute la fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle qui sont décrits à travers les yeux de Charles et de sont entourage. Evidemment, c’est intéressant, très intéressant d’autant que nous sommes dans une période qui engendra des bouleversements en Europe. L’auteur nous donne l’impression de côtoyer les grandes figures littéraires et artistiques de l’époque. On y apprend les caractères et les prises de position de ces illustres personnages. Cela frise parfois l’indigestion. Mais il faut saluer l’énorme travail de documentation. Le style est lui aussi très riche. Là où les peintres avaient le pinceau habile, Grainville a la plume habitée. Il décrit ainsi Le Havre : « Une mer franche, coupante, hilarante. Une marqueterie d’éclats de soleil jusqu’à l’horizon. Et là, les navires étaient tout habillés de leur parure épique, flamboyante. D’innombrables voiliers partout, gonflés à bloc par le norois. Un grand soleil s’épanouissaient entre des nuages clairs et véloces. Le tintamarre des vapeurs au corps noir tranchaient avec le superbe sifflement des misaines et des beauprés. » On sent que l’auteur a vécu près de le mer et aime le milieu maritime. J’avoue avoir sauté quelques passages descriptifs. Mais cela ne m’a pas empêché d’admirer la prose. Un roman (très, trop ?) foisonnant !