Archives de mots clés: romans étrangers

Un dernier calendrier avant Noël !!! A dévorer tout au long de l’année 2016

livres romans sapin

Youpi ! Des livres sous le sapin !

Un peu de retard pour l’information, mais elle restera utile pour toute l’année 2016. Comme chaque année, le collectif « Savoirs com1 » publie son Calendrier de l’avent du domaine public. Ce collectif est engagé pour la transmission libre des savoirs et s’attache à prendre en compte les problématiques soulevées par les nouvelles technologies autour des biens communs et leur médiation pour tous. Le calendrier permet de découvrir une sélection d’une trentaine d’auteurs dont l’oeuvre  passera dans le domaine public en 2016. Une initiative semblable adaptée au droit d’auteur canadien existe également. Une des difficultés cette année est d’intégrer ou non des auteurs de 1945 qui auraient participé à des actes de cruauté. « Nous avons fait le choix de faire figurer dans le calendrier du domaine public 2015 un petit nombre de ces auteurs, parce qu’ils étaient très emblématiques, mais nous avons néanmoins privilégié d’autres types de créateurs, ne s’étant pas compromis dans ces idéologies mortifères. »

 

En lien avec cette info, les problèmes rencontrés par l’entrée dans le domaine public du « Journal d’Anne Franck » qui aurait dû faire partie du millésime 2016 mais. Le fonds Anne FRANCK , gestionnaire des droits) n’entend pas faire rentrer l’oeuvre aussi rapidement et est entré en conflit juridique avec l’argumentation d’Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nantes Voir article du blog « BIG BROWSER »

et celui d’Actualitté

Laissez vous tenter par le dossier documentaire « Gourmandises » de la MD68

Rien de tel pour se mettre en appétit avant les fêtes, qu’un dossier documentaire consacré à la gourmandise, fruit du travail des bibliothécaires de la Médiathèque départementale68
Les romans étrangers avec un focus sur l’Asie, c’est là (clic sur les icônes pour accéder aux descriptifs)

Par ici les romans francophones :

Tout le dossier avec musique, documentaires, films,  bande de gourmands !  https://www.thinglink.com/scene/718011215036547074

Un webzine littéraire pour la route

un dernierUn dernier livre avant la fin du monde,  webzine malin alimenté par une dizaine de collaborateurs publiant des chroniques littéraires bien faites et qui mettent en avant des auteurs/ livres forts la plupart du temps. Des interviews, des podcasts thématiques complètent ces rubriques.

La majorité des contenus est consacrée aux auteurs étrangers (surtout anglo-saxons), et quant aux genres,  la BD, le polar, la Science Fiction, font partie du casting, histoire de ne pas tourner en rond.

Je m’y suis abonnée, parce que les publications ne sont pas surabondantes et donc, ne contribuent pas à faire n’exploser ma boite mail.

A écouter : une émission »Les nouvelles vagues » du 16 mars 2016 où deux des animateurs du webzine ont té invités

 

Rentrée littéraire Romans étrangers

EN TOUTE FRANCHISE jpgcouleur de l'eauj'ai vu un hommed'AILLEURS POISSONSjpgNEVERHOME

 

Ils sont peut être moins médiatisés que les romans francophones, mais les étrangers sont bien présents sur les 589 sorties de la rentrée littéraire.

La thématique de l’exil (ou, les racines) revient dans plusieurs des romans sélectionnés ici (pour la plupart issus de la sélection pour le Fémina étranger). Le mensonge et ses conséquences à assumer est aussi de la partie.

