le livre balladeur

…Le principe est de choisir un lecteur dans le train TER qui me mène (presque) jusqu’à la Médiathèque Départementale 68 et de l’interroger jusqu’à ce qu’il avoue où il s’est procuré le livre (cadeau, emprunt dans une bibliothèque, achat…), mais aussi quelles sont les circonstances qui l’amènent à prendre ce train et son âge approximatif. Je vais généralement, jusqu’à lui demander ce qu’il pense du livre. Donc, il y a de tout dans cette sélection aléatoire : du neuf, du classique, du vieux mais toujours du roman.

« Les furtifs » d’Alain DAMASIO

Les livres se baladent et circulent à nouveau à bord de la rubrique !

Cette semaine, un livre repéré grâce à l’émission « 28 minutes » sur Arte par cette lectrice d’environ 55 ans qui l’a acheté. Pourquoi ?  Parce que  les  dystopies, (en gros, une utopie qui se déroule souvent dans le futur et qui  vise plutôt l’asservissement des citoyens que leur épanouissement), elle aime. Surtout quand ça finit bien (rarement dans le genre). Elle lit beaucoup et y compris dans le TER qu’elle utilise fréquemment.

L’auteur est aussi journaliste et le sujet sociologique lui est familier.

Résumé : en 2040, les humains sont connectés en permanente et sous contrôle.

« Autour de la quête épique d’un père qui cherche sa fille disparue, Alain Damasio articule dans une langue incandescente émancipation politique, thriller fluide et philosophie. Après La Zone du Dehors et La Horde du Contrevent, il déploie ici un nouveau livre-univers sur nos enjeux contemporains : le contrôle, le mouvement et le lien. »

Plus d’infos et réservation sur Calice68

La Formule de Dieu de José Rodrigues DOS SANTOS

Tout est parti d’une discussion à propos de Da Vinci Code. De là, ce lecteur trentenaire a été conseillé et un un collègue lui a prêté « La Formule de Dieu » . En général, il aime bien se faire conseiller et se laisser guider par sa curiosité.  Le genre est  semblable à celui du roman célèbre de de Dan Brown : le thriller ésotérique.  Ici, il s’agit d’une enquête mêlant l’univers des sciences  à celui de la religion avec une pointe d’espionnage. En prime, les décryptages des plus fameuses théories d’Einstein. Ca tombe bien !

 

Pour réserver

« Good omens » par Neil GAIMAN et Terry PRATCHETT

Cette lectrice voyageuse de 30 ans environ, utilise le TER depuis plusieurs années pour aller au travail. Comme elle lit beaucoup et notamment dans le train, elle s’est procuré une liseuse. Et ce livre, elle l’a acheté.  Elle l’a choisi à cause de la série TV « De bons présages » qui en a été adaptée récemment. Mais il s’agit d’une relecture qu’elle fait cette fois-ci en anglais. Et c’est là que réside aussi son plaisir : réussir à relire ce texte dans sa forme originale ! Au départ, elle connaissait Neil GAIMAN et Terry PRATCHETT, ces deux pointures du genre fantasy et fantastique et elle voulait tester leur collaboration à deux mains.  (à moins que cela ne soit à trois ou quatre s’ils sont ambidextres !).

Elle trouve ce roman drôle, bien écrit et plein de références.

 

Emprunter, voir le résumé (versions papier)

Canicule et transports en commun

A la faveur de la canicule, j’ai un peu décalé les horaires du train que j’emprunte d’habitude. Celui que j’ai pris, Oh, Miracle !, n’était pas bondé. J’ai donc pu entamer mes courts échanges autour des lectures de deux voyageuses. Aujourd’hui, un titre de Agnès Martin-Lugand :  J’ai toujours cette musique dans la tête

Couverture du livre d'AGnès Martin Lugan

Cette lectrice d’environs quarante ans a lu quasiment tous les autres romans de l’auteure et l’apprécie pour sa légèreté, c’est un roman facile à lire. Elle l’a acheté et après lecture, et l’incluera dans son cercle de lecture familial. Intéressant, non ? A la base, trois membres de la famille qui se passent les livres qu’ils ont lus, et il y a une pile à lire commune ! Donc, les lectures se font beaucoup par hasard. De plus, pas question d’arrêter un livre commencé.  Le cercle a tendance a s’élargir.

Elle prend le train pour se rendre au travail.

Petit détail : elle a pris le virus de la lecture dans le bibliobus car habitait loin d’un bibliothèque.

Réserver dans le réseau des bibliothèques du Haut-Rhin

 

 

« Et Nietzsche a pleuré » de Irvin YALOM ; Traduction par Clément BAUDE

Ce livre est un cadeau fait à une lectrice d’environ 60 ans, psychologue de profession qui prend le TER régulièrement.  Au départ, c’est le sujet qui a déterminé la proposition.

