« Lune noire » de John Steinbeck ; traduction de Jean Pavans

 

Edité clandestinement en France en 1942, ce court roman-fable nous fait partager les réactions de résistance d’un village isolé scandinave cerné par la neige et envahi brusquement par des soldats nazis. Nous sommes loin de l’Amérique présente dans « Les Raisins de la colère », et là il s’agit plus de colère mais plus que froide, glacée, et qui irradie de la plupart des habitants.

La haine froide s’accentuait avec l’hiver, la haine patiente, la haine morose. La distribution de nourriture était contrôlée-accordée aux obéissants et refusée aux désobéissants. De sorte que la population devint froidement obéissante…Et la haine était profonde dans le regard des gens, sous la surface. Maintenant, c’était le conquérant  qui était encerclé, les hommes du bataillon étaient seuls a milieu d’ennemis silencieux et aucun soldat ne pouvait relâcher sa garde un seul moment.

 

De conquérants, les allemands confrontés à la force des liens entre les habitants, finiront désespérés.Et c’est que je retiens de ce livre : la montée de ce mur constitué des habitants qui agissent chacun à son niveau. Le maire, et son ami le docteur Winter, chargés « d’accueillir »  le colonel Lanser (désabusé) et son état-major y compris dans sa maison réquisitionnée, Annie, une domestique qui sait se rendre invisible, les mineurs organisés.

Maire Orden, vous savez que nos ordres sont inexorables. Il nous  faut du charbon. Si vos concitoyens ne sont pas disciplinés, nous devrons imposer la discipline par la force, déclara Lanser dune voix devenue sévère. Nous devrons fusiller des gens si nécessaire. Si vous désirez protéger vos concitoyens, vous devez nous aider à maintenir l’ordre.

Les nombreux dialogues courts illustrent les états d’âme variables teintés de peur, d’espoir, de doute, d’énergie minutieusement décrits par ailleurs.

C’est un mystère qui a toujours troublé les dirigeants du monde entier…Comment les gens peuvent-ils savoir ? Il trouble maintenant les envahisseurs, m’a t-on dit. Comment les nouvelles peuvent-elles passer à travers les mailles de la censure, comment la vérité peut-elle échapper à tout contrôle?

Un bon roman pour qui s’intéresse à la période, à la thématique de la justice et de la résistance sous toutes ses formes surtout !

Pour plus d’informations et d’autres critiques plus complètes , c’est ici

Pour les réservations dans le réseau des bibliothèques du Haut-Rhin : c’est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *