Archive mensuelles: mai 2019

Sur les Chemins noirs de Sylvain Tesson Gallimard

Je ne connaissais Sylvain Tesson que de nom, je n’avais jamais lu aucun de ses livres. Une lectrice passionnée m’a encouragée à entreprendre la lecture. J’ai donc commencé avec ce titre parmi les derniers parus. Sylvain Tesson l’a écrit après avoir passé une année « rude », comme il le dit lui-même. Il lui faut affronter le deuil de sa mère et c’est couché dans un lit d’hôpital, après une chute d’un toit, qu’il commence à espérer repartir. Pas totalement guéri, il entreprend, pour sa convalescence, de parcourir « les chemins noirs », ces passages secrets et routes buissonnières qui  permettent l’esquive du monde contemporain. Il choisit l’axe Provence-Bretagne, celui du rapport sur l’hyper-ruralité en France.  » Ce que nous autres, pauvres cloches romantiques, tenions pour une clef du paradis sur Terre – l’ensauvagement, la préservation, l’isolement – était considéré dans ces pages comme des catégories du sous-développement. » Ce récit de voyage est l’objet de réflexions sur l’environnement et  l’histoire de la ruralité. Du retour du loup dans le Mercantour aux champs de lavande, avec leurs « rangs alignés » à Valensole, le promeneur a de quoi nourrir ses pensées. Sylvain traverse ensuite des villages « destinés à perpétuer le souvenir muséal de la campagne », faisant partie de circuits touristiques où l’ennui est banni . Son quotidien alterne la marche avec les siestes près de lavoirs ou sous des tonnelles, les rencontres avec l’autochtone et les nuits à la belle étoile. Après avoir traversé le Rhône et pénétré en Auvergne, les villages se font moins peuplés, les magasins plus rares. L’hyper-ruralité a de multiples visages. Elle recule tandis que les nouvelles technologies progressent. Sylvain Tesson se rassure, oui, il y a encore des chemins noirs en France mais pour combien de temps ?

Un texte court, dans un style agréable malgré  un côté parfois emphatique.

ARBRES REMARQUABLES à propos de « Arbres en liberté » de Mario RIGONI-STERN ; trad. de Monique BACELLI

Les arbres ne finiront jamais de nous fasciner et d’engendrer des liens forts avec certains humains. Ces derniers, sans (h)être des illuminés,  n’ont pas attendu les découvertes scientifiques partagées récemment sur les modes  de communication entre les végétaux pour tisser des relations intimes avec les arbres. Mario Rigoni-Stern en fait partie et nous présente dans ce livre autobiographique, des individus particuliers, représentants d’une vingtaine d’espèces sauvages ou non, habitants de sa chère région autour d’Asiago, en Italie

Ecorce de chêne

Il s’agit de spécimens choisis par l’auteur et qui tous, ont eu une importance dans sa vie. Il nous fait partager leur histoire commune, comment ils se sont rencontrés, comment ils ont vécu ensemble, comment, parfois, ils ont disparu.

Chaque espèce est décrite comme dans tout guide naturaliste auquel le roman emprunte le petit format léger et vagabond : aspect extérieur, taille, couleur de l’écorce au fil des années, forme et coloris des feuilles, habitats. Leurs aides thérapeutiques et culinaires ne sont pas oubliés : l’auteur nous fait partager des recettes traditionnelles à base d’écorces, de feuilles, de fleurs.

Un vrai bain de jouvence que ce livre ! Et c’est comme si  Mario Rigoni Stern nous invitait dans sa famille puissante et secrète.

La vie secrète des arbres  de Peter Wohlleben. le livre qui a fait découvrir  au grand public les réseaux de communication existant entre les arbres.

Réserver ce livre sur le réseau des bibliothèques du Haut-Rhin

 

 

Deux sœurs de David Foenkinos Gallimard

Mathilde est brutalement quittée par Etienne. Ce dernier renoue avec la femme qui l’a laissé pour partir en Australie il y a 5 ans. Pour Mathilde, c’est peu dire que le ciel lui tombe sur la tête. C’est une professeur passionnée qui donne l’image d’une femme forte. Mais malgré ses efforts, elle vit une descente aux enfers et finit par craquer. Sa sœur aînée Agathe décide de l’héberger chez elle. Commence alors la deuxième partie de l’histoire, celle où Mathilde évolue au sein du foyer de sa sœur. Agathe possède une vie bien remplie et réussie : elle est conseillère financière, a un époux aimant et une petite fille. Mathilde lui sait gré de l’accueillir et essaie de l’aider. Mais, progressivement ses sentiments à l’égard d’Agathe évoluent…

Plus qu’un roman, je trouve à ce livre des airs de thriller psychologique. Le personnage de Mathilde soulève des sentiments contradictoires au fil du roman. L’auteur procède à un retournement de situation assez étonnant. Un roman qui fait froid dans le dos !

