le livre balladeur

…Le principe est de choisir un lecteur dans le train TER qui me mène (presque) jusqu’à la Médiathèque Départementale 68 et de l’interroger jusqu’à ce qu’il avoue où il s’est procuré le livre (cadeau, emprunt dans une bibliothèque, achat…), mais aussi quelles sont les circonstances qui l’amènent à prendre ce train et son âge approximatif. Je vais généralement, jusqu’à lui demander ce qu’il pense du livre. Donc, il y a de tout dans cette sélection aléatoire : du neuf, du classique, du vieux mais toujours du roman.

« Wendigo » de Graham MASTERTON ; trad. de François TRUCHAUD


Pour amateurs de littérature bien trempée et pour changer du roi Stephen King : un  titre mêlant enquête sur des disparitions d’enfants, surnaturel et chamanisme. C’est justement  ce genre d’atmosphère du  livre qui a attiré ce lecteur de 40 ans environ. Il s’est lancé et l’a emprunté dans une médiathèque 🙂 car il ne connaissait pas l’auteur. Il lit un livre par mois alors qu’étant enfant, il ne lisait pas.

Il n’a pas été déçu par l’histoire, même si le style de l’écriture un peu simpliste ne l’a pas emballé.

Si vous voulez en savoir plus et /ou l’emprunter, c’est par

Bénédicte WK

L’hôtel New Hampshire de John IRVING

Ce lecteur de 38 ans a pu lire ce livre grâce à une amie qui le lui a offert . Il avait particulièrement apprécié le précédent : « Le Monde selon Garp ». Il a retrouvé cette atmosphère si réaliste, résultant de ruptures de tons entre passages calmes et drames soudains laissant sans voix. Le lecteur, a éprouvé ces mêmes sensations dans  les livres de Salman RUSHDIE.

 

Et Nietzsche a pleuré d’ Irvin YALOM ; Trad. par Clément BAUDE

La lectrice – environ 30 ans-,  travaillant dans le secteur social avait déjà lu un titre de cet auteur  : « Mensonges sur le divan » qu’elle avait aimé. Donc, en achetant ce deuxième titre chez un bouquiniste  (ça fait plaisir d’écrire ce mot, ça faisait longtemps !), elle avait choisi de ne pas prendre de risque. L’histoire se met en place dès le départ. L’arrière plan historique et les débuts de la psychanalyse lui plaisent également. Pourvu que ça lui plaise jusqu’au bout et que le livre lui tienne compagnie même ailleurs que dans le TER qu’elle ne prend pas souvent.

 

Juste une mauvaise action d’Elizabeth George ; Trad. par Isabelle Chapman

Dans cette rubrique, une place est laissée au hasard, donc, il a fait que le livre du jour, est un policier ce qui veut dire un petit pas de côté !

Il s’agit d’un achat en librairie par une lectrice habituée du TER d’environ 45 ans. Ce titre fait partie d’une série avec deux  personnages qu’on retrouve à chaque fois : l’inspecteur Lynley.et le sergent Barbara Havers.

Le duo fonctionne bien selon la lectrice qui a eu envie de les retrouver une fois de plus dans une enquête les menant en Toscane.

 

 

 

 

 

Pour plus d’informations, et pourquoi pas, pour réserver, c’est ici

 

Bonheur volé de Suzanne COX ; Trad. de Catherine BERTHET


Cette jeune lectrice de 23 ans a choisi ce livre acheté dans un  dans un lot acheté dans un marché aux puces par sa maman. Elle pratique la lecture tous azimuts et varie ses choix selon son humeur.

Cette histoire, légère,  d’enfant qui va faire la connaissance de son père, remplit tout à fait son office et ravit sa lectrice pendant son trajet régulier !

 

70 acrylique 30% laine de Viola DI GRADO ; Trad de Nathalie Bauer

La puissance des titres a encore frappé : cette grande lectrice quinqua, amatrice de couture s’est décidée chez un bouquiniste (oui, il y en a encore, mais ils sont moins médiatisés ) après l’avoir lu sur la couverture ! Elle vient de commencer sa lecture et ne peux que juger sur le style.

Il est imagé et poétique et, du coup,  le côté sombre de l’histoire passe bien.

Cette lectrice  utilise le TER pour se rendre au travail.

Voir le résumé ou/et réserver sur le catalogue de la MD

REPARER LES VIVANTS par Maylis de KERANGAL ; Gallimard Folio

Ce livre adapté au cinéma est un achat en librairie sur les conseils d’une amie qui avait lu un autre roman de Maylis de Kerangal. Pour cette lectrice trentenaire qui fait le trajet au quotidien, le style (qu’elle ne trouve pas exceptionnel)  est moins important que l’histoire qui l’a fait vibrer.

Vous êtes lecteurs du réseau des BM 68 ou du médiabus ? Pour réserver  c’est ici pour le livre et ici pour le livre lu

 

Mausolée de Antoine TRACQUI

Hier, cette lectrice presque trentenaire et  fort sympathique m’a laissée la questionner avant de débuter sa lecture. Le fait que l’auteur soit originaire de Strasbourg n’a pas été étranger dans son choix lors de son premier achat. Le titre qu’elle lit actuellement reprend donc les mêmes personnages qu’elle voulait retrouver. Elle a donc acheté celui-ci aussi dans une librairie qu’elle fréquente car c’est une lectrice régulière. Le style lui plaît et elle aime son ambiance de livre d’espionnage futuriste et ésotérique.

Je l’ai laissée continuer le trajet qu’elle effectue quotidiennement pour son travail vers Mulhouse en bonne compagnie.

Pour le réserver dans votre bibliothèque du réseau 68 : http://urlz.fr/5lJp

 

Les bienveillantes de Jonathan LITTELL


La rubrique en vacances s’est faite en direct du RER dans les environs d’Antony. Notre lecteur acharné s’est mis en tête de lire tous les Goncourt en partant des plus récents !!! Celui ci est assez ardu par sa thématique : bienvenue dans la tête d’un colonel SS : vaste programme, donc ! Les pires exactions décrites sont atténuées par des moments oniriques très bien écrites. Le lecteur d’environ 60 ans pratique la lecture ferroviaire quasi quotidiennement. Il a acheté son livre dans une librairie

Pour réserver dans notre catalogue, c’est ici

 

La Voix des vagues de Jackie COPLETON ; Traduit par Freddy MICHALSKI

La couverture de ce livre est déjà très belle et c’est peut être une des raisons qui a poussé une personne à en faire cadeau à son amie, la lectrice du jour qui utilise le train pour  se rendre à son travail. Ce qui lui a plu,  c’est le côté saga familiale et le fait qu’elle ait appris beaucoup de choses sur le Japon grâce à ce roman. Le bombardement de Nagasaki bouleversant toute cette famille est le prétexte a en raconter l’histoire émouvante.

Je prévois de l’acheter pour la médiathèque départementale 68 !