Archive mensuelles: mai 2016

Beaucoup mieux que la valise RTL, la valise de LGL !! (La Grande Librairie)

la-grande-librairie-63599-1026082

François BUSNEL, entouré de ses invités connus (pour les 6 auteurs) et moins connus (5 libraires) s’est à nouveau plié à l’exercice consistant à demander aux premiers le classique à conseillers aux lecteurs cet été. S’en sont suivi dialogues et discussions sur les livres que certains n’ont pas lâchés et sur ceux qui leur sont tombés des mains. Tout ça émaillé de comparaisons entre Dostoievski et Tolstoï notamment/ l’humour,  de commentaires sur les mondes clos (ou pas) du « Seigneur des anneaux », sur « Le Rouge et le noir » (trop allusif pour Yann Queffélec). Sans oublier Jean Teulé interprétant Shakespeare et Marie-Hélène Lafon passionnée par Septentrion de Louis Calaferte. Une remarque importante a été émise par Pierre Lemaître : le fait de ne pas aimer ou d’aimer un livre est intime et lié à une période de la vie de chacun. Cela ne signifie pas que le livre soit bon ou mauvais.

Les libraires ont dû choisir un titre récent où l’on retrouve les romans « Le grand marin » de Catherine Poulain, « Boussole » de Mathias Enard, « Un fils en or » de Shilpi Somaya Gowda,  « Le nuage d’obsidienne » d’Eric MCComarck, Le « Royaume des oiseaux » de Marie Gaulis, le « Tambour des larmes » de Beyrouk. A retrouver pour la plupart (les classiques aussi) sur le catalogue du site de la médiathèque départementale 68.

L’émission à  revoir en replay ici : LGL

Le Chant de la Tamassee Ron Rash Seuil 2016

Au printemps, Ruth, en vacances en famille dans les Appalaches, s’enfonce dans la rivière. Elle fait un pas de plus mais déjà la Tamassee l’a engloutie. Malgré les recherches périlleuses, il est impossible de retrouver le corps. C’est alors qu’un dilemme se pose : laisser le corps dans la rivière ou mettre en place un barrage temporaire. Les parents de Ruth se battent pour lui offrir une sépulture tandis que les militants pour la protection de l’environnement refusent qu’on enfreigne la loi téléchargementinterdisant tout aménagement de la rivière. Maggie, une enfant du pays, est chargée de faire un reportage photographique sur le sujet. Elle est accompagnée d’Allen, un journaliste. Pour chacun d’eux, ce voyage va faire resurgir des moments douloureux du passé. Arriveront-ils à laisser le passé derrière eux ? Comment le traitement de l’information par la presse va-t-il impacter l’opinion publique ?

Deuxième roman de l’auteur, ce livre a été traduit tardivement. Il fait partie du courant littéraire « nature writing », consacré aux grands espaces. La rivière est un des personnages centraux, celui vers lequel tous les regards convergent. Ce drame bouleverse la petite communauté environnante. Chacun est amené à se positionner et les hommes politiques sont sollicités. Cette histoire m’a paru étonnante et je me suis demandée si elle aurait pu avoir lieu ailleurs qu’aux Etats-Unis. Elle est d’ailleurs tirée d’un fait divers.On ne peut évidemment y rester insensible. Et finalement, le dilemme est plus complexe qu’il n’y parait. Mention spéciale aussi à la couverture.Un roman marquant.

 

Journal d’un vampire en pyjama Mathias Malzieu Albin Michel 2016

Un vampire en pyjama, voilà à quoi ressemble Mathias Malzieu, atteint d’une aplasie médullaire. Tout commence par une fatigue chez cet homme hyperactif, écrivain, chanteur, réalisateur. Puis, il y a les examens et la confirmation d’être atteint par cette maladie rare. C’est l’urgence. Il faudrait tout arrêter, aller à l’hôpital mais Mathias négocie. Il veut être présent pour la promotion et la sortie de son film. Dame Oclès, image de la mort, le poursuit dans ses nuits. téléchargementLui souffle le pire. Mais Mathias résiste, entre en chambre stérile, doit supporter son traitement. Le retour à la maison, auprès de sa compagne Rosy, est fêté à coups de bisous,de crêpes et de coca. Puis les nouvelles analyses et rapidement les questions : le traitement va-t-il suffire ? Faudra-t-il une greffe ? De ce journal de bord, tenu pendant sa maladie, on retiendra, outre l’évidente dureté du combat contre la maladie, la poésie et l’humour. L’auteur, soutenu par ses proches, joue avec les mots et les situations. Avec son attitude d’éternel adolescent, c’est un vrai pied de nez à Dame Oclès !

