Archives de mots clés: roman autobiographique

« Le libraire de Wigtown » de Shaun BYTHELL ; traduit par Séverine WEISS

Changement de registre, cette fois, pour changer du drame, et sur les très bons conseils d’une collègue, j’ai choisi un roman plus léger et plein d’humour (en tout cas, selon mes critères).  Enfin, il m’a fait rire dans le train, sur ma banquette, dans mon lit au point où cela devenait gênant. Pour être plus précise, il s’agit d’un humour dans le genre « mauvais esprit » tout british, celui qui tire sa substance de l’observation de ses proches contemporains et du quotidien. Les remarques acerbes sont celles que nous fait partager l’auteur, Shaun Bythell, bouquiniste misanthrope passionné à la tête de la plus grande librairie de livres d’occasion d’Ecosse à propos de  ses collègues, les habitants du village, et surtout de ses clients.

Jeudi 29 janvier Commandes en ligne : 6 livres trouvés : 5

Nicky est venue travailler, aussi enjouée que d’habitude. Une cliente est arrivée juste avant le déjeuner : il a suffit de quelques secondes pour que Nicky et moi soyons sur le point de suffoquer. Elle avait dû s’asperger des pieds à la tête d’un parfum tellement atroce, tellement écoeurant, que je ne peux que supposer qu’il  a été concocté pendant la guerre froide dans un laboratoire d’armes chimiques par un chercheur au sadisme particulièrement développé.

Ce livre a beau être léger (par opposition à certains livres plus noirs que j’aime) il est porteur d’informations très intéressantes sur le métier de bouquiniste : conditions de travail, relations avec Amazon, plate forme de vente en ligne, nombre de ventes et commandes honorées, chiffre d’affaire et nombre de clients au quotidien.

Une autre remarque, ne vous fiez pas à la couverture de ce très bon livre témoignage, il ne s’agit pas d’un « Feel good book », même si, grâce au rire, il a une action bénéfique sur les lecteurs !!

Si vous voulez le réserver dans le réseau des bibliothèques du Haut-Rhin, c’est ici

Marx et la poupée de Maryam Madjidi Le Nouvel Attila 2016

Il était une fois une fillette de 6 ans, Maryam qui vivait dans un pays lointain. Elle aimait beaucoup les histoires qu’on lui racontait. Un jour, elle dut partir et donner tous ses jouets aux enfants pauvres. Alors, elle décida de les rassembler une dernière fois et de leur raconter une histoire…

Maryam vit en Iran. Ses parents, communistes, s’opposent au régime et doivent s’enfuir. La famille s’exile à Paris dans un logement de 15m2 où Maryam et ses parents recommencent tant bien que mal leur vie. La jeune femme raconte ses souvenirs en faisant des allers-retours dans le temps. Elle a eu plusieurs naissances : en Iran, en France, après l’exil et pour finir, celle qui a abouti à la coexistence pacifique des deux cultures. Maryam parle des difficultés et des luttes auxquelles contraint l’exil. Sa mère a dû abandonner ses rêves et n’a jamais parlé correctement le français. Maryam, quant à elle, faisait des cauchemars et refusait de s’alimenter à la cantine . Mais de ces difficultés, elle a réussi à faire une force : cosmopolite, elle arrive maintenant à jongler avec ses deux identités.Si elle utilise la poésie persane pour séduire, elle enseigne le français qu’elle maîtrise parfaitement.

Un roman autobiographique raconté par une conteuse hors pair ! Ce livre a reçu le Goncourt du premier roman.

Maryam Madjidi Marx et la poupée

Rien ne s’oppose à la nuit Delphine de Vigan JC Lattès 2011

Petit retour en arrière… J’avais écrit récemment une critique de son dernière livre « D’après une histoire vraie ». Je n’avais pas vraiment adhéré à l’histoire. Devant le succès rencontré par l’auteur, je m’étais promis d’essayer un autre de ses romans. Bonne surprise ! J’ai vraiment apprécié ce livre. Roman autobiographique, il retrace l’histoire de la mère de l’auteur, Lucile. Les premières pages laissent entrevoir le bonheur parfait au sein d’une famille nombreuse. Malheureusement, il y a les accidents de la vie, le décès de deux frères. Ltéléchargementucile est une enfant à part, en retrait. Elle n’est pas studieuse, pas ambitieuse et se ferait oublier si elle n’était d’une grande beauté. Enceinte, elle se marie très jeune et divorce quelques années plus tard. Son mode de vie bohème en fait une mère atypique, au grand dam de l’auteur et de sa sœur. Car, Lucile s’enfonce dans la dépression, s’éloigne de la réalité puis reprend confiance. La vie n’est pas facile à ses côtés. Lucile donne à la fois l’image d’une victime et d’un bourreau. Est-ce que se sont les secrets de famille qui l’ont conduit à ces naufrages ? Ce roman-témoignage permet de mieux comprendre le vécu des personnes confrontées à ces situations. Lucille et ses filles font preuve d’un courage admirable.