Archive mensuelles: octobre 2015

Venise n’est pas en Italie Ivan Calbérac Flammarion

Je vous l’avais proposé dans la valise d’été. J’ai enfin pu le lire et … j’ai beaucoup aimé. Emile Chamoudot est un adolescent ordinaire sauf que… ses parents sont un peu originaux. Sa mère lui teint les cheveux en blond depuis sa prime enfance. Son père a toujours une expression ou un bon mot à proposer. Enfin, la famille vit dans une caravane en attendant un hypothétique calberacpermis de construire. Evidemment, lorsqu’ Emile tombe amoureux, il s’agit d’une jeune fille de famille aisée, pas franchement ouverte sur la fantaisie. Tout se complique encore lorsque Pauline invite Emile à Venise pour un concert. Les Chamoudot décident d’accompagner leur fils. Le lecteur suit les tribulations de la famille (et de la caravane) sans se lasser. L’auteur manie constamment l’humour avec brio.

Ce livre aborde aussi avec finesse les problématiques de l’adolescence, du rapport à la famille, et du sentiment amoureux.

Ivan Calbérac sort actuellement sur les écrans un film tiré de sa pièce de théâtre « L’Etudiante et Monsieur Henri », plébiscitée par les spectateurs. Il était déjà l’auteur d' »Irène », sorti en 2002 et sacré « Meilleur Premier Film ».

Info rapide : le prix du livre allemand à Frank WITZEL

Sur le site Livre Hebdo, le 16 octobre 2015 : le  Prix du livre allemand attribué à Franck WITZEL pour Die Erfindung der Roten Armee Fraktion durch einen manisch-depressiven Teenager im Sommer 1969 (L’invention de la Fraction armée rouge (RAF) par un jeune maniaco-dépressif à l’été 1969) (excusez du peu). A ce jour, pas de traduction de sa propduction en français.

 

 

 

Le Blog Chez Clarabel

J’ai repéré ce blog lors des recherches de critiques. En effet, avant d’acheter un roman, le doute vous saisit souvent. Est-ce un bon choix ? Les lecteurs de la médiathèque vont-ils l’apprécier ? Et immanquablement, je « tombe » régulièrement sur le blog de Clarabel. Je dois dire que ses (nombreuses) critiques m’aident bien. En plus, j’aime beaucoup le look « vintage » du blog. Ses lectures concernent à la fois les romans adultes, jeunesse, la bd…dernièrement ce sont les livres audio qui onclarabelt été mis à l’honneur. Bref, on y trouve un peu tout ce qui passe sous les yeux (et dans les oreilles) de cette ancienne étudiante en lettres et langues. Pour mieux la connaître, je vous propose une interview, un peu vieille déjà (2007) mais intéressante. Voici l’adresse de son blog http://blogclarabel.canalblog.com/ qui s’est paré depuis peu d’une tenue de saison, orange et noir. Un challenge vous y attend…

Prix Nobel de littérature à Svetlana ALEXIEVITCH

 

Auteur mettant la vie des individus sous l’ère soviétique au centre de ses écrits, le combat contre la guerre et les mensonges de l’histoire, Svetlana ALEXIEVITCH auteure et journaliste vient d’être récompensée pour toute son oeuvre à la frontière de la fiction et du documentaire par le Prix Nobel de littérature 2015.

Dernier prix d’ une longue liste, dont le dernier en 2013,  le prix Médicis catégorie essai pour La fin de l’homme rouge .

Voir  Les cercueils de zinc.

Soviet_Union.svg

Emblème de l’U.R.S.S.

Des vidéos à propos de Les femmes, la Biélorussie et  de  La fin de l’homme rouge

 

 

 

 

 

 

 

MUDWOMAN de Joyce Carol OATES ; traduit de l’américain par Claude SEBAN

maraisMudwoman , paru en 2013 est un roman puissant et sans concession qui nous donne à voir le portrait d’une femme arrivée au sommet, absolument seule, mais au prix de sa santé mentale.

On part de ce sommet atteint par l’adulte et on descend vers ses origines pour comprendre par des va-et -vient les rapports entre les deux personnages.Mais la rechute n’est pas loin, la boue colle au personnage qui perd contrôle.

Mudgirl a été abandonnée dans les marais par une mère délirante, corsetée par des concepts religieux très rigides et une immense pauvreté. Celle qui a été engloutie et recrachée par les marécages se fera rebaptiser du prénom de sa soeur, disparue en même temps qu’elle, par des services sociaux débordés. Malgré cela, elle n’aura de cesse de gravir les échelons qui pourraient l’éloigner de cette espèce de soupe primitive. Les marécages sont les mêmes que ceux ayant servi  de toile de fond à la saison1 de la série TRUE DETECTIVE et du film MUD , c’est dire le mystère qui baigne le roman.

Il y est question de volonté, de contrôle, de solitude, d’intellectuels qui se construisent loin de toute sentimentalité « gluante ».

Le style est au service d’ une introspection de tous les sentiments ressentis par le personnage principal, même les plus inavouables !!

 

Décès de deux figures des lettres

Henning Mannkell, grand maître du polar nordique, est mort à 67 ans lundi dernier. On pourra lire son avant-dernier livre « Sable mouvant, fragments de ma vie » au Seuil. Il s’y interrogeait sur le sens de la vie après la découverte de son cancer. On relira avec bonheur les aventures de Wallander ou les livres jeunesse dont il était aussi l’auteur.

Dans un autre registre, Christine Arnothy vient de disparaître elle aussi. Son livre « J’ai 15 ans et je ne veux pas mourir » a marqué le milieux des années 50. D’origine hongroise, elle revenait sur son périple pendant la guerre. Elle écrira encore une cinquantaine d’oeuvres. Elle a reçu le Prix Interallié pour « Toutes les chances sauf une » en 1980.