33 Tours de David CHARIANDY ; Trad. par Christine RAGUET

Scarborouh, dans la banlieue défavorisée de Toronto n’a rien a voir avec la ville du même nom, popularisée par Simon and Garfunkel dans Scarborough Fair   Ici, dans les années 80, (et de nos jours aussi), les habitants sont souvent des immigrés dont la vie s’apparente plus à de la survie  à base de petits boulots, de sacrifices pour que les enfants aient une vie meilleure, le tout teinté de racisme, de courage et de violence.  Michaël. nous y  fait partager son quotidien au plus près.

Tableau de Jean-Michel Basquiat « Sans titre(Boxer) », 1982 Collection particulière

Ici, on a pas affaire à une violence romanesque ou issue du cerveau d’un sadique comme dans un thriller. C’est celle où baignent les habitants de cette banlieue  qui semblent perpétuellement sur le qui -vive, affutés par la fatigue et qui est susceptible de s’enflammer si quelqu’un dérape du côté des jeunes ou de la police. Et à plusieurs reprises, c’est ce qui arrive, structurant le récit et laissant des cicatrices inguérissables chez certains.

Nous étions les enfants du personnel de service, sans avenir. Aucun de nous n’était ce que nos parents voulaient que nous soyons. Nous n’étions pas ce que tous les autres adultes voulaient que nous soyons. Nous étions des rien du tout, ou peut être, d’une certaine façon, une ville entière.

Mais, les oasis de repos et de tendresse EXISTENT :  auprès de Francis, son grand frère protecteur  qui semble perpétuellement en colère, auprès de sa mère les élevant seule, avec sa bande, dans des petits bouts de nature cachés, dans des lieux comme le Desirea’s où commencent  à bouillonner les mixes des premiers rappeurs. La bibliothèque est aussi un endroit de calme que fréquent Michaël et Aisha, son amie (la fille la plus intelligente du lycée). Bon, c’est souvent le cas dans les romans ou films américains soit dit en passant !

Toujours pour notre mère, il y avait une vie cachée à nous faire découvrir dans la Rouge. L’oiseau de proie qu’elle repéra, le lendemain du jour où elle et ses collègues avaient été licenciés sans préavis, une buse à épaulettes, était pure férocité et fierté…Elle nous montrait des saules pleureurs et des érables, ce grand-père des arbres avec son écorce à côtes de velours, libérant sa sève, une mer de délice collant pour les insectes.

Ici, la musique est clairement une opportunité si on à la chance d’être repéré par un producteur et certains rappeurs font de la magie des échantillons. On est 3 ans après la mort de Jean-Michel Basquiat, en 1988 et toute cette énergie commune est palpable dans le livre.

J’imaginais Francis assis avec un père, même si ce n’était pas son père à lui, en train d’écouter Nina SImone et peut être Otis Redding et Sam Cooke. J’imaginais aussi, au cours d’une autre visite, plus tard, quand l’humeur et la musique était bonnes, Francis en train de raconter quelque chose à son père qui n’était pas son père; lui, mon frère, déclarant qu’il comprenait la vieille musique, cet héritage d’amour, parce que justement il la ressentait.

Pas déçue d’être sortie de mes romans situés en pleine nature ! Très bon livre, très humain. A rapprocher de « La veuve Basquiat » de Jennifer CLEMENT pour l’époque et de « Just Kids » de Patti Smith.

D’autres avis à voir ici

Les Gratitudes Delphine de Vigan JC Lattès

C’est un livre à deux voix, deux personnes, Marie et Jérôme qui racontent la vie d’une troisième, Michka. Et pour cause, Michka a perdu l’usage des mots, elle souffre d’aphasie. « Tout s’échappe, tout s’enfuit ». Parfois, cela donne l’occasion à des expressions amusantes qui reviennent au fil du récit, comme le fameux « Pas si tant ».  Mais, c’est une véritable frustration pour la vieille dame. Affaiblie, Michka est placée en ehpad. Jérôme, orthophoniste, lui rend visite régulièrement pour faire des exercices. Il s’attache progressivement à sa patiente qui, perspicace, détecte rapidement une fêlure chez lui. Michka reçoit aussi la visite de Marie. Fillette, celle-ci se réfugiait chez Michka lorsque sa mère ne pouvait pas s’occuper d’elle. Sa voisine est devenue une mère de substitution.

L’auteur parle d’un sujet difficile, la perte d’autonomie et le départ de chez soi. Il faut s’habituer aux visites du personnel, à côtoyer d’autres résidents. Mais il y aussi beaucoup de douceurs et d’émotions dans les liens que Michka a noué avec Marie puis Jérôme. Ce sont pour elle des soutiens affectifs et une présence régulière. Marie fait montre de la même générosité que celle que Michka lui a prodiguée, petite. Ce n’est pas là une obligation, un rendu, mais bien ce qu’on appelle de la gratitude. Un merci qui va bien au-delà des conventions. Michka cherche, elle aussi, à exprimer sa reconnaissance à un couple qui l’a accueillie pendant la guerre.

Delphine de Vigan, après avoir décrit les liens d’amitié à l’adolescence et la parentalité dans « Les Loyautés »,  explore un autre univers, celui du troisième âge et un autre thème, la gratitude. En préambule, elle insiste sur la nécessité de dire les choses, avant de perdre les êtres proches. Un livre forcément touchant…