Erri de LUCA : « Le tort du soldat » et la raison de l’écrivain trad. par Danièle VALIN

Mon seul tord a été d’être battu.C’est la pure vérité.

tort

 

Le livre s’ouvre sur des réflexions du narrateur à propos des mots, des livres et les écrivains aimés dont Isaac BABEL.

De mon enfance il me reste le souvenir des livres mais pas d’un seul jouet. Il y en avait sûrement, ils se sont perdus…J’ai peu joué, je préférais lire. Dans les livres, il était impossible de  se sentir grand. Les histoires étaient immenses, en comparaison ma lecture était petite…Mais quelque chose grandissait en moi. Le médecin disait que s’était le foie, que l’on soignait alors avec du foie de morue. Moi j’avais l’impression que c’était au contraire ma capacité pulmonaire qui augmentait. La lecture de Stevenson m’a rempli d’air d’océan.

J’ai la manie de voir de l’écriture partout . Je reconnais des lettres de l’alphabet dans les racines des conifères qui dépassent du sol et ancrent l’arbre dans le poing de la terre.

Puis son récit intègre deux personnages dont une femme qui va prendre sa place en tant que narratrice.

Elle est la fille d’un ancien nazi qui lui révèle leur lien de paternité seulement au moment de  son adolescence après lui avoir fait croire qu’elle était sa petite fille pendant toute son enfance. Le même jour (celui où sa mère quitte la scène de son mariage), le nouveau père lui révèle l’autre information vitale sur son passé de soldat pendant la guerre.

Passer de vainqueur à vaincu, d’envahisseur à envahi, a été l’expérience de sa génération.

Au sujet de l’après guerre : voir en replay jusqu’au 15 mai Après Hitler pour les images inédites surtout.

Mais pour elle :  » Le tord du soldat est l’obéissance. Je crois qu’il m’a mal comprise pendant toute la vie qu’on a passée ensemble »

Le silence ET le secret tiennent une grande part dans ce livre sans un mot de trop :  silence sur les détails du travail de soldat allemand, le silence de ses parents au sujet de ses origines, celui qui fait que certains mots contiennent plus que ce qui est visible.  Le père se passionnera pour la Kaballe où selon certains se trouve le secret du peuple juif.

C’est donc un livre court mais très riche de réflexions sur le remord et le pouvoir des mots.

Résumé et lien pour réserver « Le tord du soldat » sur le catalogue de la Médiathèque 68. Il y en a beaucoup d’autres !

Voir des titres de Isaac BABEL sur Calice68, le portail des bibliothèques municipales 68  La cavalerie rouge; Récits d’Odessa

Oeuvres complètes

Surprise au Goncourt du premier roman !

téléchargementUne première sélection de quatre ouvrages avait été établie mais c’est un outsider qui remporte la mise.

Alors qu’on attendait les livres à succès (et déjà primés) de ces dernières semaines Le Grand Marin de Catherine Poulain (L’Olivier) ou En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeault (Finitude) , c’est le roman De nos frères blessés de Joseph Andras (Actes Sud, encore !) le grand gagnant. Etaient aussi en lice Bianca  de Loulou Robert et Wanderer de Sarah Léon.

On connait peu de choses sur Joseph Andras qui désire rester discret. Même son nom est peut-être un téléchargement2pseudonyme. Son livre restitue la vie de Fernand Iveton, militant communiste et anticolonialiste. Il rallia le FNL. Il posa une bombe dans une usine à Alger qui n’explosa pas. Ce fut le seul européen guillotiné pendant la guerre d’Algérie.

Le Goncourt de la nouvelle est attribué à Marie-Hélène Lafon pour Histoires (Buchet-Chastel) et le prix de la Poésie/Robert Sabatier au Printemps des Poètes (!).

« Terres des templiers » : un nouveau prix littéraire centré sur le Moyen-Age

Un grand prix pour le roman médiéval : 8 ouvrages en lice

Les terres cathares, encore imprégniées de l’esprit des Templiers sont le berceau de ce nouveau prix porté par les caves vinicoles « Terres des templiers » et présidé par Romain Sardou, auteur d’une dizaine de titres.

templiers

Plafond chapelle des Templiers Metz « Plafond aux séraphins »  Campagne de restauration 1910, 1913. Wikimedia COMMONS

Les concurrents doivent répondre à des critères, entre autres, l’originalité de l’intrigue qui doit se dérouler entre l’an 500 et 1500 de notre ère.

Parmi les concurrents retenus  francophones, le déjà remarqué « La Terre qui penche » de Carole Martinez.