Il est ici question de la rencontre fictive orchestrée par Lou-Andréas Salomé, entre Josef Breuer, un des pères de la psychanalyse,  collègue de Freud, avec Friedrich Nietzsche. Dans la réalité, ils ne se sont jamais rencontrés mais ils auraient pu car les premiers psychanalystes se sont inspirés de la pensée de Nietzsche .

Elle a aimé les éléments de réalité qui font de ce roman un récit riche et intéressant.

Si vous voulez en savoir plus ou si vous voulez réserver ce titre dans une bibliothèque du réseau du Haut-Rhin c’est ici !!

 

 

« Sahara » (Récit) de Cizia ZYKË

Comme un des buts de cette rubrique est d’aller à la rencontre des lecteurs quelles que soient leurs lectures (en dehors des revues) j’ai demandé à un jeune homme (de 22 ans précisément) qui prend le train tous les jours pourquoi il lisait ce récit en particulier. Il l’a acheté chez un bouquiniste car il avait déjà lu deux titres de cet auteur.

Ce qu’il apprécie chez lui, c’est son  style d’écriture et ce qu’il décrit de sa vie d’aventurier et des ses rencontres à travers le monde entier. Ici, il voyage à travers le Mali des années 70 pour revendre des camions plus ou moins en état de marche à des personnages plus que moins louches européens et africains et claquer tout ses bénéfices en général en compagnie de femmes et de pas mal d’alcool.

Pour découvrir cet auteur autodidacte controversé (on lui reproche son parcours émaillé de violences, son cynisme), quelques critiques de Sahara

Cizia Zykë a également écrit des romans que vous pouvez réserver sur Calice68, le portail des bibliothèques du Haut-Rhin

 

« Les misérables » de Victor HUGO

Pour le retour de la rubrique après une période de turbulences ferroviaires et des congés, c’est une jeune lectrice (la vingtaine) qui a partagé sa lecture. Elle a emprunté ce titre à la  médiathèque de Sélestat, car elle aime l’écriture classique, en général, pour son style qu’elle préfère à celui des auteurs contemporains. La relation au spirituel développée dans certains livres l’intéresse aussi.

Appâtée par un extrait lu à la radio, elle voulait lire « Les Misérables » pour aller plus loin que les clichés de Jean Valjean, de la misère qu’on en a gardés . Cette lectrice curieuse a peu de temps pour lire sauf dans train pour aller au travail.

Aux dernières nouvelles, elle continue sa lecture !

Pour réserver, c’est  sur Calice68, portail des bibliothèques du Haut-Rhin

« La Fille d’avant » de J-P DELANEY ; Trad. de Jean ESCH

Pendant la grève, la balade continue. Au départ du choix de cette jeune lectrice de 24 ans, il y a la mention de la sélection de ce titre d’un auteur qu’elle ne connaissait pas pour le Prix des lecteurs et sa présentation en 4è de couverture. Donc, avec ses informations,  direction la librairie Ruc à Colmar ! Il s’agit d’un thriller, un genre décidément très prisé en ce moment, choisi par cette grande lectrice qui lit toutes sortes de romans.

Selon notre voyageuse, il se lit bien car son style est fluide et le scénario est bien construit .


 

Pour réserver ou et voir le résumé , c’est ici !

 

« Désolée, je suis attendue » de Agnès MARTIN -LUGAND

Cette lectrice de 54 ans prend le train tous les jours pour se rendre à son travail. Elle a acheté ce livre en librairie un peu par hasard et guidée par la 4ème de couverture. Elle vient de débuter ce roman et trouve qu’on arrive bien à s’ identifier au personnage principal, une femme  Investie dans son travail et passe à côté de sa famille. Va y elle changer ? C’est la question qu’elle se pose .

10 min dans le  train, c’est court mais c’est déjà bien pour lire un peu et se poser. Les vacances également sont un bon moment pour prendre le temps de lire.

« Dans les bois » de Harlan COBEN ; Trad. par Roxane AZIMI

Ce livre a été acheté par une jeune lectrice de 24ans. Elle avait déjà lu et apprécié  d’autres titres de Harlan COBEN, un auteur connu du grand public. Ce qui lui plaît ici aussi, c’est le style et les rebondissements inattendus dans l’intrigue. Eh oui, c’est un thriller ! Au menu, des disparitions d’adolescents non élucidées qu’un procureur lié à l’une des victimes va tenter de résoudre.  Cette jeune femme lit parfois beaucoup  sur une période, puis fait une pause. Elle se plonge dans ses lectures dans le train qu’elle prend régulièrement parce que c’est une parenthèse qui s’y prête.

Pour le réserver dans le réseau des bibliothèques du Haut-Rhin , c’est là !