  • « La Neige Noire » de Paul LYNCH, l’histoire d’un exilé parti aux Etats-Unis et de retour dans son pays, l’Irlande. Il n’y rencontre pas la bienveillance escomptée.
  • « D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds : chronique familiale » de Jon Kalman STEFASSON. Un voyage en Islande à travers l’évocation de la vie des  grands-parents du narrateur, pêcheurs en Islande, puis sa jeunesse pour nous conduire jusqu’au présent.
  • « La couleur de l’eau » de Kerry HUDSON (Ecosse). Encore une histoire d’exil . Alena , une jeune russe sans papier entame une relation avec Dave qui semble exilé dans son propre pays, l’Angleterre.
  • « J’ai vu un homme«  de Owen SHEERS (Angleterre). Un homme détruit par le décès de sa femme, s’installe à Londres et s’imisce dans la vie une charmante famille qui l’a aidé à son arrivée.La culpabilité et la recherche du pardon sont au rendez-vous de ce récit où les apparences mènent le bal.
  • « Tous nos noms » de Dinaw MENGESTU (Etats-Unis). Un homme, rattrapé par son passé alors qu’il a fuit son pays pour les Etats-Unis dans les années 1970.
  • « L’imposteur » de Javier Cercas (Espagne). Inspiré par un personnage réel, imposteur n’ayant jamais connu les camps, mais à la tête d’une association de survivants de l’Holocauste.
  • L’imposture, ici mais, cette fois pour sauver une personne avec  » Neverhome » de Laird HUNT (Etats-Unis)
  • « Et ne restent que des cendres » de Oya Baydar pour nous replonger dans la Turquie des années 70.
  • « Péchés capitaux » de Jim HARRISON (Etats-Unis). Où l’on retrouve l’inspecteur Sunderson en quête de tranquillité et de quelques poissons.  C’est sans compter avec ses voisins dégénérés adeptes de toutes formes de violences qui vont le forcer à sortir de sa réserve.
  • « En toute franchise » de Richard FORD (Etats-Unis) Un autre retraité qui ne peut profiter de son repos.Après le passage de Sandy, il doit régler ses comptes et affronter le passé.
  • Et « Zone d’intérêt » Martin AMIS qui transforme le système des camps de concentration en royaume ubuesque.

Vous les trouverez en tout cas dans notre catalogue dans quelques temps.

 imposteurNEIGE NOIREtout nos noms_SL160_

 

 

 

LAURA KASISCHKE : créatrice d’atmosphères (première partie)

cold-nature-people-walking-medium
Un oiseau blanc dans le blizzard est un titre relativement ancien (2000) mais qui fait partie de ceux d’un de mes auteurs préférés (pour l’instant) et que j’ai lu après avoir vu récemment le film de Gregg ARAKI qui en a été adapté.

Kat, une adolescente de 17 ans se retrouve confrontée au mystère de la disparition brutale de sa mère, évanouie dans la nature sans laisser de trace. Elle continue de la voir (en rêve ???) au milieu de décors fantomatiques et glacés. Le père semble anéanti, et cela correspond à son caractère effacé « Je suis un homme simple ».

Kat va tenter de vivre avec cette absence et se construire en reconstituant le puzzle au moyen de flash backs (très bien amenés) et en prenant sa vie en main. Elle prend corps « mais quand Phil s’est allongé sur moi, ce qui m’arriva en fait, fut en fait une soudaine prise de conscience de la présence de notre peau. » ou « le fait de désirer Phil me fit soudain désirer tout et tout le monde » La mère, très belle femme folle d’isolement et de frustration (thème récurrent aussi), contrainte à rester au foyer, a humilié le père depuis le début de leur mariage. Elle a tenté de plus en plus désespérément de ne pas perdre sa place de femme dans la famille : achats compulsifs, ivresse, drague du petit ami de sa fille alors que ses relations sexuelles avec son mari sont inexistantes, hypercontrôle des autres. Le parfait modèle familial américain type est descendu en flamme, mais en douceur, à force de petites piques glacées.

L’enquête avance lentement, en second plan. Mais la véritable recherche est celle de Kat pour savoir qui était cette mère.  Où est elle ? et pourquoi est elle partie ?

On s’oriente surtout à la fin vers le thriller alors que les éléments se resserrent autour de la résolution de l’énigme dont la conclusion varie entre le livre et le film.

black-and-white-person-woman-girl-mediumComme dans ses autres livres, les adolescent(e)s sont présents de façon très réalistes, et qu’on a l’impression de les voir fonctionner sans fard. Pourquoi l’adolescence revient elle dans tous ces livres ? « Il s’agit d’un âge propice au drame, qui possède un grand potentiel tragique et métaphorique » -lesinrocks.com 24/08/2013

En général, c’est leur point de vue qui est central et nous sommes confrontés à leurs états d’âme en direct. Les parents et les adultes y sont souvent débordés et au bord de la crise de nerf alors que les jeunes font preuve d’une lucidité lumineuse et salvatrice pour les pauvres adultes que nous sommes.