Voir l’article original sur Actualitté.com :  Un grand prix pour le roman médiéval

 

 

L’intérêt de l’enfant Ian McEwan Gallimard 2015

Le sujet du livre a suscité ma curiosité. Fiona May est juge des affaires familiales à Londres. Elle doit statuer sur un cas particulièrement douloureux. Adam, un jeune homme de 17 ans est atteint d’une leucémie. Pour le sauver, il lui faut absolument un traitement par transfusion sanguine. Or, lui et sa famille refusent en raison de leurs croyances religieuses. Fiona décide de se rendre à l’hôpital pour mieux comprendre le choix d’Adam. Elle se retrouve devant un garçon téléchargementparticulièrement brillant et sensible. Sur le plan personnel, elle-même  traverse une période difficile. Son mari lui a posé un ultimatum : soit elle se réinvestit dans leur vie de couple, soit il fréquente une autre femme. Quelles décisions Fiona prendra-t-elle pour l’avenir de son couple et celui d’Adam ?

Je n’ai pas « accroché » aux personnages du roman. Je m’attendais à plus d’émotions.Il est beaucoup question de droit et de jurisprudence. Il faut vraiment s’intéresser à cet aspect, certes bien documenté et illustré, mais un peu aride. D’autre part, l’image du (vieux) couple formé par Fiona et son mari est assez terne. Dommage car les thèmes abordés – le rapport entre morale, justice et religion – l’adolescence face à la maladie et à la mort – le devenir du couple – pouvaient prêter à une histoire plus passionnante…

Des nouvelles des hommes : Le paradis des animaux de David James POISSANT

 

Enfin, une occasion de parler d’un recueil de nouvelles. Format  pour voyageurs et autres lecteurs ne tenant pas en place.

C’est le genre de livre plein de personnages attachants qu’on a envie de retrouver tous les jours.

On veut savoir  si nos intuitions étaient les bonnes et comment leurs décisions ou leurs indécisions vont modifier leur vie.

Il y a partout des animaux qui partagent leur vie ou qui sont des personnages vitaux dont ils prennent soin également.

Le paradis des animaux n’est pas forcément celui des humains embourbés dans des couches d’ erreurs et de lâchetés. La vie que mènent les hommes et les femmes que l’on côtoie ici est souvent rude, leurs manières aussi qui vont parfois jusqu’à la violence quand la communication leur fait défaut et qu’ils ne savent plus comment exister. Ils sont souvent prisonniers d’une relation puissante qu’ils essaient de réparer en agissant. Parfois, ça fonctionne, la libération est au bout du voyage, mais parfois non, ils perdent tout. La mort ou la maladie fait également partie des choses de leur vie, qu’elle soit choisie ou pas.

Mais c’est dit avec tellement de simplicité lumineuse comme celle que dégage un amour adolescent avant sa rencontre avec la vraie vie.

Réservation  et résumé sur le portail Calice68 ici ; ou sur le catalogue de la Médiathèque départementale 68

 

Nous les menteurs E. Lockhart Gallimard jeunesse

Un gros coup de cœur pour ce roman pour adolescents ! La famille Sinclair passe ses étés sur leur île privée de Beechwood. Il y a le patriarche Harris, ses trois filles et leurs enfants. Parmi eux, Cadence, Mirren et Johnny se sont téléchargementsurnommés « Les menteurs ». Au petit groupe se joint Gat, un ami. L’année de ses 15 ans, Cadence est retrouvée en sous-vêtement sur la plage. Elle ne se souvient de rien. Souffrant de maux de tête invalidants, elle va passer deux ans sans nouvelle de ses cousins. Elle retourne finalement sur l’île à la recherche de souvenirs de cet été. Elle se remémore la relation amoureuse avec Gat et l’amitié indéfectible des trois cousins… Que s’est-il passé ? Comment vont se dérouler ces nouvelles vacances ? Pourquoi la jeune fille se dépouille-t-elle des objets de son enfance ? L’atmosphère devient vite étrange sur l’île. Quelque chose nous échappe, échappe à Cadence…  Je me suis vraiment laissée portée par l’écriture et surtout surprendre par l’originalité du scénario.Les personnages sont particulièrement attachants. Difficile de parler des thématiques sans dévoiler l’intrigue. On découvre la face cachée des familles aisées et leurs secrets. L’injonction de la mère de Cadence reflète ce souci d’afficher une image toujours lisse : « Sois normale. Immédiatement. Parce que tu l’es. Parce que tu peux l’être ». Ce roman a été inscrit sur la liste des meilleurs livres pour adolescents aux Etats-Unis en 2015 et certains critiques le voient déjà, à juste titre, comme un classique.