Donc, dans ce livre, on a tout ces éléments. Dans le film « American beauty » de Sam Mendes, on retrouve aussi cette famille américaine exemplaire qui part en vrille, en proie à la frustration : le père qui tombe amoureux de la copine de sa fille, et qui démissionne du jour au lendemain, se met à fumer, la mère qui le trompe avec un directeur d’agence immobilière, la fille qui les déteste pour leur attitude puérile.

Mais ce qui caractérise Laura KASISCHKE, ce sont les touches de mystère qui tissent un climat différent dans chaque livre et les rapprochements inattendus entre les éléments de la réalité et les sensations.

A propos de l’odeur d’un cadavre animal. «  Une odeur, qui, dès la deuxième semaine, évoquait plus des roses trempant dans de l’eau sucrée que de la viande morte. A la fin du mois, on aurait plutôt pensé au fœtus mort-né d’un ange. Un petit bout de tissu précieux tombé du ciel et qui, à présent, sentait mauvais. La douceur perdue, précisément, au bord du trottoir  »

Ce qui est envoûtant, c’est ce mystère sans explication tranchée qui s’exprime de façon différente dans chaque titre (fantômes réels ou maladie mentale, rêveries avec, comme autre espace flottant, l’adolescence).

L’auteur a débuté comme poétesse et continue dans cette voie d’ailleurs.

Le ressort de l’angoisse tient au fait qu’on ne peut en déterminer la nature : les phénomènes décrits dans le livre sont-ils d’origine psychologique ou supernaturelle ? Kat va chez la psy mais c’est juste pour parler. C’est cette dualité qui rend les choses effrayantes et intéressantes. Les vrais fantômes ne font pas peur !

Extrait : « En vérité, ma mère a disparu vingt ans avant le jour où elle est réellement partie. Elle s’est installée dans la banlieue avec un mari. Elle a eu un enfant. Elle a vieilli un peu plus chaque jour – de cette façon qu’ont les épouses et les mères d’âge moyen d’être de moins en moins visibles à l’œil nu. Vous levez peut-être les yeux de votre magazine quand elle entre dans la salle d’attente du dentiste, mais elle est en fait transparente. »

Pour compléter tout ça, un petit lien vers la page du site Babelio consacrée à Laura Kasischke

Et un article sur le site de Télérama : article Télérama

Interview sur le site les inrocks.com : Interview lesinrocks.com esprit d’hiver

Sans oublier des références présentes dans notre catalogue : Esprit d’hiver ; En un monde parfait ; La couronne verte (voir critique à suivre) ; Les revenants (voir critique à suivre)

Au sujet du film réalisé par Gregg ARAKI, le dialogue avec le livre (à travers la voix off de Kat) correspondait vraiment à des moments que j’avais repérés dans le livre.

Mais, une différence : le personnage de Kat y est mal à l’aise et complexé «SI je pouvais avoir quelque chose de sexuel aux yeux de quiconque, alors, ce ne pouvait être que de la façon dont l’intérieur d’une oreille de chat peut paraître d’ordre sexuel… Obscène parce qu’on ne voulait pas voir ça, parce qu’on ne veux jamais penser à quelque chose d’aussi vulnérable et personnel que la sexualité dévoilée d’une grosse fille » Alors que dans le film, ce n’est pas le cas, elle est belle et à l’aise de ce point de vue.

Autre différence, dans le film, l’empreinte des années 80 (telles que je les ai ressenties) est physiquement présente à travers une bande son tout à fait représentative. D’ailleurs, Laura K estime que, plus que les personnages, c’est l’atmosphère du livre qui compte : Chez moi, l’intrigue et les personnages sont secondaires. Ce qui compte, c’est une certaine qualité d’impression, une atmosphère.” Le personnage de Phil correspondait physiquement aussi à l’époque. La nouvelle copine du père était incarnée par Sheryl LEE, qui tenait le rôle de Laura Palmer dans Twin peaks catalogue MD68

Un site intéressant consacré à Twin Peaks !

Donc, enrichissement de l’atmosphère du livre par le film qui devient moins suave, plus rock and roll.

A titre d’illustration, voir cet article très intéressant sur la musique des années 80. On y retrouve, « Behind the Wheels » des Dépêche Mode présent dans la bande son du film.